Pour courir dans de bonnes conditions, il faut que la tenue adoptée vous permette de bouger et de respirer tout en vous protégeant si nécessaire. Voici nos conseils pour bien vous équiper.

Par Jean-François Tatard – Photos : Brooks/DR

En course à pied, la tenue portée doit permettre de maintenir la température corporelle et de conserver sa peau le plus au sec possible. C’est important aussi pour le confort, et surtout pour éviter de se refroidir lorsque l’intensité diminue, ou au contraire de ne plus être capable d’évacuer la transpiration. Alors comment s’habiller ? Il faut porter des vêtements dits respirants. Surtout pas de coton, mais plutôt du polyester, à la base d’ailleurs de tous les vêtements techniques dédiés au sport.

La technique de l’oignon

Selon les conditions météorologiques, vous pouvez être amené à adopter la technique de l’oignon, ou pour être plus précis à celle qui consiste à porter plusieurs couches l’une sur l’autre. Cela présente un double avantage : d’abord l’air situé entre chaque couche est un parfait isolant supplémentaire, ensuite cela vous permet éventuellement de retirer la couche supérieure si les conditions évoluent.

Première couche : focus sur le confort et la respiration des matières. Tee-shirt, corsaire, cuissard, short, etc., mais jamais de coton, car cette première couche est directement en contact avec la peau. Une fois mouillé par la transpiration, le coton reste mouillé, avec toutes les conséquences que vous pouvez imaginer avec un filet d’air froid en plus.

Deuxième couche : l’objectif est d’éviter de laisser passer le froid et de maintenir une chaleur constante et isolante. Collant, maillot thermique régulant, etc.

Troisième couche : protectrice, elle doit couper du vent ou de la pluie. Elle doit isoler le corps de la température extérieure, être imperméable et toujours être respirante. Coupe-vent, veste, chasuble.

L’entretien de cette garde-robe spécifique doit être soigneux afin de conserver le plus longtemps possible les propriétés respirantes et d’isolation. Mais il n’est pas très compliqué : un lavage à 30° et pas de sèche-linge.

Quel que soit le temps, il faut aussi s’équiper de chaussettes sans coutures, pour limiter les risques d’échauffements ou d’ampoules. Et si le porte monnaie suit : avec renforts et zones anti frottements.

Par temps chaud

Inutile de porter plus d’une couche comme vous pouvez vous en douter. En haut : un tee-shirt manches courtes ou un débardeur. Plutôt large. En bas : short ou cuissard. Un short est peut-être plus aéré et plus léger qu’un cuissard mais pour les grosses cuisses (ou musclées !), un short peut entraîner plus facilement des brûlures par frottement. En bonus : une casquette et des lunettes.

Par temps de pluie

Une fois trempé, il est définitivement impossible de se réchauffer. Alors une à deux couches suffisent s’il ne fait pas trop froid. Insistons sur la couche extérieure, qui ne peut être complètement imperméable. Si c’est le cas, la transpiration ne s’évacue pas et c’est très inconfortable. Les bonnes vestes sont simplement déperlantes, ce qui peut suffire en cas de pluie légère. Mais toujours coupe-vent, ce qui évite de se refroidir inutilement. En haut : un tee-shirt à manches longues et définitivement pas en coton. Du polyester si vous ne voulez pas ressembler à une serpillère en rentrant. Par dessus une veste de pluie légère s’il ne fait pas trop froid, ou une couche thermique intermédiaire en plus entre le tee-shirt et la couche extérieure. En bas : plus il y a de matière, plus vous vous alourdissez une fois mouillé. Privilégiez ainsi le cuissard, ou le collant long. Le survêtement en coton est très inconfortable une fois mouillé. En bonus : Une casquette en polyester.

Par temps froid

Comme vu plus haut, vous empilez les couches. En haut : une première couche respirante. Un tee-shirt technique pour évacuer la transpiration et rester au sec. Une deuxième couche isolante pour conserver la chaleur. Une troisième couche protectrice pour nous protéger du froid. Une veste zippée. En bas : un collant long. Cette fois ce n’est pas en bonus : un bonnet, un bandeau, un cache oreille, un Buff et des gants. Et tout ça en tissu respirant.

Et si l’habit ne fait pas le moine, il permet souvent d’ouvrir les portes du monastère…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *