Le choix d’une bonne paire de chaussures pour courir est souvent cornélien. Et lorsque vous trouvez le bon modèle, vous n’êtes pas prêt d’en changer. Voici de quoi vous orienter pour sélectionner cet équipement Ô combien essentiel en course à pied.

Par Jean-François Tatard – photos : New Balance / DR

Pourquoi et comment choisir ses chaussures de running ? La course à pied implique par essence un mouvement répété avec des chocs traumatisants pour les genoux, le dos et les autres articulations. Il faut ainsi savoir choisir ses chaussures de façon très objective et selon des critères très personnels.

La morphologie

Nous ne ressemblons pas tous au morphotype africain. En course à pied, il y a de la place pour tout le monde. Néanmoins, au-delà des 80 kilos pour les hommes, et 60 pour les femmes, il est nécessaire d’être d’autant plus attentif au choix des technologies d’amorti. Selon votre poids, la chaussure doit être en capacité de résister plus ou moins aux chocs. Fondamentalement votre chaussure doit vous aider à supporter les chocs endurés grâce à sa stabilité et à son amorti.

La foulée

Vous devez également tenir compte de votre foulée lorsque vous choisissez vos chaussures. Il existe une façon simple pour définir votre type de foulée : il suffit d’observer l’usure de nos veilles semelles…

  • Si comme 50% des runners, votre chaussure est usée au niveau de l’avant pied, vous avez une foulée universelle (ou neutre).
  • Si comme 45% des runners, l’usure se porte sur le bord interne de l’avant du pied, vous avez dans ce cas une foulée pronatrice.

  • Et enfin, et vous ne seriez que 5% dans ce cas, si c’est le bord externe de l’avant du pied qui est le plus usé alors votre foulée est supinatrice.

Distance & fréquence de course

Ce sont la distance que vous parcourez habituellement et votre profil qui définissent les caractéristiques de la chaussure que vous devez choisir. Stabilité et amorti pour les longues distances et l’entraînement. Dynamisme et légèreté pour la compétition ou les entraînements courts et rapides. Lorsque vous courez une à deux fois par semaine et que la compétition est « relativement » courte et exceptionnelle, votre choix doit s’orienter vers un modèle de base. Par contre, il faut privilégier les modèles techniques lorsque vous courez au-delà de deux séances par semaine, au fur et à mesure que vous progressez en distance et en vitesse.

La surface

Pour une pratique sur route, c’est l’amorti qu’il convient de privilégier. L’amorti absorbe les chocs néfaste à long terme pour l’organisme. Sur le bitume, les chaussures s’usent aussi plus vite. C’est donc aussi sur la résistance de la chaussure qu’il faut être vigilant.

Sur terrain souple ou des chemins en forêt, c’est sur le maintien du pied qu’il faut se focaliser. Il faut sécuriser les chevilles. Sur des terrains plus ou moins accidentés, il faut voir ce qui se passe sous la semelle. En effet, l’accroche au sol de la chaussure en plus de la solidité et de la protection sont les facteurs déterminants dans votre choix.

Quelle pointure ?

Chaque marque de chaussures de running taille différemment. En général, on dit qu’il faut rajouter 1 pointure à 1,5 pointure au-dessus de votre taille de chaussures de ville. Si vous ne connaissez pas votre pointure dans la nouvelle marque que vous achetez, il y a deux solutions :

  • Consulter sur la languette de vos dernières chaussures la taille en centimètres (JP, JPN) et vérifier les grilles des modèles en magasins.
  • Plus simplement mesurer la taille de vos pieds en centimètres

Quand changer ?

La distance parcourue, la surface et votre type de foulée sont autant de facteurs qui influent sur votre fréquence de renouvellement. Il est généralement préconisé de changer tous les 800 km environ. Et parfois beaucoup moins sur les modèles légers ou de compétition. Mais certains autres symptômes d’usure peuvent donner l’alerte :

  • L’usure de la première épaisseur de la semelle qui laisse apparaître la couleur de la couche du dessous
  • Lorsque la chaussure se plie facilement ou qu’il y a des plis sur le côté.
  • Quand le contrefort commence à bouger
  • Quand les orteils sortent de la chaussure.
  • Quand la tige craque
  • Quand la chaussure n’est plus droite lorsqu’on la pose sur une surface plane

Autant d’indices qui doivent vous inciter à changer de chaussures au plus vite, pour éviter les blessures et rester efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *