Vous êtes à une semaine de votre grand objectif. Ça fait plusieurs semaines que vous suivez un programme aussi précisément que le contexte vous le permet. Alors, dans cette situation, si vous deviez choisir entre « rassuré mais fatigué » ou « anxieux mais reposé », lequel choisiriez-vous ? Attention à ne pas basculer à cause de « l’entraînement de trop ».

Par Jean-François Tatard – Photos : DR

C’est parfois gros comme une maison ! Mais il suffit souvent d’une seule séance pour déséquilibrer toute la balance entre la charge et la récupération. L’entraînement de trop ! Vous cherchez à valider définitivement votre niveau. Vous cherchez à vous rassurer par rapport à vos amis qui en ont fait une de plus. Vous cherchez à rattraper la dernière séance que vous n’avez pas réussi à terminer. Mais les dés sont pourtant jetés. Peu importe ce qu’il s’est passé avant : l’heure est à la récupération à une semaine de l’objectif.

Ce que vous n’avez pas vu venir

Mais le pire, c’est quand vous ne l’avez pas vu venir. Pas vu venir par manque d’expérience. Par rapport à un décalage à la norme. Par faute de ressources mentales. Par manque de recul sur votre situation. Par perte d’objectivité. Ou de sensibilité aux indices de surmenage. Dans tous ces derniers cas, il faut se faire aider. Quitte à se prendre une « claque » par le coach, le kiné, le médecin ou le copain d’entraînement.

Un des premiers signes

Un des premiers signes c’est l’irritabilité ou l’incapacité à gérer sa vie sociale. En effet, lorsque l’entourage vous fait unanimement remarquer que vous êtes un peu moins sociable qu’à l’accoutumée, c’est un signal d’alarme. Il existe un proverbe chinois qui dit :« quand une seule personne dit que tu as tort, tu as peut-être tort. Quand deux personnes disent que tu as tort, tu as très certainement tort. Quand plus de trois personnes disent que tu as tort, cherche pas : tu as forcément tort ». Par ailleurs, lorsque vous n’avez pas de repères objectifs liés au surmenage, il ne faut pas attendre…

 

La PSE

Si l’irritabilité aide au diagnostic, le meilleur indicateur reste votre propre perception de l’effort : la PSE (Perception Subjective de l’Effort). Et là, tous ces nouveaux outils d’aides à la performance (chrono, vitesse en temps réelle, cardio, GPS, capteur de puissance, etc.) ne sont plus vos meilleurs copains. Certes ils rationalisent l’entraînement mais également ils le complexifient.

« Dans ce contexte, le paramètre le plus fiable consiste à sentir les choses. Ce n’est pas si compliqué. »

Dans ce contexte, le paramètre le plus fiable consiste à sentir les choses. Ce n’est pas si compliqué. On a tous un parcours qu’on a routinisé. Une séance qui sert de fiables indicateurs. Celle où sans rien contrôler on est capable de donner l’allure ou la fréquence cardiaque. Ainsi, si pour la même allure qu’habituellement, c’est plus difficile, c’est que le repos est nécessaire et justifié.

L’échelle de cotation

De la même façon que pour évaluer le niveau de satisfaction de leurs clients, les meilleurs vendeurs leur demandent de donner une note au produit sur une échelle de 0 à 10, il est ainsi possible d’émettre une échelle de cotation à votre pratique. En effet, il peut être intéressant de mettre dans votre cahier ou sur votre fichier de suivi des entraînements une cotation à l’aisance sur votre séance (ex : 1/10 je suis KO, 5/10 : pas trop mal mais fatigué, 9/10 : c’est la grande forme et je sens que je progresse).

Toujours pas convaincu ?

S’il vous en faut plus, alors exceptionnellement sortez le cardio. Il reste quand même un bon indicateur pour celui qui l’utilise régulièrement. Si, sur une séance de qualité, le cœur ne parvient pas à monter aussi haut que d’habitude, c’est que la machine nécessite quand même plus de repos que vous ne le pensez. Idem lorsque le cœur met du temps à monter et/ou du temps à redescendre. Néanmoins, il faut apprendre à lâcher du lest. Même si l’anxiété, l’addiction ou le manque de recul et de confiance conditionnent la course à la surenchère et à la surassurance, il y a des moments pour rouler à plein régime et des moments où il faut laisser la voiture refroidir sous un pin à l’abri du soleil.

Travailler plus pour gagner moins

Il y a une citation que nous devons à Charles DARWIN et qui résume bien la situation : « L’être qui survivra n’est ni le plus riche, ni le plus intelligent mais celui qui s’adapte le plus rapidement au changement ». En ce sens, « lever pied » n’est pas toujours synonyme d’abandon. Au contraire, cette prudence invite à une forme de sagesse qui peut s’avouer très fructueuse. Rectifier une séance dès son entame démontre de grandes qualités. Mentales déjà. Mais aussi analytiques. Et de capacités de projection. La pénibilité inhabituellement perçue est une excellente indication qui demande de réadapter contextuellement votre entraînement.

Pour conclure

S’il s’agissait de mettre l’expression dans le dictionnaire, « L’inflexibilité sportive » pourrait définir « L’entraînement de trop ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *