Courir est aussi synonyme de tensions voire de blessures articulaires, musculaires ou au niveau des tendons. Difficile de les éviter mais il est par contre possible de les accompagner et de se préserver de leur gravité. Une des solutions c’est peut-être Byogenie qui l’a inventée avec le gel Arzinc, que nous avons testé pour vous.

Par Jean-François Tatard*

Se lancer à l’assaut des sentiers, runnings aux pieds, demande un peu de courage au départ, mais après quelques séances, on se sent vite pousser des ailes. Ainsi, nous accorderons-nous tous pour dire que de prime abord, c’est bon pour la santé. Néanmoins s’il est un formidable moyen d’éliminer le stress, de booster son énergie, qu’il transforme nos muscles et notre silhouette, qu’il permet de révéler nos compétences, notre potentiel et peut-être même les talents qui sont en nous, le running réserve aussi d’autres aléas…

 

Byogenie Projet

« L’essence même du génie c’est de mettre en pratique les choses les plus simples ». Et c’est pourtant tellement compliqué de simplifier quelque chose de sophistiqué. Personnellement, je connais au moins deux personnes qui profitent de ce pouvoir magique. Coup de bol, ils ont décidé de collaborer pour proposer aux runners LA solution qui nous permettra de nous préserver des inflammations liées à notre activité favorite. Je vous présente : Nicolas Bles, un docteur en pharmacie passionné de sport et expérimenté en médecine des oligoéléments essentiels, qui a choisi de mettre ses forces et ses compétences au service de notre communauté. En association, avec un ancien athlète de haut niveau qui faisait partie des meilleurs « milers » de sa génération. Un certain Guillaume Eraud. Vous savez, le genre d’athlète qui intellectualise sa discipline et qui est toujours en quête de solution. Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils se sont bien trouvés ces deux-là.

La solution

Le gel ARZINC. Un gel de massage qui propose une formule réunissant minéral et végétal. Un gel qui permet de favoriser la qualité et la cicatrisation des tissus conjonctifs. Un gel à base d’arnica, de zinc, de silicium, de cuivre et d’huile essentielle de lavandin.

Ses actions

Le gel favorise une bonne cicatrisation. Il module de façon naturelle l’inflammation et enfin : il régénère et apaise.

Sa composition

Je vous l’ai déjà dit, je ne suis pas que débile… J’aime bien comprendre. Alors je me suis renseigné sur chacun des cinq ingrédients qui composent la recette !

  • L’Arnica : l’arnica est principalement utilisée pour les traumatismes cutanés, musculaires et articulaires. L’arnica permet aussi de traiter les inflammations post-traumatiques et les ecchymoses. On l’utilise aussi pour des pathologies veineuses.
  • Le Zinc : le zinc joue un rôle essentiel dans des centaines de mécanismes de l’organisme. En fait, il active les enzymes responsables de la constitution du matériel génétique. Et pour faire simple l’ADN. Il est intimement impliqué dans la croissance cellulaire. Il a une action antioxydant et enfin, il aide l’organisme à se défendre contre les dommages dus à l’excès de radicaux libres.
  • Le silicium : clairement la silice soulage les douleurs articulaires. Ses effets sont essentiellement anti-inflammatoires. L’autre piste c’est qu’un apport important en silice favorise la densité osseuse et contribue au rôle structurant du collagène de l’os et des tissus conjonctifs présents dans toutes les parties du corps.
  • Le cuivre : le cuivre, nécessaire à la bonne qualité du cartilage et à la minéralisation des os, favorise le maintien de la masse osseuse. Il participe aussi à la synthèse de prostaglandines. Sans rentrer dans le détail, les prostaglandines ont une activité anti-inflammatoire et anti agrégation plaquettaire, ce qui évite une coagulation trop marquée du sang et la formation de caillots. Il aide au bon fonctionnement de la thyroïde et améliore l’équilibre de l’histamine, impliquée dans les mécanismes de l’allergie. Enfin il participe à la lutte contre l’excès de radicaux libres également. Ce sont pourtant eux qui causent le vieillissement cellulaire prématuré.
  • L’huile essentielle de lavandin : elle est connue pour ses effets antidouleur et calmant. Elle permet aussi de décontracturer. Disons que les effets sont aussi myorelaxants. Elle apaise aussi et tranquillise.

Ensuite, j’ai testé

Et oui, forcément, aussitôt le colis ouvert, j’ai rapidement testé. Et même si le gel sent particulièrement bon, ne vous trompez pas ce n’est pas un gel douche. Il s’agit bien d’un gel de massage. En fait, je dirais qu’il  y a plusieurs façons de l’utiliser en dehors de sa baignoire. Et ça tombe bien je l’ai essayé dans à peu près toutes les dispositions.

Pour moi, on l’utilise dans trois cas :

  • En préparation : le gel prépare le muscle. Pourtant à première vue le gel n’est pas chauffant. Au contraire. Il est plutôt rafraichissant. Ou disons qu’il donne une première impression cryogénique. Mais toujours est-il qu’une fois la sensation rafraichissante estompée ça laisse place à une sensation chauffante comparable aux crèmes de catégorie warming.
  • Douleurs articulaires et tendineuses : c’est sur cette utilisation que j’investirais le plus. De façon notoire, pour ses effets anti inflammatoire, le gel soulage des douleurs articulaires. Le gel calme et apaise les tendinites. Particulièrement celle au niveau du tendon d’Achille où la première couche de la peau est relativement fine et laisse une perméabilité plus facile à la substance magique.
  • En récupération : après une séance difficile et traumatisante, le gel accompagne la récupération musculaire. Ainsi, si le gel permet de traiter les inflammations post-traumatiques, il aide aussi à améliorer le retour veineux et à se débarrasser plus rapidement de la courbature. Après une séance de VMA, il aide à éliminer plus vite l’acide lactique et enfin, lorsque vous préparez un trail ou un marathon et que vous avez fait votre longue sortie dominicale en forêt. Où vous avez d’ailleurs misé essentiellement sur le dénivelé et que vous avez endommagé la « fibre ». Le gel participe au relâchement du muscle et à accélérer la phase de récupération musculaire.

Petites astuces

Avant de conclure, j’ai décidé de partager quelques-uns de mes secrets. En effet, deux confidences qui resteront dans notre communauté, promis ? La première, pour conserver les effets anti-inflammatoires et optimiser l’effet cryogénique, enlevez une des bières dans la porte de votre frigo et laissez la place au gel. La deuxième, équipez-vous de film alimentaire. Tartinez le gel sur la partie tendineuse ou articulaire douloureuse sans le faire pénétrer. Enveloppez ensuite la surface du film alimentaire. Vous obtiendrez un pansement occlusif. Cela augmente significativement l’efficacité surtout si vous le conserver plusieurs heures ou même la nuit entière pendant que vous dormez.

 

ARZINC BYOGENIE PROJET
Les + : sans paraben, simple d’utilisation, diversité des usages, efficacité avérée
Les – : difficile à étaler (ce n’est pas une crème de massage)
Prix public : 18 €

*Jean-François Tatard

Plus de 100 victoires dans des compétitions départementales, régionales et nationales

– 2h34’ au marathon
– 3ème du 100kms de Millau 2014
– 6ème de l’ECOTRAIL 2013
– 5ème des Championnats de France du 100kms 2013
– 2ème français au marathon de Florence 2012 et au semi-marathon de Barcelone 2013

– 3ème du championnat de France de semi marathon par équipe 2011

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *