Dans la vie, il nous est déjà tous arrivé de nous égarer ou d’épuiser nos ressources et nos provisions de motivation. Mais qu’est-ce qui définit cette perte ? Pourquoi d’un coup, n’avons-nous plus envie ? Pourquoi n’éprouvons-nous plus de plaisir à faire les choses ? Qu’est-ce qui fait que nous perdons le cap ? Ainsi, le plus important n’est pas où vous êtes. Encore moins là où vous étiez. Mais bien là où vus voulez aller. Il n’y a pas d’âge. Pas de sexe. Pas de pedigree. Pas de niveau. Pas de catégorie sociale. Pas de statut. Personne n’est trop vieux ou trop faible pour se fixer un objectif. Alors quels objectifs pouvez-vous vous fixer en course à pied ?

Par Jean-François Tatard

Au-delà de se projeter avec sérénité, il faut se définir un objectif. Définir SON objectif. C’est le secret unique pour maintenir la motivation et pour continuer encore longtemps à progresser. Et encore plus important : pour vivre heureux aussi longtemps que la vie vous laissera d’années à gambader.

POURQUOI SE FIXER UN OBJECTIF ?

Du coureur débutant au plus d’expérimenté, se fixer un but et l’atteindre est capital. Aussi simple et précis qu’est l’objectif, les bénéfices sont absolument fabuleux. Cela permet de rester motivé. D’essuyer facilement les impondérables coups durs ou coups de mou. D’évoluer constamment dans le bon sens de la spirale. Je ne sais pas s’il y a quelque chose qui rend plus fier qu’atteindre son objectif. C’est peut-être ça le bonheur finalement. Aussi subjectif que ce soit, s’apercevoir qu’on est capable de se dépasser pour atteindre ce qu’on s’est fixé renforce l’estime et la confiance en soi. Cela nous ouvre vertueusement de nouvelles perspectives. Comme le chantait Lorie (excusez mes références musicales) : « La positive attitude, La tête haute, Les yeux rivés sur le temps, j’apprends, à regarder droit devant. La positive attitude… »

QUEL OBJECTIF ?

Parce que l’expérience de chacun est différente, parce que notre vécu mais aussi nos aptitudes sont inégaux, il est important d’être objectif sur la personnalisation de nos propres buts à atteindre. Il faut adapter subjectivement ses objectifs. En fonction de son profil, de sa valeur, de ses capacités. Et déterminer ses buts et ses défis en fonction de critères très personnels : le temps dont on dispose, sa motivation, ses capacités physiques, son esprit de compétition…

COMMENT FIXER UN OBJECTIF ?

Concrètement pour qu’un objectif soit louable et bénéfique, il doit être SMART !

  • Spécifique
  • Mesurable
  • Ambitieux
  • Réalisable
  • Chiffrable (déterminer un chrono)

MAIS QU’EST-CE QUE L’ON SOUHAITE AU FINAL ?

C’est la seule question que vous devez vous poser. Qu’est-ce que vous voulez ? Qu’est-ce que vous voulez réellement au fond de votre cœur. S’il est bien choisi, que vous vous employez à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires, cet objectif c’est certain : vous ne pouvez pas le louper. Parfois, il peut prendre du temps. Mais si rien ne se construit en un jour, il n’y a pas un jour où rien ne se construit. Chaque nouvelle pierre qui construit l’édifice est une victoire de plus. Il faut aussi savoir décomposer. Être régulier. Faire preuve de patience. Ne jamais se décourager. Se nourrir des petits succès sur le chemin de votre réussite. Il ne faut pas brûler les étapes. Exigence oui, mais jamais sans bienveillance ! Soyez bienveillant avec vous-même. Récompensez-vous en chemin : une nouvelle paire de runnings, un nouveau t-shirt, un nouveau GPS ou même plus simplement une paire de chaussettes. Il faut reconnaître qu’on progresse. Et il faut marquer le coup. Offrez-vous votre récompense si non personne ne le fera pour vous.

LEQUEL CHOISIR ?

Je vous le redis, pour parvenir à son objectif final, il est de bon augure d’y aller step by step ! Vous ne terminerez pas du jour au lendemain votre premier marathon en moins de 3 heures. Rendez-vous compte que cette barrière constitue le graal suprême du coureur à pied. Seuls 2% des 50.000 derniers participants du Marathon de Paris ont franchi la barrière mythique.

« Si déjà vous terminez votre premier marathon ce sera une victoire fabuleuse. »

Alors si déjà vous terminez votre premier marathon ce sera une victoire fabuleuse. Et avant de terminer votre premier marathon, il va falloir terminer un semi-marathon. Et avant de terminer un semi, s’aligner sur un 10 km sans jamais s’arrêter de courir tout au long de la compétition. Bref, il faut jalonner son grand objectif d’objectifs intermédiaires. Du pied de la montagne, trop haut, on ne voit jamais le sommet. Il faut des paliers qui permettront un jour, un-à-un, d’aller au-delà des nuages qui dissipent la pointe. Mais en attendant ce jour où vous connaîtrez l’apogée, fixez-vous des petits défis à court terme. Des défis dont la réalisation vous nourriront d’enthousiasme.

Vous débutez et maintenant que vous avez compris l’importance de se planifier des objectifs pour progresser en course à pied et surtout y prendre du plaisir, je vous propose une carte de route :

  • Courir pour perdre du poids : 1 mois !
  • Courir pour être en forme : 2 mois !
  • Courir 30 minutes sans s’arrêter : 3 mois !
  • Courir 1 heure sans s’arrêter : 4 mois !
  • Epingler son premier dossard sur la course de 5 km du village : 5 mois !
  • Courir une distance officielle : 6 mois !
  • Améliorer sa première référence sur cette course officielle : 8 mois !
  • Courir un premier semi-marathon : 1 an !
  • Courir son premier marathon : 18 mois !
  • Run for fun : tout de suite et pour toute la vie !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *