Chez les runners s’il est un support nutritionnel indispensable à la récupération et à la réparation des tissus lésés par l’effort, c’est bien la protéine. Mais encore faut-il savoir bien la choisir. Oxsitis m’a ainsi offert l’opportunité de tester de délicieuses lamelles de bœuf séché. J’attendais que suive une bouteille de Bourbon pour accompagner cette noble viande d’Auvergne. Mais ça, c’était avant que je comprenne qu’il s’agissait d’écrire un compte rendu sportif pour votre site de running préféré…

Par Jean-François Tatard* – Photos : DR

J’ai fait des études en économie et en commerce et j’évolue aujourd’hui sur le marché de pétrole pourtant je suis un passionné de biologie (au point de savoir décrypter n’importe quelle prise de sang), alors je vais essayer de simplifier. Quel est le rôle des protéines pendant et après l’effort ? Lors d’un footing, les acides aminés qui construisent le muscle sont utilisés à des fins énergétiques nécessaires pour réaliser l’effort. Même si l’utilisation de ces acides aminés est faible en quantité, cela a des conséquences importantes sur le fonctionnement des muscles. Après l’exercice, l’organisme se met automatiquement dans une phase de reconstruction des protéines musculaires dont l’efficacité dépend fortement de la disponibilité en acides aminés. Ainsi, un apport en protéines et en acides aminés après l’exercice favorisera la reconstruction musculaire.

Quelle quantité ?

Normalement pour un coureur qui pèse 70 kilos, il faut compter 105 grammes de protéines par jour soit 1,5 g/kilo de poids corporel et idéalement les plus naturelles possible et les mieux assimilables possibles.

Quand consommer ?

Le mieux c’est en récupération. Pourquoi ? Parce que c’est le moment où les muscles requièrentt la plus grande disponibilité en acides aminés. L’idéal ce serait 10 grammes après l’entraînement. Et encore mieux dans le quart d’heure qui suit la séance.

Quelles protéines ?

Dans le cadre de la diététique sportive, une alimentation optimale sur le plan protéique doit fournir tous les acides aminés indispensables et globalement, les protéines d’origine animale (lait, produits laitiers, œuf, viande, poisson…) ont un panel plus riche et sont très digestes. Ce sont des protéines complètes, a contrario des protéines végétales (légumineuses, les fruits et graines protéoléagineuses, algues, céréales) qui sont plutôt déficientes en acides aminés soufrés et lysine.

Le Snack de l’effort

Suite à mes explications, le bœuf séché que m’a envoyé Oxsitis semble répondre exactement à ce dont nous aurions besoin en récupération. Et en plus, il est issu d’un élevage certifié bio au cœur des volcans d’Auvergne et semble être un produit de très haute qualité.

Coup d’œil sur la fiche des nutriments pour 25 g

  • Valeur énergétique : 54,6 kcal
  • Matières grasses : 1,2 g
  • Dont graisses saturées : 0,48 g
  • Glucides : <0,1 g
  • Protéines : 11 g
  • Sel : 0,7 g
  • Sodium : 282,5 mg

FICHE TECHNIQUE

Poids : Sachet sous vide de 25 g.

Origine de fabrication : France / Auvergne

INGRÉDIENTS DE BASE

Viande de bœuf séché (origine France), sel fin de Guérande, vin rouge, saccharose, poivre, baies de Genièvre. Lamelles de bœuf Aubrac issu d’un élevage certifié Bio.

Les avantages

Ce sachet lyophilisé de bœuf séché présente de nombreux avantages. C’est un en-cas excessivement riche en protéines et en sodium, idéal pour des efforts longs comme nous le pratiquons. D’ailleurs le bœuf séché d’Oxsitis ne subit aucune transformation. Pas de traitement thermique, absence de marinade ajoutée souvent trop forte en goût et incompatible avec les applications sportives, il provient des morceaux les plus tendres de l’animal, à savoir le gîte ou le rond de gîte.

Il est séché selon un processus très particulier dans un mélange de gros sel, de baies de poivre et de quelques épices tenues secrètes. Le produit, une fois séché, est tranché finement et mis sous vide pour conserver toutes les propriétés et les saveurs de la viande. Cette méthode, la plus naturelle possible, confère à la viande des qualités de tendreté et de digestibilité exceptionnelles. D’autre part, il est sans additif, sans arômes et sans marinade ajoutée.

Pour conclure en 5 mots : Bon, Digeste, Nutritif, Rapide et Simple !

Mon rating

  • Facilité d’utilisation : 10/10
  • Goût : 9/10 (mais s’il vous ouvrez un Bourbon en accompagnement, je ramène la note à 10)
  • Digestion : 10/10
  • Efficacité : 10/10

Et enfin, si c’était à refaire…

La question des protéines doit être intégrée dans une vision globale, en interraction avec les autres nutriments (glucides, lipides, vitamines, minéraux, oligo-éléments…), et non prise de façon isolée dans les schémas d’accompagnement nutritionnel chez le sportif. Leur intérêt est réel, la notion de récupération est une donnée clé dans la réalisation d’une performance et il s’agit de la potentialiser jour après jour par une alimentation en quantité et de qualité significative. Alors, moi qui suis un spécialiste de longue distance et même parfois de très longue distance, c’est le genre de produit, si je l’avais connu avant, que j’aurais embarqué avec moi. Notamment sur mon 100 km de Millau en 2014. D’autre part, dans un contexte où le consommateur cherche de plus en plus le naturel dans son assiette et sa musette, je suis convaincu que ce genre de produit à un bel avenir devant lui…

BOEUF SÉCHÉ BIO OXSITIS
Les + : Bon, Digeste, Nutritif, Rapide et Simple
Les – : Ne pas voir le contenu ne donne pas envie de se ruer dessus, prix au kg
Sachet de 25 grammes 
Prix public : 4,50 €
Contact : www.oxsitis.fr

*Jean-François Tatard

Plus de 100 victoires dans des compétitions départementales, régionales et nationales

– 2h34’ au marathon
– 3ème du 100kms de Millau 2014
– 6ème de l’ECOTRAIL 2013
– 5ème des Championnats de France du 100kms 2013
– 2ème français au marathon de Florence 2012 et au semi-marathon de Barcelone 2013

– 3ème du championnat de France de semi marathon par équipe 2011

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *