S’il est un article qu’il me semble inadmissible d’avoir à l’écrire, c’est bien celui qui va suivre. Mais pourtant, « où faire du sport en sécurité quand on est une femme ? », est une question qui mérite d’être posée… En effet, impossible de nier les difficultés sociales, sécuritaires et civiles que les femmes rencontrent dans leur pratique. 

Par Jean-François Tatard – Photos : Brooks / DR

PAS DE PARANOÏA

« Quand je cours, il m’arrive souvent d’avoir peur » : on l’entend parfois cette phrase dans la bouche des « runneuses ». Dans tous les cas, plus que chez les mecs. Des craintes nourries par de nombreux faits-divers, comme celui des découvertes macabres dont on nous rapporte régulièrement les faits dans les journaux ou la télé. Mais pourtant par pitié : ne cédez à la paranoïa !

QUELQUES ASTUCES

Plutôt que de vous inquiéter Mesdames, commençons par un peu de prévention.

  • LA SÉCURITÉ

Avant de partir courir, prévenez quelqu’un : votre copain, votre copine, vos parents, votre chien ou votre poisson rouge. Enfin peu importe, prévenez qui vous voulez mais il faut que ce quelqu’un soit au courant de l’endroit où vous êtes et qu’en général vous courez rarement plus d’une heure.

  • COURIR AVEC VOTRE CHIEN

Plutôt que de prévenir votre chien que vous revenez dans une heure comme on l’a écrit précédemment, et de risquer de lui mettre une fessée au retour parce qu’il a déchiré le canapé pour se venger de votre absence, emmenez-le courir avec vous ! Ça rassure et c’est dissuasif.

  • DIVERSIFIER & FAITES DIVERSION

N’habituez pas les potentiels mal attentionnés à des rituels d’entraînement. C’est comme pour les cambrioleurs, soyez énigmatique dans votre emploi du temps et vos habitudes.

  • SE FIER À SON INSTINCT

Ne perdez pas ce « bon sens paysan » qui vous fait dire que ça pue l’arnaque. Si vous sentez qu’il y a un risque, rebroussez chemin. Tant pis pour cette belle histoire que vous avez peut-être manquée, il y en aura d’autres. Pour aujourd’hui il s’agissait surtout de « sauver sa peau ».

  • VISIBILITÉ

C’est une règle de base, mais ne courez pas la nuit seule dans un bois. Restez à proximité des lampadaires et fuyez l’obscurité. Évitez les sentiers isolées. Les vêtements aussi, portez du coloré ou du réfléchissant, surtout si vous courez la nuit. Vous pouvez ajouter une lampe frontale pour voir et être vue.

  • ÉCOUTE ATTENTIVE

Seule idéalement c’est sans musique ou alors le volume en bruit de fond pas plus. Il faut garder l’ouïe fine et prête à intercepter le premier signal alertant.

L’OPTION ARME DE DÉFENSE ?

IMG_5099.jpeg

La question peut être posée mais au-delà du fait qu’il faut savoir s’en servir, je m’excuse mais si vous vous en servez c’est déjà trop tard. D’autre part c’est encombrant et on s’éloigne drastiquement de la philosophie de votre site préférée. Par contre un sifflet comme dans les épreuves de Trail pourquoi pas ?

« L’UNION FAIT LA FORCE »

Elle est là la meilleure solution. Allez courir en groupe. Postez un message sur les réseaux sociaux : « qui de mes amis pour 10 km de footing ce soir sur les quais de Seine ? » Vous risquez d’être surprise en étant à l’initiative d’un collectif sympathique.

POUR CONCLURE

IMG_5100.jpeg

J’ai le bon rôle à vous conseiller. D’une part, je ne suis même pas une femme et au mieux, je cours vite (c’est presque vrai) alors l’insécurité et la solitude de l’entraînement solitaire ne m’ont jamais vraiment effrayé. Mais un conseil, ne vous laissez pas submerger par la peur. Ne cédez pas à la violence. C’est en étant de plus en plus nombreux à courir qu’on éradiquera le problème alors servez-vous en pour recruter de nouveaux runners et de nouveaux lecteurs à running4all…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *