Ne me dites pas qu’il ne vous donne pas envie ? Vous savez ce mec à la silhouette si fine qui évolue comme une gazelle, la foulée aérienne, le souffle aisé, le sourire facile, les runnings fluo aux pieds et les vêtements derniers cris sur le dos ? Ne vous en faites pas, nous passons tous par là. Ne vous en faites pas non plus, vous y arriverez (enfin presque)… Et un jour prochain, viendra le moment où c’est vous qui serez admiré. Mais pour l’instant vous reprenez, après une longue période d’inactivité alors on ne va pas se précipiter.

Par Jean-François Tatard – Photos : DR

« Aussi longue soit-elle, toute aventure commence toujours par un premier pas ».

ON NE COMPTE PAS LES KILOMÈTRES !

Arrêtons de compter les kilomètres. Ce n’est pas à l’ordre du jour. Pour démarrer, seule la durée doit nous intéresser. Ainsi même 5 minutes pour commencer peuvent vous permettre de remettre le pied à l’étrier. Le tout c’est de faire progresser la durée.

SAVOIR SE LIMITER ET NE PAS SE DÉGOÛTER

On l’a dit mais pour commencer, démarrez par une course lente de quelques minutes. 15 minutes grand max. Et pas plus de deux fois par semaine. Vous pouvez aussi commencer vos sorties par alterner marche et course pour vous habituer. Par exemple 3×5’ alternées de 2’ de marche. N’est-ce pas Chaban-Delmas qui disait qu’il fallait « quitter la table en ayant faim » ? C’est un peu la même chose, il faut toujours préserver l’envie et la motivation pour emmener le plus loin possible son projet.

LE DANGER !

La reprise doit être progressive. Ne vous bercez pas d’illusion ! Courir 45 minutes d’emblée, surtout quand vous n’avez pas couru depuis longtemps, c’est faire une croix sur la suite… et pire : cela va vous dégoûter de la course à pied pour quelque temps.

« UN RÊVE SANS PLAN N’EST QU’UN SOUHAIT »

Règle Number One : étalonner un parcours de référence ! Le benchmark ! C’est vous qui fixez des repères pour savoir si vous courez plus vite que d’habitude ou si vous n’êtes pas en forme. C’est mieux que le GPS. Les indications que vous donnera votre course sur ce parcours dépasseront l’objectivité. L’inconscient communique lui aussi. Il vous donne des informations subjectives que les chiffres ne savent pas interpréter.

CHAUSSEZ LA BONNE CHAUSSURE

Gardez vos vieilles Stan Smith pour « faire le jardin » ! Ouvrez les portes du temple de la course à pied ! Offrez-vous une vraie chaussure adaptée à VOTRE pratique de la course à pied. Offrez vous les conseils d’un expert ! Quelqu’un qui vous guidera sur ce qui vous convient. Avec les spécificités qui sont les vôtres : poids, taille, foulée, sexe, âge, objectif, historique, douleurs, etc. Je vous offre même ce numéro pour demander conseil : 01 42 27 48 18. C’est celui de la Boutique Marathon dans le XVIIè à Paris. Pas nécessaire d’investir des centaines d’euros. L’objectif c’est de se protéger et se préserver mais aussi une progression assurée et un super moyen pour se motiver !

> Voir aussi : Comment choisir sa paire de chaussures, Achat de chaussures, sur Internet ou en magasin ?

LA BONNE TENUE

Maintenant que vous êtes au cœur du chaudron, pensez-y, mais courir c’est aussi avoir du style. Équipé en étant assorti aux chaussures peut-être ? Mais surtout mettez-vous à l’aise. Le teeshirt en coton, gardez le dans le même placard que les « Stan Smith ». Investissez dans un teeshirt respirant. Les prix ont bien baissé à ce niveau. Pour 15 €, vous avez quelque chose de tout à fait convenable. Adaptez l’équipement à la saison. Courez léger et pensez que vous allez vite chauffer en course à pied. Ne vous encombrez pas.

> Voir aussi : La bonne tenue pour courir

LA BONNE ALLURE

Ne vous faites pas piéger. Dans un premier temps allez-y seul ! C’est bien d’être à plusieurs. Vous restez motivé ! Mais il est crucial de trouver votre propre rythme et courir avec un partenaire peut vous influencer sur un rythme qui ne sera pas nécessairement le meilleur pour vous.

DEUX SOLUTIONS !

1/ Apprenez l’introspection. Et ainsi écouter votre corps et demander à votre spartner d’adapter son allure à la vôtre.

2/ Si votre pote ne sait pas le faire, il peut être alors plus efficace au début de courir seul pour vous permettre de bien définir votre « vitesse de croisière ».

QUEL RYTHME ?

Ainsi quand vous reprenez le footing, vous devez adopter un rythme avec lequel vous n’êtes pas essoufflé, un rythme régulier et modéré que vous pouvez tenir au moins 10 minutes. Oubliez votre vitesse ! Elle n’a pas d’importance à ce moment-là. Pour commencer vous progresserez en allongeant la durée du footing. Courir vite : on en parlera plus tard !

COMMENT FAIRE ?

Restez humble ! Ne soyez pas trop ambitieux la première fois et respectez votre corps ! Progressivité est le maître mot ! Soyez très progressif dans votre démarche, en alternant marche et course, en échauffant votre organisme progressivement avant l’effort et en marchant pour récupérer. Entourez-vous d’un coach qui vous motivera à chaque sortie et vous indiquera la marche à suivre pour progresser.

AMÉLIOREZ VOTRE FOULÉE

Le sujet avait déjà été traité mais courir c’est un peu plus compliqué que « mettre un pied devant l’autre et on accélère » ! De la théorie à la pratique il y a parfois un monde ! Et apprendre à courir n’est pas si simple. Quelle est la foulée idéale ? Je vous arrête, elle n’existe pas. Cependant il faut conserver quatre éléments de base en tête…

  • Dos bien droit,
  • Mains relâchées,
  • Foulées au ras du sol,
  • Et en priorité concentrez vous sur le souffle !

> Voir aussi : La foulée en question, La foulée économique

HYDRATEZ-VOUS CORRECTEMENT

Aucun secret, il faut boire avant, pendant et après l’effort, car vous perdez beaucoup d’eau en courant et vous risquez de vous déshydrater.

COUREZ AU BON MOMENT

Encore un autre sujet que j’ai déjà traité décidément… Ne vous encombrez pas l’esprit : courez juste loin des repas pour commencer !

> Voir aussi : La bonne heure pour courir

COMMENT S’ÉTIRER ?

Là aussi, il semblerait par esprit binaire, que les camps se divisent. On ne va developer pas le sujet mais dans ce cas : privilégiez les étirements, les jours où vous ne courez pas. Ne vous étirez, ni avant, ni après le footing !

> Voir aussi : Faut-il s’étirer en course à pied, partie 1, Faut-il s’étirer en course à pied, partie 2

UN DERNIER CONSEIL

Soyez patient ! Même les champions souffrent lorsqu’ils reprennent la course à pied. Privilégiez la régularité à l’intensité ou au volume. Organisez-vous pour courir 3 x 30 minutes par semaine si vous avez 1h30 à consacrer à votre nouvelle passion. Et puisqu’on arrive bientôt en fin d’année et qu’au dernier moment, on ne sait jamais quoi mettre sur sa liste au père Noël… Pensez-y, mais s’il vous reste des articles à rajouter pour être tout à fait complet dans votre panoplie du runner parfait, ça va être le moment de vous faire gâter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *