Même si nous profitons d’un bel été indien, et que nous ne nous en plaindrons pas, la longueur des journées diminue et la nuit qui tombe chaque jour plus tôt ne nous laisse pas d’autre choix que de nous adapter et d’aller trouver la motivation dans des tiroirs secrets. D’ailleurs, plutôt que de parler de motivation, si on parlait simplement d’envie ?

Par Jean-François Tatard – Photos : DR

 

L’envie est un ressort puissant de nos actions mais on l’utilise finalement trop peu au quotidien… Comment susciter l’envie pour favoriser succès et réussite ? Comment avoir l’envie d’aller courir alors qu’il va faire de plus en plus nuit et de plus en plus froid ?

LA BESOGNE

Courir, ou travailler aussi d’ailleurs, sans en avoir envie : ça n’est pas un travail qu’on fait, c’est une besogne. Et c’est à ces moments-là qu’on se rend compte « à quel point l’on a peu de mérite à faire les choses qui nous plaisent » comme le disait Sacha Guitry.

QUE SE PASSE-T-IL QUAND ON A ENVIE ?

Vous souvenez-vous de votre sujet de philo au bac ? L’homme est un animal doué d’envie. On peut avoir envie de tellement de choses, des envies que nous ne maîtrisons pas ou qui s’imposent à nous. Qui n’a jamais fait cette expérience de « succomber » à l’envie de… ? C’est étonnant comme le temps passe vite quand nous pratiquons une activité qui nous fait envie.

 

QUE SE PASSE-T-IL QUAND ON N’A PAS ENVIE ?

Pas envie de faire du sport, pas envie d’aller courir, pas envie de s’étirer, pas envie de faire son gainage, pas envie de se lever le matin, pas envie de parler, pas envie de ranger ces papiers qui trainent depuis des lustres, pas envie de continuer cette relation. Quand nous n’avons pas envie, nous sentons combien nos actes deviennent difficiles, pénibles, parfois impossibles à mettre en œuvre. Et pourtant, nous posons-nous la question du pourquoi de l’envie ?

SUSCITER L’ENVIE

Vous êtes-vous déjà demandé comment les autres trouvaient l’envie là où vous ne la trouviez pas ? Et si l’envie était le seul réel moteur de nos actions et donc aussi de notre accomplissement, de nos succès et de la réussite de nos objectifs ?

 

L’ENVIE D’AVOIR ENVIE

J’entends déjà les commentaires : « Dans la vie, on ne fait pas toujours ce que l’on veut », « La vie ce n’est pas le monde des Bisounours », « Il faut bien faire ce qu’il y a à faire, que l’on aime cela ou non »… Se pose alors la question des moyens que nous mettons en œuvre pour susciter l’envie. Les envies physiologiques comme manger quand nous avons faim ne posent pas de problème. L’envie de gérer tel ou tel projet ne vient pas forcément de soi.

LE SENS

Le principal ferment de l’envie est le sens que l’on donne à l’action. Donner du sens pour donner envie. Cela semble évident, mais est-ce que je me pose la question du sens que je donne à tous les objectifs que je me fixe ou qu’on me fixe ? Est-ce que je me préoccupe de m’assurer que j’ai compris pourquoi je dois effectuer telle ou telle chose ? Est-ce que je suis bien certain moi-même de savoir pourquoi je choisis de faire du sport ? Pourquoi je choisis spécifiquement la course à pied ?

SE POSER LA QUESTION ?

Certes, cela prend du temps, de se poser la question. Ou au moins ça demande de la réflexion et de l’énergie. Mais cette énergie justement, si elle est bien employée, offre un bénéfice absolument fabuleux. Surtout si l’on considère qu’une personne n’effectue bien sa mission que si elle en a envie. « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément » m’avait dit un jour un patron !

SE DIRE POURQUOI PLUTÔT QUE D’EXPLIQUER COMMENT !

 

Nous devons donc être capables de trouver les mots pour donner du sens, même pour des choses aussi simple que d’aller courir 30 minutes dans l’obscurité des soirées d’hiver. Prenons le temps de donner du sens au chose. Sentir que l’on a de l’autonomie, la possibilité du choix, avoir confiance en soi et en ses capacités,  et savoir que l’on a la possibilité de se tromper et d’échouer sont autant de sources supplémentaires pour amener de l’envie.

CONCLUSION

Donner du sens ne suffit peut-être pas toujours pour susciter l’envie, mais c’est la pierre angulaire de tout management. Passons plus de temps à dire pourquoi qu’à expliquer comment (ce qui n’exonère pas qu’on soit capable de le faire !)… Le médecin vous explique bien pourquoi il vous donne un médicament avant de vous dire comment le prendre ! Pourquoi alors se passer du « pourquoi » dans ce qu’on fait ? Bon nombre d’entreprises et de managers devraient s’en inspirer. Comme si l’entreprise n’était pas dans le monde, comme si le salarié franchissant ses portes n’était plus un être humain. Donner envie, se donner envie et donner du sens aux choses, c’est se remettre soi-même face à ses valeurs et à la congruence que nous mettons entre elles et nos actes, nos paroles et nos comportements. Vous avez le droit de ne pas avoir envie. Mais donner la chance d’avoir envie en offrant du sens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *