Aujourd’hui que nous fêtons les 100ans de l’armistice de 14-18, il y eut des époques comme celle-ci où l’espoir était perçu comme un idéal un peu vain. Irresponsable, illusoire, immature, puérile et infantile, l’espoir n’avait guère la côte. Pourtant, dans la situation où nous vivons un échec, dans la situation où nous vivons la détresse, dans la situation où nous vivons des difficultés, lorsque nous ne parvenons pas à avancer, ou pire, lorsque malgré tous nos efforts rien ne semble s’améliorer, comment garder le sourire ? L’espoir…

Par Jean-François Tatard – Photos : DR

L’espoir est à première vue un des sentiments les plus positifs qui puissent exister. Ce sentiment repose sur une force qu’il faut aller chercher au plus profond de son cœur. Cette force s’appelle la confiance. Une confiance aussi puissante soit-elle qu’elle nous poussera toujours à agir. Et son ennemi à l’espoir, c’est le désespoir qui renvoie au pessimisme. Et méfiez-vous d’ailleurs des pessimistes parce qu’ils sont très contaminants et dans leurs remarques, ils sont même susceptibles de condamner votre attitude et celle de tous ceux qui espèrent…

LA PENSÉE POSITIVE

La psychologie ou la pensée positive est en train de changer… Pour les moins farfelus que moi ou ceux qui aiment trouver des explications à tout, on trouve des réponses dans le « processus cognitif opérationnel ». Pour moi qui ai la chance de voyager et de souvent découvrir des cultures différentes, il est parfois difficile de revenir en France. Surtout quand s’y rajoute la fatigue et par voie de conséquence : la difficulté à prendre de la hauteur face aux négatifs. On ne peut pas le nier, notre pays est connu pour être un de ceux où on se plaint le plus. Alors à un moment, il faut de toute façon faire un effort. Ça ne vient pas gratuitement…

DÉCRYPTAGE

Apprenons à décrypter ce qui est source d’espoir. Comment l’espoir interagit avec les perceptions : du bien-être, de la passion, de l’amour, de la foi et même de la « douce folie »… Qui sont les porteurs d’espoir ? De qui faut-il s’inspirer ? Vous avez toujours le choix d’être heureux mais pour ça entourez-vous de gens heureux. Si la sagesse s’acquiert avec l’âge et que la plupart du temps les mentors qui guident l’espoir ont roulé leur bosse, on trouve aussi des caractères qui n’attendent pas les années pour se révéler et communiquer ou transmettre du bien et de l’espoir aux autres. Il y a des gamins comme ça pas plus haut que trois pommes sur lesquels le stress, la pression, le désespoir glissent comme l’eau sur le dos d’un canard. Et rien ne les empêche de jouer, de s’émerveiller et de réussir. Ceux-là, il faut les préserver. Non seulement ce sont peut-être des futurs champions mais en plus, ils sont susceptibles d’aider à pérenniser un futur encore plus joyeux.

DÉFINISSONS CELUI QUI ESPÈRE

En psychologie moderne, ce qui était longtemps perçu comme une émotion incontrôlable est désormais observable comme un « processus cognitif opérationnel ». Mais pour simplifier, celui qui espère est celui qui se fixe des buts. Ses buts ! Pas ceux qu’on lui impose. Et aussi celui qui a de fortes motivations, ainsi que la capacité à s’adapter et à identifier tous les chemins pour les atteindre. Vous l’admettrez, on est quand même bien loin d’une définition « molle », qui faisait de l’espoir un mélange d’attente passive et d’optimisme béat.

ET LE PESSIMISTE ?

La notion d’ « intervention » est désormais cruciale. Ainsi, un pessimiste est surtout quelqu’un qui ne sait pas comment intervenir sur la réalité, quand celui qui espère se fonde sur la diversité des actions qu’il pense possibles.

LES QUALITÉS NÉCESSAIRES

Cette conception cognitive de l’espoir mériterait qu’on s’y intéresse davantage. Les bénéfices sont absolument fabuleux ! L’espoir est une des sources les plus précieuses de bien-être. Les effets potentiels de l’espoir sur la réalisation d’un résultat sont homériques et parfois même spectaculaires. Ainsi, l’espoir peut avoir un impact sur notre capacité à rebondir après une performance perçue comme un échec, lors de la réalisation d’une seconde performance par exemple, ou lorsque l’on mesure les progrès envisagés sur de futures performances.

THÉORIE DE L’ESPOIR

La « théorie de l’espoir » si on peut parler de théorie peut, tentons-le, s’expliquer… Je vous fais faire un exercice ?

Fermez les yeux ! Observez un but concret que vous souhaitez accomplir au cours des prochaines semaines ou même plus loin, dans quelques mois. Quelque chose qui vous tient réellement à cœur. Quelque chose qui vous fait rêver. Ça y est, vous le visualisez ? Qu’est-ce qu’il se passe en vous ? Qu’est-ce que cela vous procure ? Vous sentez cette énergie ? Vous sentez votre coeur qui bat plus fort ? Vous sentez cette excitation ? Croyez-moi, dans ce cas-là vous partez avec un vrai un avantage par rapport à celui qui s’exécutera bêtement à ce qu’il croit être une contrainte. Soyez acteur ! Et améliorez chaque jour votre niveau d’espoir ! Projetez-vous sur ce que vous aimez, faites focus sur le résultat ! Câblez votre esprit sur cette future belle image de réussite jusqu’à ce que la connexion entre espoir et réalisation soit incontournable.

EN CONCLUSION

Visualisez vos actions de façon concrète et soyez capable d’identifier clairement vos objectifs ! Les vrais ! Pas ceux qu’on vous impose ! Mais ceux qui vous tiennent à cœur. Triez l’urgence et l’importance. Et de façon complètement subjective. Ne vous laissez pas parasiter par l’autre. Vous savez celui qui pense que vous êtes un illuminé et que vous vivez dans l’illusion. Si vous ne travaillez pas pour vos rêves, quelqu’un d’autre vous embauchera pour les siens. Ayez le courage de capitaliser sur le socle où vos espoirs peuvent grandir. C’est aussi là où celui qui est plein d’espoirs se différencie de l’optimiste : il sait qu’il va exercer un certain contrôle sur les événements, pouvoir agir pour atteindre ses objectifs, alors que l’optimiste jouit « simplement » de la capacité à percevoir que les événements vont bien se passer, parfois même indépendamment de sa marge d’action. Finalement aussi naze que puisse paraître cette phrase qu’on répète souvent bêtement sans réfléchir au sens profond oui « l’espoir fait vivre »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *