Malgré un entrainement régulier, le constat est sans appel : vous ne progressez plus ! ESt-ce finalement si important, et, le cas échéant, comment y remédier ?

Par Jean-François Tatard – Photos : DR

Chris Gardner ! Ce nom vous dit-il quelque chose ? C’est le nom de ce représentant de commerce qui galère à gagner sa vie pour réussir à subvenir aux besoins de son petit garçon. Je vous invite à regarder ou à revoir ce film magnifique avec Will Smith et son fils pour comprendre ce que signifie aussi le « bonheur »…

 

À LA RECHERCHE DU BONHEUR

Perdu dans la pire épreuve de sa vie, Chris continue à veiller sur Christopher et puise dans l’affection et la confiance de son fils la force de surmonter tous les obstacles. Mais s’il existe quelque chose d’autre de profondément rassurant et moteur c’est aussi de savoir que nous sommes toujours évaluable.

PENSEZ-Y !

Derrière quelque chose d’aussi simple que courir se cache une autre vérité inconsciente bien plus subtile. Peu importe vos chronos, la vitesse à laquelle vous évoluez, le temps que vous parvenez à courir sans vous arrêter, ce qui anime votre envie c’est aussi ce « bonheur » simple de vous sentir progresser.

POURQUOI JE NE PROGRESSE PLUS ?

Tous, on se l’est plus ou moins posée à un moment ou à un autre, cette question. Et moi le premier. C’est même cette quête de réponses sur comment bien s’entraîner en course à pied pour progresser qui construit la plus grande partie de l’ADN de votre magazine internet préféré.

LA RÉPONSE

J’aimerais vous dire qu’il n’y a qu’une réponse. Ce serait beaucoup plus simple. Pourtant, je me suis intéressé à suffisamment de cas pour me rendre compte qu’il y a pratiquement autant de raisons que de personnes qui ne progressent plus et qui s’éloignent du « bonheur ». Néanmoins, il existe quand même quelques similitudes chez beaucoup de mes amis runners qui me posent la question.

ENTRAÎNEMENT TROP DUR !

 

« Go hard or Go home », « No pain, no gain », « Do the best et fuck le reste », etc. Les paradigmes qui motivent tiennent une place cruciale dans la motivation à s’entraîner. Mais ils doivent s’intégrer avec réflexion dans le schéma psychologique de chacun. Il ne s’agit pas « d’aller au charbon » tous les jours en négligeant le sommeil, la nutrition, l’hydratation… Plus vous vous entraînez dur, plus vous progresserez mais plus vous vous entraînez dur, plus importante sera la place de la récupération dans votre programme d’entraînement. Ainsi, plus un entraînement est difficile, plus il a de chance de faire progresser mais plus il demande une récupération importante. Et si on n’attend pas suffisamment avant de se ré-entraîner, la récupération est incomplète. Ça veut dire que les progrès seront également incomplets.

LES RISQUES

Si la récupération est incomplète en temps, en apport nutritif, en sommeil, en hydratation, en relâchement, etc, vous ne bénéficierez pas de tout ce que cette séance pouvait vous apporter. Dommage ! Et pire, ce « stress chronique » sur le corps est aussi ce qui va amener les blessures… Je vous invite d’ailleurs à relire mon papier sur la récupération.

-> Voir aussi : La sortie de récupération

-> Voir aussi : Les meilleures techniques de récupération

 

POUR CONCLURE

« À la recherche du bonheur » est une des expressions clefs de la déclaration d’indépendance aux Etats-Unis mais aussi pour toutes les autres communautés dont celle des runners. Selon cette phrase finalement fondatrice, nous avons tous le droit de chercher le bonheur. À nous de voir où et comment. Souvent, les gens l’associent aux dollars ou à l’argent, à la performance qui te situe par rapport aux autres, ou encore à la réussite sociale et carriériste. Mais sois toi-même ! Ne cesse jamais d’apprendre et progresser…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *