Depuis que je pratique la course, j’ai eu la chance de chausser un paquet de runnings de la marque américaine Saucony. Mais systématiquement, des modèles dynamiques et légers, typés performance. Ainsi avec la Saucony Triumph ISO c’est la première fois que je teste un modèle plus confort.

Par Jean-François Tatard* – Photos : DR

Il faut remonter en 1898 pour voir naître la première usine de l’entreprise. L’histoire se passe à Kutztown en Pennsylvanie sur les hauteurs des rives du Saucony Creek du nom du ruisseau le long duquel s’installa la firme. Mais c’est seulement 100 ans plus tard en 1998, que Saucony devint Saucony. Jusque là, la marque phare de Hyde s’appelait Hyde Athletic Industries.

LE LOGO ?

Vous voyez le logo ? Vous vous demandez encore ce qu’il représente ? Le logo de la marque Saucony représente le courant du ruisseau le Saucony Creek et les rochers couchés dans son lit. Fallait y penser. C’est à partir des années 2015 que la marque se distingue sur la culture streetwear. Auparavant connue pour réaliser des baskets d’exception, Saucony se détache de son image de l’époque et se converti fréquemment aux influences des grandes enseignes comme Nike, Adidas ou New Balance. Les chaussures d’athlétisme sont lointaines et laissent place, aujourd’hui, à de nouvelles sneakers très proches des modèles les plus urbains.

MAIS REVENONS À NOS MOUTONS !

La Saucony Triumph Iso 4 est un modèle réalisé pour les coureurs à pied à foulée universelle. Ce modèle est destiné aux coureurs confirmés voulant bénéficier d’un amorti et d’une semelle très très confortable pour s’aligner sur des longues distances ou des entraînements sans intensités. Désormais, cette nouvelle version de la Triumph dispose d’une semelle full Everun afin de vous assurer un excellent confort durant vos séances.

LE CHAUSSANT

Son chaussant Isofit a été repensé pour offrir encore plus d’extensibilité. Ce système vous offre un ajustement dynamique qui s’adapte à votre foulée. Quant à son mesh, il a été élaboré pour vous donner entière satisfaction dès l’instant où vous les enfilerez.

LA SEMELLE

Sa semelle extérieure Triflex vous garantit un meilleur déroulé du pied, et une foulée plus naturelle. En caoutchouc, cette semelle vous assure une bonne adhérence, une bonne répartition, ainsi qu’une bonne absorption des chocs. Enfin, la semelle extérieure en TRI-FLEX offre un contact au sol plus important et une flexibilité optimale avec un drop de 8 mm.

L’AMORTI

La zone d’amorti est en EVERUN sous le talon. Cela est pour garantir un retour d’énergie maximal lors de l’impact au niveau du talon. La Topsole en EVERUN permet un meilleur retour d’énergie et un amorti continu tout au long de la course.

LE MAINTIEN

La nouvelle technologie de mesh a été renforcée pour assurer un maintien léger et dynamique. Quant à l’ISOFIT, il s’agit d’un système d’ajustement dynamique qui s’adapte aussi rapidement que la chaussure enfilée à la forme et au mouvement du pied du coureur.

TESTONS !

En les chaussant je m’attendais à avoir un chausson qui entoure tout de suite l’intégralité de mon pied. Or l’avant de cette chaussure est trop large à mon pied. Cela biaise mes sensations dans l’immédiat. Mais nous y reviendrons ! Une fois les premières foulées envoyées, j’apprécie tout de suite le dynamisme qui rendrait presque cette paire légère. Et pourtant, elles affichent 370 g dans mon 42,5 sur la balance. C’est quand même très lourd. Je n’y suis pas du tout habitué. Rares sont les chaussures de running qui dépassent les 320 g dans mon armoire. Pardon ! Dans MES armoires (Rire, mais plus de 100 paires usagées à renvoyer au Kenya pour l’assoc de Nath’ FAVREAU)… Finalement, j’oublie assez vite le poids et leur look « gros sabots ». Quant à ce footshape aussi large que le pied d’un canard et qui me rappelle le concept d’Altra, la technologie isofit rattrape aussi le coup et permet ainsi au chausson de se mettre au plus près du pied. Cet espace large peut peut-être même devenir un avantage lorsque les pieds gonfleront avec la durée de l’effort ou de l’épreuve sur laquelle on s’aventure Triumph ISO 4 aux pieds. Enfin, je les trouve plus dynamiques que je ne le pensais. Je me suis même offert des séries de 1000 à plus de 18km/h avec. Il est certain que je ne me serais jamais dirigé vers ce modèle si Saucony ne m’avait pas offert l’opportunité de les chausser. Mais aussi parce que je ne suis probablement pas dans la cible du produit.

MAIS ALORS POUR QUI ?

Cette chaussure à la foulée universelle et au chausson polyvalent se destine à tous les coureurs qui souhaitent avoir du confort. Des coureurs qui privilégieront le bien-être à la performance. 

CONCLUSION

Pour conclure, les Tiumph ISO 4 seront parfaites pour les débutants, les personnes en reprise de la course à pied ou post blessure. Finalement, je les trouve plutôt rassurantes. Vous connaissez la typologie SONCAS en vente ? Et bien disons que dans SONCAS, ce serait une plus une chaussure typée : sécurité / confort. Dans mon cas, j’ai déjà fait 200 bornes avec et je les finirai à l’entraînement. L’obsolescence me semble beaucoup moins vite programmée que sa petite Soeur la Kinvara qui ne m’a parfois pas duré plus d’un mois. Cette fois, d’après ce que je comprends d’elles, elles me feront entre 800 et 1000 km. En tous les cas, pour tous les runners qui cherchent l’« ULTRA CONFORT » : vous trouverez ici soulier à votre pied !

SAUCONY TRIUMPH ISO 4

Les +

  • Semelle EVERUN
  • Amorti, Confort, Retour d’énergie
  • Maintien du pied
  • Système ISOFIT pour une bonne adaptation aux mouvements du pied
  • Ventilantion et aération du chaussant
  • Bonne adhèrence et bonne traction de la semelle extérieure

Les –

  • La semelle de propreté un peu basique
  • Le lacet (peut-être pas assez robuste dans le temps)
  • Les encoches de lacets (à voir la robustesse dans le temps)

Prix public : 170€

*Jean-François Tatard

Plus de 100 victoires dans des compétitions départementales, régionales et nationales

– 2h34’ au marathon

– 3ème du 100kms de Millau 2014

– 6ème de l’ECOTRAIL 2013

– 5ème des Championnats de France du 100kms 2013

– 2ème français au marathon de Florence 2012 et au semi-marathon de Barcelone 2013

– 3ème du championnat de France de semi marathon par équipe 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *