fbpx

La diététique du runner entre Noël et jour de l’an

Runneuses, runners, de running4all et si nous faisions rimer « Fêtes de fin d’année » avec « profiter » plutôt qu’avec « paniquer » ? Avant de démarrer, il faut que vous le sachiez : Ce ne sont pas les délices de ces fêtes de fin d’année qui vont ruiner vos efforts de l’années, ni compromettre vos chronos version 2k19 !

Par Jean-François Tatard – Photos : DR

 

Evidemment, pendant les Fêtes, on sait que l’on va aller au-delà de ses limites. En tous les cas : ces odeurs de cookies dans la rue qui chatouillent nos narines, les diffusion de cannelle ou de vin chaud dans les magasins et les marchés, les belles tables sous le toit des chaumières, la famille, tous ces convives, les boîtes de chocolats qui traînent, tous ces excès de générosité, sont autant de tentations qu’il est difficile de « combattre ». Mais qui déjà disait « la meilleure façon de faire face à une tentions est encore d’y succomber » ?

FOCUS HORS ZONE

À cette période de l’année, on va faire simple : on « lâche la bride » ! Ce qui n’empêche pas chez beaucoup une petite angoisse récurrente. On est tous un peu concernés. La peur du petit bourrelet ! Ou la peur de la facture pondérale ! Alors avant de s’attabler pour fêter noël et la fin d’année, personne n’a dit qu’il faut sucer des haricots verts, mais il est conseillé de « limiter au maximum les apports de gras » dans les sessions inter repas de fête.

LES HABITUÉS DE LA COCHONNERIE 

Pour toutes celles et ceux qui ont l’habitude de consommer junk food au quotidien ou qui ne parviennent pas à se passer de la fameuse pâte à tartiner, des barres chocolatées, des viennoiseries, des biscuits, de boire des sodas ou même la petite binouze qui glisse si bien, essayez de vous limiter les jours précédents les fêtes. C’est le seul effort. On va dire c’est la contrepartie tangible au plaisir.

L’OBJECTIF 

Tout cela avec un objectif : « Se focaliser sur une optique de digestion saine ». Disons que votre estomac et votre vésicule biliaire vont être très sollicités les jours suivants ces « excès ». Et si vous êtes vraiment dans l’idée de vous lâcher en fin d’année, vous pouvez aussi, quelques jours avant, faire une salade ou juste une soupe le soir. Un autre conseil, veillez à des apports en nutriments suffisants, en eau, minéraux, vitamines, grâce aux légumes et aux fruits. Aussi, privilégiez les viandes les moins grasses pour limiter les graisses saturées qui seront nombreuses durant les repas de fêtes.

SAVOUREZ SANS CULPABILISER

Ces repas de fêtes, justement, savourez-les. Ce ne sont que quelques repas alors inutile de vous priver outre mesure. Et assumez le fait que de toute façon votre poids varie dans l’année. Avec un poids de forme qui reviendra au moment voulu.

L’HIVER OU LA SAISON DES CALORIES

En hiver, le froid nous incite à rechercher des aliments beaucoup plus énergétiques. C’est tout a fait normal et le phénomène se fait naturellement. Donc pas étonnant que nous accusions quelques kilos en plus sur la balance. Rien d’anormal ! Plutôt que de chercher à limiter la casse sur la balance, focalisez-vous donc plutôt sur votre digestion !

LA DIGESTION

Pensez à mettre votre estomac au repos ! Vous n’allez pas « charger » tous les jours entre Noël et jour de l’an ou même jusqu’à la galette des rois pour les plus « courageux ». Alors, les lendemains de gueuleton, allégez la digestion. Essayez-vous a une monodiet, par exemple. Cela peut être une expérience. Avec les vertus qu’on lui connaît : une journée « radis noir » par exemple ! En tous les cas, les lendemains, forcez davantage sur les végétaux, sans abuser des crudités qui risquent de favoriser les ballonnements.

ALCANISEZ !!!

Et revenez sur du classique : riz, quinoa, légumes. En plus du radis noirs qui est le meilleur copain du foie, Pensez aux choux, brocolis, artichauts, fenouil, aux salades type roquette ou mâche. Tournez-vous aussi vers les poissons et viandes maigres. Avec deux cuillérées à soupe par jour d’une huile riche en acides gras essentiels (noix, soja ou colza) pour les omégas 3.

ET L’ALCOOL

Méfiance sur l’alcool. L’alcool déshydrate et lorsqu’on sait l’impact que peut avoir une mauvaise hydratation des tissus sur le corps et à quel point elle optimise le risque de tendinites et autres blessures. Alors entre les repas, vous ne finissez pas les fonds de bouteilles. D’ailleurs elle devrait être une règle d’or : « l’alcool ça se partage ». « L’alcool ça ne se boit pas seul ». Alors, à table, le festin on l’arrose mais entre les repas, buvez, buvez et buvez de l’eau !

POUR CONCLURE

On se surveille avant. On se surveille après. Mais on en profite pendant. Et enfin, nous sommes chanceux, on a l’opportunité de contre-balancer plus rapidement que quiconque alors, entre deux bûches : enfilez vos chaussures et allez courir !

 

Laisser un commentaire

Advertisment ad adsense adlogger