L’histoire commence, il y a 30 ans (du moins l’histoire, une fois devenue rationnelle)… Nous sommes en 1986, et grâce aux progrès combinés des connaissances physiologiques et technologiques, c’est à une société suisse que tous les sportifs de la terre vont devoir dire « merci » d’avoir inventé l’électrothérapie. Forte de son expérience et de sa domination toujours aussi incontestable, trois décennies plus tard, COMPEX m’offre aujourd’hui l’opportunité de tester sa dernière petite merveille technologique. Le Compex SP 6.0.

Par Jean-François Tatard* – Photos : DR

L’idée d’un petit appareil portable d’électrostimulation destiné au domaine médical est née dans le département R&D de BBC Sécheron à Genève qui fonda ensuite la société MediCompex SA en 1986. En 1989, la société lance sur le marché suisse son premier appareil médical, le Compex-1. En 1994, une deuxième génération d’appareils médicaux voit le jour. C’est à cette époque qu’un nouveau type de clientèle s’intéresse de près à l’électrostimulation : les sportifs, ces derniers ayant constaté l’efficacité de cette technique dans les programmes de rééducation d’athlètes prestigieux. En 1996, Compex sera la première société à proposer cette technologie au grand public, sur les marchés suisse, français et italien. Et depuis, la technologie qui nous est proposée par ce génial inventeur n’a jamais cessé d’évoluer jusqu’à ce qu’à ce denier modèle sans fil…

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

Avant de vous parler de ce petit bijou, j’aimerais juste vous expliquer à quoi sert l’électrostimulation et quels sont les bénéfices souhaités. Ainsi, l’électrostimulateur se substitue à notre cerveau et envoie une information à notre corps grâce justement à un courant électrique. Le courant se propage via les électrodes posées sur la peau, pénètre celle-ci et se diffuse à nos fibres nerveuses.

QUAND ET POURQUOI ?

Il y a différentes façons d’utiliser l’électrostimulation. Mais l’objectif de l’utilisation de cet appareil est d’accompagner le muscle selon quatre possibilités :

  • La préparation physique
  • La récupération 
  • La rééducation 
  • Le soulagement des douleurs 

UN CERVEAU DE SUBSTITUTION

Les muscles ne font pas la différence entre la sollicitation demandée volontairement par le cerveau ou celle, artificielle, du Compex. L’appareil se distingue d’ailleurs sur ce marché grâce à sa maîtrise de l’impulsion électrique qui est optimale, et ce quels que soient les appareils de sa gamme.

EFFICACITÉ ET CONFORT

Pour être qualifiée d’optimale, l’impulsion électrique doit satisfaire à deux règles fondamentales :

  1. l’intensité électrique doit être efficace et apporter la quantité d’électricité juste nécessaire 
  2. L’intensité doit être confortable et ne pas apporter une quantité d’électricité excédentaire à ce qui est nécessaire

ET NOTRE KINÉ ?

Avec de tels arguments, que devient notre kiné ? Que devient la profession ? Rassurez-vous, rien ni personne ne remplacera jamais un bon kiné. Néanmoins, j’aimerais vous faire partager quelques résultats après avoir testé le Compex SP 6.0 durant plusieurs semaines. Et puis, vous savez, j’ai acheté mon premier Compex en 2000 et depuis, il me semble que celui-ci est mon cinquième. Pourtant cela ne m’empêche pas d’aller régulièrement chez le Kiné.

TESTONS !

Sacré cadeau qui m’a été livré. Quel joli coffret ! L’écrin est tout aussi somptueux que le bijou qu’il renferme. Mon premier Compex sans les fils… Et, wahooo ! 30 programmes proposés par cet outil. 30 programmes sous les 4 mêmes thématiques habituelles :

La préparation physique : pour se renforcer musculairement, travailler son endurance, ou le volume musculaire.

La récupération : des massages régénérants au massage relaxant.

La rééducation : pour les sportifs qui reviennent de blessure ou ceux qui n’ont pas fait de sport depuis longtemps et souhaitent se raffermir sans marcher comme un robot grippé après la première séance.

Le soulagement des douleurs : du type raideurs musculaires par exemple

COMPO

Le paquet comprend quatre modules (accueillant deux électrodes chacun), les huit électrodes, la console permettant de gérer les programmes, les trousses de transport, ainsi que la docking station (rangement et recharge).

BATTERIE

Une bonne nouvelle ! L’autonomie de cet ensemble sans fil est très confortable. On peut même se passer du module de recharge et tout embarquer dans sa petite trousse de toilette avec sa brosse à dent et sa crème Nivea pour partir en week-end.

LES PROGRAMMES CHOISIS

Bon, je vous avoue ! Là, ce n’est pas mon fort. Je préfère aller courir. Lorsqu’il s’agit de faire le tri dans les différents programmes, difficile de faire mon choix. Le Compex vise l’ensemble des groupes musculaires en mode : 1) renforcement et 2) accompagnement de la récupération, et 3) permet de traiter certaines blessures. Pour ce qui est du renforcement, j’ai choisi le temps du test de substituer la séance de PPG du mardi et de muscu du vendredi et donc de donner la priorité à deux programmes : « musculation » et « résistance », deux fois par semaine, en alternance. Double objectif : développer le tonus et développer la force, et augmenter ma capacité à encaisser les efforts longs et intenses. D’ailleurs, de plus en plus de trailers ou d’ultra runners dont le mot d’ordre est le « cassage de fibres » complètent leur entraînement à la courbature avec le Compex. J’ai aussi testé… Apres le footing. Juste le temps de prendre une douche et aussitôt sorti, je me fais une session de squats les électrodes sur les cuisses et on descend en flexion a poids de corps au moment de l’intensité. Poooooooouah ! c’est le seul moment où j’ai vraiment détesté mon jouet. 

AVANTAGE

Ces menus nécessitent un temps de travail compris entre 21 et 27 minutes par muscle, contre 50 minutes pour d’autres modes. Au final, la démarche nécessite tout de même un certain investissement. Pour plus d’efficacité, je me suis souvenu de quelque chose… En effet, j’ai eu la chance d’assister, il y a quelques années, à une conférence offerte par la compagnie suisse, et où il était conseillé d’être en mode actif, muscles contractés dans les phases de travail. C’était ainsi le principe avec la pulvérisation de mes quadris utilisé en mode squat !

-> Voir aussi : Gagner de la force et de la puissance

LA RÉCUP

Depuis 18 ans que j’ai eu mon premier COMPEX, dans 99% des cas où je l’utilise : c’est en récup. Je ne suis pas le seul dans ce cas d’ailleurs. Quand je discute avec la majorité des sportifs d’endurance qui ont la chance d’être équipé d’un Compex, c’est la même chose pour eux. Et là, incontestablement, les résultats du SP 6.0 me conduisent à valider l’efficacité de cet appareil. Pas mieux mais j’y retrouve au moins tous les fabuleux bénéfices que je connais sur ce programme. En termes de récupération, les résultats sont encore plus notables. À l’issue des séances de VMA et des sorties au seuil, le Compex exprime tout son potentiel. Récupération, traitement des contractures, régénération, traitement des courbatures… 

CONCLUSION

Vous avez idée du montant qu’il y a dans votre cochon ? Il faut que je sois honnête : le Compex SP 6.0 est loin d’être à la portée de toutes les bourses. Il va falloir péter la tirelire ! Presque 1000€ ! Sans compter qu’il va falloir régulièrement acheter des électrodes qui ne sont pas données elles non plus. Mais alors est-ce que cela en vaut vraiment la peine à ce prix là ? Pour celles et ceux qui l’utilisent comme moi, c’est-à-dire simplement pour la récupération : laissez tomber ! Et dans ce cas, descendez de gamme ! Pour 300€, vous trouverez votre bonheur même si à ce prix-là, vous y rajouterez l’encombrement des fils. En revanche, pour ceux qui souhaitent profiter de toutes les fonctions et dont les finances le permettent, vous avez là un vrai bijou ! Qui en plus vous permettra une utilisation parfaitement incognito, sous le pantalon. Pour vous dire, je suis en train de rédiger le papier dans un Starbucks et, brrrrrr – brrrrr – brrrrr, vous voulez rire ? Personne dans le café, ne voit que sous mon laptop, je suis en pleine séance de capilarisation avec mon Compex SP 6.0…

 

COMPEX SP 6.0

•En préparation : 4/5

•En récupération : 5/5

•Facilité d’utilisation : 5/5

•Rapport qualité/prix : 3/5

Les +

  • La Liberté de mouvement grâce au sans fil
  • L’écran couleur
  • Vous apprécierez la batterie longue durée, le témoin de batterie qui vous renseigne en permanence sur l’état de charge et le confort de la technologie Mi Scan + Mi Range.
  • La connexion avec le site COMPEXWIRELES

Les –

  • Le prix du dispositif
  • Le prix des électrodes
  • L’obsolescence rapide des électrodes
  • Prix : 929 €

*Jean-François Tatard

Plus de 100 victoires dans des compétitions départementales, régionales et nationales

– 2h34’ au marathon

– 3ème du 100kms de Millau 2014

– 6ème de l’ECOTRAIL 2013

– 5ème des Championnats de France du 100kms 2013

– 2ème français au marathon de Florence 2012 et au semi-marathon de Barcelone 2013

– 3ème du championnat de France de semi marathon par équipe 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *