Test des chaussures On Running Cloudflash

Si vous vous souvenez pour ceux qui ont l’habitude de lire running4all, durant l’été et au milieu de l’automne l’opportunité m’avait été offerte par la marque suisse On Running de tester la Cloudace puis la Cloudventure. Deux chaussures très haut-de-gamme d’une finition digne de la « haute couture ». Même si ces deux modèles sont destinées pour l’entraînement, les sorties longues ou pour des coureurs lourds et plutôt sur les sentiers et les chemins boueux voir enneigés. Qu’en est-il cette fois, de ce denier produit que je viens de recevoir ? Un modèle complètement différent et exclusivement fait pour courir vite…

Par Jean-François Tatard – Photos : DR

On, je vous le rappelle, c’est l’histoire suisse d’Olivier Bernhard, David Allemann et Caspar Coppetti, trois potes passionnés de course à pied. Le premier cité, ancien athlète de haut niveau, triple champion du monde de biathlon et multiple vainqueur d’Ironman, a l’idée lorsqu’il se retire de la compétition de concevoir une chaussure de running qui procure un ressenti optimal. Il se rapproche alors d’un ingénieur suisse qui envisage justement aussi de développer un nouveau concept de chaussures de running. De cette association idéale mêlant expérience de course et expertise en ingénierie naît un grand nombre de prototypes. Le tout guidé par une seule et même ligne directrice : « permettre des réceptions en douceur à chaque foulée et des propulsions fermes pour repartir ». C’est ce concept unique qui a séduit Caspar Coppetti et David Allemann et qui les a motivé à rejoindre l’aventure en 2010. Rapidement, les trois associés fondent la société On à Zurich.

Le fruit de la réflexion

Le fruit de leur réflexion permet d’établir une approche à la fois intéressante physiologiquement et aussi, évidemment, d’un point de vue marketing, que l’un des boss, Olivier Bernhard, nous expose : « Ne pas faire de vagues, suivre les règles du jeu, marcher dans les pas de ces prédécesseurs, se fondre dans la masse… Toutes ces notions ont conduit à faire fausse route en matière de technologie de chaussures pour la course à pied. Après plus d’un demi-siècle de recherches et d’idées reçues sur la course, aucune avancée n’a significativement eu d’impact sur la réduction des blessures liée à la course à pied. »

Pourquoi ce test ?

Après avoir testé deux modèles qui ne rentraient pas nécessairement en adéquation avec mes besoins, cette fois Claudia (ça ne s’invente pas quand on bosse chez On…), Media Manager pour la marque, m’a offert l’opportunité de tester les toutes nouvelles Cloudflash. Au passage, à croire que c’est prémonitoire mais son nom de famille à Claudia, c’est « borner »… On referme la parenthèse ! Pourquoi ce modèle ? Ce n’est pas qu’une surprise pour Noël, le modèle est annoncé comme une racing flats ! Son poids de 220 g en fait une chaussure de compétition et depuis le temps que je teste plus majoritairement pour running4all des runnings typées : confort, stabilité, amorti que dynamiques et rapides, Claudia a tenu à ce que je me réconcilie avec les chronos.

Un gros défi

Quand tu comprends le concept de On Running et sa technologie exclusive qui met en avant le système Cloudtec, offrir une chaussure plus légère demeure un véritable défi. Alors, la marque suisse a dû faire des choix, si le mesh est minimaliste, elle demeure très résistante. On parle d’un morceau unique pour l’intégralité de la chaussure qui pourrait paraitre irritant pour le pied, mais à l’intérieur, les designers l’ont muni d’une doublure indépendante sur tout l’avant du pied qui est relié à la languette, le pied est donc protégé et ce détail n’est pas qu’anecdotique car il permet de les chausser pieds nus. Ce qui en fait un soulier parfaitement adapté aux triathlètes.

Dans le détail

L’ajustement est vraiment parfait ! À l’arrière, le talon est semi-rigide ce qui permet de garder une sensation de contrôle. C’est vraiment une caractéristique différenciante de la marque suisse mais rien n’est laissé au hasard. On collectionne les petits détails visuels. Le drapeau suisse en languette notamment, mais aussi le jeu de deux lettres : O sur le pied gauche, N sur le pied droite. Ce n’est pas qu’un détail quand tu reconsidères l’importance de l’esthétisme de la chaussure dans le choix du consommateur. Et même quand le focus est la performance : Il faut être beau ! 

Comment rendre aussi réactive une ON ?

Sur ce modèle de la gamme, la semelle a été remplacé par une plaque en Pebax ! Le bénéfice est d’offrir une meilleure réactivité. Cela donne l’effet d’un ressort. Et le fait que cette semelle particulière se fait oublier est justement un très bon signe. 

Perceptions (subjectives ?) 

Et mes sensations ? C’est ma troisième paire de ON Running et à l’expression qui dit jamais deux sans trois, on peut la laisser aux plus superstitieux… En effet, les deux premières paires m’avaient offert beaucoup de sécurité et de confort alors que celle-ci sont des chaussures avec des ajustements très serrés et offrant assez peu de protection. C’est une invitation à courir vite, mais aussi à développer une foulée plus aérienne et en contrôle pour éviter les chocs. Ce sont des chaussures que l’on sort pour les grandes occasions ! Néanmoins, quelles que soient les autres marques, de toutes les Fast shoes que j’ai chaussées dans ma vie, les Cloudflash, sont celles sur lesquelles j’ai trouvé le meilleur amorti. Le Cloudtec est effectivement quelque chose de notoire une fois encore sur ce modèle pourtant léger. Cette sensation d’amorti est significative et continue visiblement à respecter l’engagement de la marque quel que soit le poids de la chaussure de la gamme. C’est d’autant plus étonnant que dans les croyances ce n’est pas possible d’associer dynamisme et amorti. Alors, « Chapeau On ! »

Conclusion

Plus j’ai couru avec la Cloudflash, plus je me questionnais sur les raisons qui poussent le runner à privilégier certaines caractéristiques de sa chaussure et d’en sacrifier d’autres. Pourquoi n’est il pas possible de tout réunir dans une même chaussure ? Cette fois c’est la première rencontre que je fais avec une marque qui permet de réunir dans un même modèle deux caractéristiques normalement antinomiques dans les mœurs. En effet, dans cette chaussure, on a le sentiment que l’amorti a pour une fois en plus un impact positif sur la technique, la mobilité physiologique et la motricité du coureur tout en maintenant les bénéfices cherchés par toutes les marques lorsqu’il s’agit d’optimiser ce critère de sécurité et de confort. Je n’ai jamais ressenti une sensation de lourdeur au contraire. La chaussure est très versatile. Néanmoins, il faut bien un bémol, comme avec tout équipement léger conçu pour la vitesse, il ne faut pas s’attendre à une très grande durabilité. J’estime l’obsolescence à pas beaucoup plus de 500 km. Mais à la limite, tant mieux, ça va vous obliger à les garder pour les jours de messes et à en limiter l’usage aux jours de fête !

ON-RUNNING CLOUDFLASH
Type de pied : Universel
Usage : Entraînement rapide /Compétition
Surface : Route
Poids du coureur : Moins de 80kg
Poids de la chaussure : 220g
Drop : 5 mmPrix : 189€

Les + : poids, dynamisme, flexibilité, amorti

Les – : à part le prix, je n’vois pas…

 

 

Vous aimerez peut-être aussi

Un commentaire sur “Test des chaussures On Running Cloudflash

Laisser un commentaire