fbpx

Course Run in Marseille dans la cité Phocéenne

13000 arrivants c’est le chiffre pour les coureurs qui ont franchi la ligne d’arrivée du vieux port pour cette édition de Run in Marseille sous un soleil et une température dignes d’un mois d’été !.

Coureurs de marathon, semi, et 10 km, tous sur la même ligne d’arrivée au final dans une ambiance extraordinaire et joyeuse sur le vieux port de Marseille !

 

Par Doc Sandrine N – photos DR

C’est à 8h le matin que se sont élancés les coureurs du semi et du marathon au pied du Mucem pour effectuer les parcours dans la ville, mais surtout sur la corniche, le long des plages et des magnifiques paysages que peut offrir la vue depuis Marseille vers la mer.

Thomas, multi marathonien confirmé, est meneur d’allure cette année en 3h30, un challenge sur ce parcours pas simple avec une seconde boucle à effectuer à partir du 8ème km.

Thomas s’élance avec un groupe de coureurs motivés pour finir en 3h30 et surtout bien décidés à ne pas lâcher leur meneur d’allure, représenté par la flamme bleue. Il fait déjà bon à 8h le matin, pas de vent et la température ne va faire que monter…

Un jeune homme tout au plus 25 ans ne lâche pas Thomas d’une semelle, et un groupe de 10 personnes s’accrochent au fur et à mesure que les km passent.

La cadence est simple c’est 5 minutes au km, douzaleur si on reprend l’expression d’un site ami qui fabrique d’excellents tee-shirt douzaleur

La chaleur est vite gênante, Thomas force ses coureurs qui l’accompagnent à bien prendre de l’eau à chaque ravitaillement et à garder une bouteille un peu avec eux…

Les km s’enchainent, pas de mur au 30ème, à 3h30 au marathon, les coureurs arrivent à gérer et se sont bien préparés.

Thomas scrute sa montre, il a un peu de retard, quelques secondes et il sait qu’à cause de cela il devra priver ses coureurs du dernier ravitaillement au 40ème km, ou alors attraper vraiment une bouteille à la volée…

L’ambiance sur le port va doper les derniers 1500m, les jambes tournent toutes seules, les coureurs accélèrent le public est là, les têtes des coureurs se relèvent, c’est fini et dans quelques centaines de mètres ils seront marathoniens …

C’est fait 3h30 et 50 secondes à la montre de Thomas, mais en meneur d’allure habitué, il les a boostés et les a fait finir devant lui sur le dernier km pour être pile à 3h30. Bravo, mission accomplie !

Au semi, c’est Isabelle, marseillaise pur souche qui mène la danse en meneuse 1h55, pour cette super coureuse, cela va être une partie de plaisir et de fun que d’accompagner tous les coureurs et notamment d’en rencontrer certains qu’elle connaissait, pour de vrai, par des applications de running ou par les réseaux sociaux !

La météo a joué beaucoup sur la joie des coureurs à être présent à un tel évènement, le parcours est extra avec un départ couplé au marathon, une balade le long de la cote, des zig zag dans le parc Borely mais surtout un public très présent, des musiciens qui mettent l’ambiance tout au long du circuit…

Un groupe important autour d’elle et Isabelle telle un métronome va les emmener en 1h 54minutes et 44 secondes à l’arrivée sur le port, radieuse et heureuse d’avoir pu les emmener avec autant de précision. Ses premiers mots : C’est trop court 21,100 km, j’ai kiffé grave  !!

Cette année je suis meneuse sur le 10km en 1h, flamme rose … Un temps symbolique, c’est très souvent un premier objectif pour les coureurs débutants qui ont accroché ici pour la première fois mais sans doute pas la dernière, leur premier dossard.

Ambiance extraordinaire dans mon sas de départ, des photos, des selfies, des demandes de conseils, et Yasmina qui va s’accrocher jusqu’à la fin.

La même Yasmina qui va avoir un moment de panique au moment d’attaquer la montée de la corniche car elle la craint plus que tout.

mais au bout, sous l’arche Air France qui indique la fin de cette jolie montée (paysages de folie vers la mer) c’est la délivrance, la joie de l’avoir fait et la descente tranquille vers le vieux port de Marseille synonyme de l’arrivée, même si 2 petits rebonds montants viendront remettre un petit coup dans les quadriceps de mon groupe de coureurs et coureuses.. 

Ravitaillement obligatoire et avais annoncé qu’avec un peu d’avance on pourrait ralentir pour boire, or tout ne s’est pas passé comme prévu et notamment le départ qui très vite nous fait courir sur une route étroite et donc ça bouchonne.

Plus 20 secondes sur mon allure dès le 1er km et cela ne s’arrange pas au second, +15 secondes, bon je calcule il va falloir cravacher à un moment, connaissant le parcours dans la descente je vais pouvoir aller plus vite et cela sera indolore et surtout invisible pour mes coureurs, je papote, j’encourage et j’emmène dans mon groupe tous ceux que je double…

Mince on est déjà au vieux port, cela veut dire que c’est bientôt fini, pas possible c’était trop bien, je vérifie mon chrono, je suis en 54 minutes au 9ème tout va bien, et l’euphorie de la foule sur l’arrivée est telle que les jambes tournent toutes seules, tout le monde suit et au final nous franchissons la ligne en 59min 38secondes et quel bonheur, Yasmina me tombe en pleurs dans les bras, elle a réussi son pari : courir un 10 km en moins de 1h.. Partout les bras se tendent, merci Sandrine, merci je t’ai suivie depuis le début… Mais pourquoi j’ai fait meneuse sur le 10km… Tant de bonheur et si une si belle course, c’est bien trop court un 10km…

 

Sandrine Nail Billaud

Sandrine Nail Billaud

Pharmacien - Journaliste - Multi marathonienne et meneuse d'allure. Facebook Sandrine NAIL BILLAUD Insta : nailbillaud_sandrine

Laisser un commentaire