fbpx

Test de la New Balance RUBIX

Mon histoire avec la marque New Balance commence à durer et elle ne se résume plus uniquement à la NB 574. Le modèle un peu iconique du monde de la sneaker qui n’a d’ailleurs rien à voir avec le running. Ainsi depuis que Constance Marle nous a fait découvrir la « gamme 2019 », j’ai pu, à plusieurs reprises, vérifier que la griffe fashion était aussi une vraie chaussure concentrant toutes les propriétés pour galoper.

Cette fois… Parmi toutes nos exigences, nous nous sommes concentrer à demander à la marque américaine de nous prouver jusqu’où  était-elle capable d’amener son niveau de stabilité. C’est donc la toute nouvelle Rubix qui nous a été offert d’essayer. 

Par Jean-François Tatard* – Photos : DR

FLASH-BACK

Voyage dans l’Histoire… C’est en 1906 que New Balance est née. À Boston. À l’origine la marque fabriquait des soutiens de voûte plantaire. Puis la marque s’est ensuite spécialisée dans les chaussures de course à pied. D’ailleurs, aujourd’hui New Balance est la quatrième marque mondiale de chaussures de sport. Tout sport confondu. Je discutais avec Nil, le délégué NB pour la région parisienne entre autre, et il me faisait d’ailleurs remarquer que de nombreux clubs de foot étaient en contrat avec la marque. Et pas des moindres : FC Nantes, Dynamo de Kiev, FC Porto et même Liverpool. Mais elle est aussi la seule marque à fabriquer des chaussures en Europe. À Flimby en Angleterre.

REVENONS À NOS RUBIX …

« Running » ou Jackpot Marketing ? En 1970, le sport est en pleine explosion. Le marathon de New York permettra à la marque de se faire connaître dans le monde entier : les participants ont presque tous des New Balance aux pieds. Aujourd’hui, le géant américain est reconnu comme étant LA référence des chaussures de Running.

TESTONS LA RUBIX !

« Mon rêve c’est de courir un marathon avant mes 40ans ». Nous sommes le 14 décembre, il est 23h30 et dans un état qui nous offre pas toute notre lucidité. Pourtant, accoudé au bar entre pintes de bière et verres de rhum, dans une euphorie sans nom, notre ami Nicolas va s’inscrire depuis son smartphone à son premier marathon… Paris 2019 !

Ça aurait pu être anecdotique si Nicolas, n’avait pas été un « quasi » néophyte qui fêtera ses 40ans justement cette année. Seulement, Nicolas est un ancien fumeur qui a pris quelques kilos. Et il n’a jamais couru plus de 10kms. Il va pourtant devoir significativement faire monter le volume kilométrique hebdomadaire s’il veut réaliser son rêve.

Je sens que nous allons nous amuser. Drôle de pari… 

ON N’IMPROVISE PAS !

« Si l’être qui survivra n’est ni le plus ni le plus intelligent mais celui qui s’adaptera le plus rapidement aux changements », on ne va pas tout improviser quand-même ! On va procéder par étapes… Commençons par rechausser notre grand gaillard ! Après avoir essentiellement couru sur des Asics, les Numbus dans un premier temps puis des Kayano, nous avons recruté Nicolas comme cobaye parce qu’il est en quête absolue de stabilité. Et que s’il veut mener ce projet jusqu’à son terme, il lui faut une chaussure la plus « naturellement » stable et qui lui offre un maximum de sécurité à ce niveau là. Le genre de produit qui demande le moins d’effort possible de contrôle du pied et de la cheville, qui permet de poser avec relâchement l’appui. 

POURQUOI DE LA STABILITÉ ?

J’ai passé du temps à observer Nicolas courir. Nicolas n’a pas une pose de pied « naturelle », ou du moins naturellement vers le médio-pied. Il transite beaucoup plus par le talon pour trouver son équilibre. Et même si depuis, Nicolas a beaucoup maigri, c’est un « beau bébé ». Il mesure plus d’1m90 et dans son 47, il flirtait avec les 100kg à l’amorce de sa préparation. Il lui faut un modèle proposant un talon plus structuré, c’est à dire à la fois amortissant et élargi pour amortir l’impact sans perdre la stabilité. J’en parle à Constance qui gère le média chez NB et lui demande de trouver une chaussure avec une partie de semelle, entre le talon et l’arche interne, qui est densifiée, et permettant de retenir une rotation interne de la cheville ou un affaissement de la voûte.

AUTRES REQUÊTES ?

Rajoutons que la constitution de la semelle est également importante : « de l’épaisseur, por favor ! » et de la souplesse dans l’amorti même si ça fait perdre les sensations proprioceptives du pied. D’ailleurs en discutant avec Claire BOULANGER marketing manager France de la marque : attention, le corps peut ainsi perdre le contrôle de la stabilité de son pied. Il faut donc être vigilant à trouver l’équilibre entre l’amorti et l’effort pour trouver l’équilibre. Ainsi, la stabilité est un élément important car les sensations et la bonne santé tendineuse et articulaire de Nicolas en dépendent.

LA STABILITÉ À L’USAGE 

On nous avait promis une chaussure à stabilité maximale, C’est bien ça ? Pourtant historiquement, les chaussures de stabilité ont toujours été raides, maladroites et inconfortables, leur donnant la réputation d’être un mal pour les surpronateurs. Récemment, cependant, des modèles tels que la HOKA ONE ONE Arahi et la New Balance Vongo ont proposé des solutions innovantes pour réduire la surpronation. Ces chaussures réduisent certains des attributs négatifs associés aux chaussures de stabilité et visent à fournir des expériences de course plus légères, plus douces et plus flexibles.

Avec la Rubix, New Balance a visiblement affiné davantage cette nouvelle génération de « chaussures à stabilité » en utilisant un design de pointe pour réduire la surpronation tout en maintenant une conduite confortable et souple.

LA SEMELLE INTERMÉDIAIRE

En règle générale, les « chaussures de stabilité » sont conçues avec une combinaison de mousses plus douces et plus fermes dans la semelle intermédiaire. Ces mousses de différentes densités sont stratégiquement placées pour aider à corriger la pronation supérieure. Ici la New Balance Rubix v1 utilise ce même principe. Deux mousses différentes agissant ensemble pour empêcher le pied de rouler vers l’intérieur. Contrairement aux autres chaussures de stabilité, la Rubix a été conçu à partir des données recueillies en analysant les points de pression situés au bas du pied. C’est cette conception unique, que New Balance appelle sa conception de « rampe de guidage », qui contribue à fournir l’une des semelles les plus confortables et flexibles de la catégorie de stabilité maximale.

SEMELLE EXTERIEURE 

Avec Nicolas, nous avions d’abord eu la RUBIX en photo sans sa fiche technique et à première vue, nous étions surtout inquiets du poids. Pourtant surprise en la chaussant. Première réflexion de Nicolas : « je m’attendais à plus lourd ». Moins de 300grs pour un « 47 », c’est plutôt pas mal ! En effet, pour réduire au minimum le poids tout en maintenant la flexibilité, la Rubix est dotée d’une semelle extérieure en mousse plus ferme. Et dans les zones où les concepteurs s’attendaient à beaucoup d’abrasion, il existe des sections de caoutchouc résistant à l’usure pour une durabilité accrue. Encore un bon point !

UNE MESH EN SOBRIÉTÉ 

New Balance a gardé la simplicité qui fait sa marque de distinction. La RUBIX est constituée d’un tissu à mailles jacquard sur toute la longueur qui est tissé plus étroitement dans les zones où davantage de structure est nécessaire. Elle est aussi plus soignée là où il y a un besoin en respirabilité et d’élasticité. Aussi au milieu du pied, vous remarquerez des recouvrements de TPU pour une structure et un support supplémentaires.

RÉSULTAT FINAL

Si comme Nicolas, vous êtes un surpronateur à la recherche d’une expérience de course plus douce et plus flexible, la New Balance Rubix rentrera en adéquation parfaite avec vos aspirations. Un vrai casse-tête pour les chronomètres. Vous n’aurez plus d’excuses pour mener votre projet… La chaussure New Balance Rubix possède une semelle extérieure très résistante à l’abrasion pour une durabilité stupéfiante. La conception quasi sans coutures limite aussi les risques d’irritations pour que vous soyez toujours en mesure de donner le meilleur de vous même en toute sérénité ! Belle rencontre et un joli chrono de 1h48’ pour Nicolas pour son premier semi  dimanche dernier à Paris… Vivement le Marathon de Paris 2019 !

 

New Balance RUBIX

Les +

  • Amorti de haut niveau
  • Stabilité irréprochable
  • Design globalement sympathique.
  • « Silence de fonctionnement » agréable

Les 

  • Le prix
  • Peu dynamique 

New  Balance RUBIX

Type de pied : Universel / Pronateur

Usage : Entraînement / Compétition

Surface : Route/Chemin

Poids de la chaussure : 285 g

Drop : 8 mm

Prix : 180€

  

– Lire aussi: New Balance 1080 V8

 

Jean-François Tatard

Jean-François Tatard

Jeff TATARD - 38 ans. - consultant sport - athlète multidisciplinaire (running, cyclisme, route, VTT, Run & Bike) Facebook : Jeff Tatard Insta : Jefftatard

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire