fbpx

Test des chaussures Puma Evospeed Distance – Version Women

Aujourd’hui, nous avons décidé de nous éloigner un peu de notre cœur de cible et de vous faire découvrir, pour la première fois sur running4all, une vraie paire de pointes d’athlétisme pour les coureurs d’endurance.

Par Jean-François Tatard* – Photos : DR

Avant de recevoir la Puma Evospeed Distance, j’ignorais que la marque d’Usain Bolt et de Rihanna était encore capable de produire une chaussure de ce niveau de performance pour les coureurs de demi-fond. A nos yeux, Puma c’était surtout la chaussure devenue fashion qu’on retrouve aux pieds des amoureux du flow et de “tendance”.

Un savoir-faire allemand

Puma, c’est d’abord l’histoire de deux frères, Adolf et Rudolf. Leur père, cordonnier, leur a transmis le virus de la chaussure. Le premier est plutôt technicien, le second, plutôt commercial. Ils finissent d’ailleurs par se brouiller après une belle success story dans le monde de l’équipement sportif aux JO de Berlin en 1936 où ils ont réussi à équiper la moitié des athlètes olympiques. Après la guerre, Rudolf quitte la compagnie pour fonder la sienne,de l’autre côté du village : Puma voit le jour en 1948. Adolf, lui, renomme aussitôt alors la sienne Adidas. La suite, vous la connaissez…

Puma met plus de temps à décoller, restant une entreprise à taille “humaine ”. Elle se fait quand même une belle place dans le milieu sportif et équipe plusieurs athlètes. Le logo évolue, et devient le puma que nous connaissons aujourd’hui grâce à Lutz Backes, un dessinateur de Nuremberg.

La Puma EvoSpeed Distance: elle claque !

Avant le test, l’essai de ces chaussures a généré un une immense curiosité. Dès la réception et l’ouverture d’une belle boîte rouge, la claque ! Quel flow ! Elles sont lookées, la vache ! Néanmoins, impossible pour moi de les tester. Je veux l’avis d’un expert. Ou plutôt d’une experte ! C’est Marion qui effectuera le test… Pour elle, changement de couleur et taille 38 dans une version Women.

L’expertise de Marion, testeuse

 

Marion est une athlète de niveau internationale. Elle est la fille de Bruno Placzek, lui-même coureur international dans les années 80-90 et aujourd’hui entraîneur en parallèle de ses fonctions chez Lagardère. Chez les Placzek la course à pied est une histoire de famille. Le petit frère aussi est un jeune prodige. Et la maman veille au grain. Je n’ai pas choisi seulement Marion pour sa culture et son éducation athlétique, ou ses nombreux podiums aux championnats de France et ses sélections en équipe de France. Marion est aussi une passionnée qui détient une certaine pédagogie. Elle a cette capacité à écouter, observer, comprendre et nous faire partager de façon simple des choses qu’on ne comprendrait pas nécessairement seul. Marion est également une jeune institutrice. Elle passe beaucoup de temps avec des chaussures de course à pied et particulièrement des pointes d’athlétisme.  Marion est objective et saura mettre à profit son expérience et son expertise pour un testing de qualité.
Aspect physiologique important, Marion est un poids plume, forte, légère et dynamique, avec une foulée qui se prête complètement à l’utilisation de ce genre de matériel. Elle est aussi très curieuse de tout. Pour un test, ce n’est pas qu’un détail…

L’importance des pointes

Pour courir, vous pouvez tout oublier. Les manchons, les shorts et les maillots « chépaquoi », les produits techniques que les marketings adorent. Bref, même la montre, vous pouvez la laisser sur la table de chevet. La seule chose qui compte quand on prend le départ d’un cross, ce sont les pointes sous la semelle. D’ailleurs, la problématique des participants est souvent la même : 6, 9, 12 ou 15 mm ? La semelle d’une chaussure de cross-country est parsemée de picots pour augmenter l’adhérence. Elle permet aussi donc de recevoir des spikes ou des clous sans que le pas de vis ne casse et sans que le coureur ne vous fasse mal. 

Une chaussure spécifique pour le cross-country

A lire aussi:Test des Puma Speed Init Netfit

Pour la pratique du cross-country, il est bien sûr conseillé d’opter pour une chaussure spécifique et adaptée. D’autant qu’on va les garder plusieurs saisons. Là, on investit. Pour une fois, on ne comptera pas la durée de vie en kilomètres. On n’a pas du tout le même rapport avec une paire de pointes qu’on l’a avec n’importe quelle autre chaussure de running. Elle est doit être proche du sol et légère, permettre de bien réagir aux sols irréguliers et boueux, d’épouser le relief et de s’adapter aux terrains les plus sinueux. Les chaussures de trail, même les plus légères, ne pourront jamais permettre les mêmes atouts et le même rendu. Pire, vous risqueriez de vous blesser. 

Test aux championnats de France

Marion a reçu ses chaussures juste avant de partir aux Championnats de France de cross à Vittel. Elle a ainsi profité de ce contexte extraordinaire pour effectuer son test.

Quand j’ai réussi à convaincre Marion de prendre rapidement une paire de nouvelles pointes dans son sac, je m’attendais à ce qu’elle refuse. Les athlètes sont très attachés à leurs principes et ils ne s’aventurent pas à des changements de dernière minute. Tout est pensé et préparé bien à l’avance. On n’improvise pas. C’est aussi ce qui fait que ça marche. Et ce qui se différencie les champions. 

Esthétique sobre et de qualité

Pas de doute, avant de retourner la semelle, cette chaussure technique semble s’adapter à la pratique de l’athlétisme. Zéro couture, tout d’un bloc, Un look sobre mais de toute beauté ! D’ailleurs, ceux qui ont du flow, ou qui aiment avoir du flow, même dans la boue, seront ravis. Fans de couleurs, vous êtes les bienvenus dans l’univers de cette chaussure. Elles sont magnifiques avec ce bleu pâle ! Elles sont lookées et le design ne laisse pas insensible. Même si la boue risque rapidement de cacher la jolie couleur claire de votre chaussure. Bon, ça durera au moins le temps du départ : tous les regards seront braqués sur vos pieds.

CONFORTABLE ET PETIT

Marion, une fois chaussée, trouve cette paire de chaussures Puma presque confortable. Pourquoi presque ? Parce que, méfiez-vous, elles chaussent petit. Disons que le pied est étroitement enfilé dans le soulier. C’est une des particularités des chaussures de cross ou d’athlétisme qui doivent être serrées, de façon à ne pas les perdre dans la bagarre. 

UN POIDS PLUME AUX PIEDS

On parle souvent de drop sur running4all… Et bien là, vous oubliez !  Sur cette chaussure, il est quasiment inexistant. Elle est moulée. Dans la course, ce qui prédomine est cette impression de légèreté. Et peut-être même presque déstabilisant au début. Imaginez : 130 g ! Même avec le double du poids, votre running serait encore légère et profilée pour aller vite. C’est un poids plume qu’on a aux pieds. Ça donne vraiment envie de courir vite. Ce point fort est également un point faible. En effet, le côté minimaliste de la chaussure fait qu’elle est inutilisable ailleurs et plus longtemps que 30 minutes, car le pied n’est pas du tout protégé. Bien au contraire.

Attention, prudence !

Sur le long terme, cela peut facilement être néfaste pour votre pied ! 10 km dans l’herbe et une fois par semaine, c’est le maximum que je m’accorderai. Mais en même temps, ce n’est pas du tout ce qu’on demande à cette chaussure. Nous, on souhaite simplement pouvoir courir dans la boue avec une accroche nous empêchant de chuter.

La semelle a rempli à 100 % sa fonction

Bonne accroche

Même si ce sont essentiellement les pointes qui font le travail, encore faut-il que la disposition et l’emplacement soient judicieux. Bref, plus de doutes. Le pôle R&D de Puma a bien pensé. Et Marion pourra vous dire que ça accroche ! Même pas une glissade, rien ! La semelle a rempli à 100 % sa fonction et courir sur des terrains glissants n’aura jamais été aussi amusant.

L’empeigne 

Cette chaussure dispose d’une empeigne légère et respirante inspirée de notre idole Usain Bolt. Vous profitez d’une bonne dose d’EVA dans la semelle intermédiaire pour une bonne absorption des chocs.

L’avis de Marion

C’est Marion qui le dit : « Vous êtes armé pour votre course avec sa plaque en Pebax à l’avant du pied, ses picots et ses pointes amovibles qui donnent un ensemble accrocheur et stable à chaque instant de votre course ».

Quand ? et pour qui?

Quand ? : les Evospeed Distance s’approprient à tous les terrains. Même les plus boueux. Et vous n’aurez pas de difficultés à retrouver la jolie couleur d’origine si vous les lavez rapidement. 

Qui ? :  les Evospeed Distance se réservent aux athlètes. Elles sont très dynamiques et n’offrent pas le confort et la sécurité d’une running. Elles sont conçues pour aller vite. Et donc pour des coureurs qui courent vite.

Les défauts

L’usage est totalement approprié au contexte, et on ne trouve pas réellement de points faibles à mettre sur le compte de cette paire de chaussures. 

Les points clés

  • Polyvalence
  • Plaque Pebax + picots et 5 pointes : accroche et traction
  • Semelle intermédiaire EVA : absorption des chocs
  • Mesh : tespirabilité et légèreté
  • EverTrack : adhérence et robustesse
  • Clé et pointes fournies 
  • Poids constaté chez i-run : 130 g en taille 38 femme 
  • Coloris : bleu, blanc, et rouge

En conclusion 

Les férus d’athlétisme apprécieront ! Les composants de l’Evospeed Distance offrent une meilleure résistance à l’abstraction et une meilleure résistance à l’usure visiblement. Et le degré de respirabilité convient à une pratique de conditions extrêmes. Le soutien est assez important, ce qui en fait une chaussure qu’on peut utiliser avec confiance pour le cross. Vous voulez une dernière bonne nouvelle ? La chaussure se prête aussi bien à la pratique du cross qu’à celle de la piste. Alors, on les lave et on la ressortira dans un mois quand l’heure de l’ouverture de la saison estivale sonnera… J’étais déjà fan d’Usain Bolt et de Rihanna. Cette fois, je suis aussi fan de leurs godasses.

Puma EvoSpeed Distance

Type de pied : universel

Usage : compétition

Surface : cross-country 

Poids du coureur : moins de 80 kg

Poids de la chaussure : 135 g en T38

Drop : quasi nul

Prix : 70€

Les + : poids, dynamisme, flexibilité, chaussures fournies avec des pointes et une clé, simplicité d’entretien.

Les : taille petit et pas adapté au pied large.

 

 

 

 

 

 

Jean-François Tatard

Jean-François Tatard

Jeff TATARD - 38 ans. - consultant sport - athlète multidisciplinaire (running, cyclisme, route, VTT, Run & Bike) Facebook : Jeff Tatard Insta : Jefftatard

Laisser un commentaire