fbpx

Portrait de Géraldine Heillaut Dalibard

Alors qu’on assiste à l’essor du running ces dernières années, on constate que les patrons ne sont pas les derniers à s’y mettre : Gilles Bouleau, le présentateur vedette du JT de TF1, mais aussi le chef étoilé Thierry Marx, ou encore le PDG de Voyageurs du Monde, Jean-François Rial ou encore le DG de PepsiCo, Bruno Thévenin… Ils sont nombreux à chausser les baskets régulièrement.

Mais des patronnes qui gèrent à la fois, une entreprise qui brasse plusieurs dizaines de millions d’euros, qui passe la semaine dans les avions pour le boulot, tout en préservant une vie de maman de deux jeunes adolescents et qui trouve encore le temps de préparer deux marathons chaque année, vous en connaissez beaucoup ?

Running4all vous propose de connaitre un peu plus Géraldine Heillaut Dalibard

 

Difficile de faire tenir le CV de Géraldine sur une seule page, diplômée d’un doctorat en médecine vétérinaire, elle poursuit avec une spécialité en médecine comportementale. Elle étudie ensuite à New York et y exerce même en clinique pendant 5 ans puis elle revient en France en 2010 pour valider un MBA.

Médecine interne, Chef de produit, Directrice marketing, Directrice de BU puis Directrice de filiale d’une multinationale côtée en bourse, les postes s’enchaînent et se fournissent aussi systématiquement de succès notoires.

La quadragénaire ne s’arrête jamais. Elle cumule les casquettes. Maman attentionnée et précautionneuse, épouse modèle, patronne charismatique, gestionnaire et stratège visionnaire, et… marathonienne successfull. Tout semble lui réussir et cette obsession du résultat et de la performance fait d’elle un leader indiscutable !

Par Jean-François Tatard 

Meilleure que ses concurrents 

Il paraît que des études montrent qu’un chef d’entreprise habitué à courir des marathons serait un meilleur leader. Encore mieux, une société dirigée par un patron marathonien serait d’autant plus valorisée que ses concurrents de taille comparable ! Dans quel sens cela fonctionne ?

Géraldine ou Docteur DALIBARD comme vous le souhaitez, est-elle douée pour la course à pied parce que ses fonctions lui apprennent les bonnes méthodes ou l’inverse : La course à pied lui enseigne les qualités nécessaires à la réussite et à la bonne conduite d’un objectif ? Toujours est-il que chaque jour que constituent une semaine, de 5h du matin à minuit, on devine chez ce petit bout de femme une énergie incroyable dont on se laisserait volontiers contaminer.

Trouver le bon rythme

Trouver le bon rythme : facile à dire ! Mais en pratique, cela demande quand-même « un peu » d’organisation et beaucoup de rigueur. J’ai observé évoluer cette patronne charismatique quelques semaines. Elle se fixe des étapes pour arriver à son objectif. Cela permet de savoir si on a le bon rythme et de ne pas se griller.

C’est ce que j’appelle « savoir mettre un pied devant l’autre ». Dans la vie de son entreprise, c’est la même chose pour Géraldine : « on donne une direction générale pour la prochaine année ou le prochain quarter mais ce qui compte, c’est de franchir plein de petites étapes intermédiaires qui aident à aller vers la destination finale ». Aucune étape n’est à négliger.

 

Le chemin plus que le résultat

« S’intéresser au chemin et non à l’objectif final » résume une partie de la recette de Géraldine. Beaucoup de courses démarrent et s’achèvent au même endroit, ce qui ne semble pas avoir grand intérêt. Cependant, ce que l’on apprend sur soi sur le chemin vaut le détour. Sans cette recherche d’épanouissement entre le point de départ et le point d’arrivée, la course est absurde. Cette philosophie c’est celle qu’imprègne la patronne a ses équipes au quotidien.  

Travailler pour quelque chose

Dans le monde de son entreprise, les objectifs de Géraldine ne peuvent pas se réduire à aller chercher le succès, la richesse ou encore la reconnaissance de ses pairs car ils sont extrêmement incertains. S’ils sont les seuls poursuivis, l’entreprise est absurde. Le fait de travailler chaque jour pour quelque chose d’utile et qui a du sens est beaucoup plus motivant que la recherche de succès. « Il n’y a pas un jour où je n’apprends pas quelque chose de nouveau », me confie la patronne charismatique. 

S’avoir s’arrêter (pour récupérer) pour performer !

Apprendre à faire une pause c’est une autre clé de son succès. « Le ravitaillement sur une course, c’est le bonheur ! Quelques secondes de repos, où l’on mange, on boit, on fait le point sur sa douleur et son état de fatigue ». Pourtant, et en particulier pour les premiers de la course, il est tentant de ne pas prendre ces quelques secondes de repos et de continuer.

Lourde erreur ! Le ravitaillement de la patronne, ce sont les vacances, les week-ends prolongés ou les soirées avec les amis. Ces moments sont indispensables pour tenir le rythme et pour rester ouvert aux autres. Y compris au début, quand on ne ressent pas encore le besoin de faire une pause. Sinon gare au burn-out ! L’a-t-elle ramené des usa ? Elle sait gérer son « Work Life balance ».

L’écoute active 

Être à l’écoute de ses collaborateurs lorsque l’on parcourt ensemble 42kms, c’est s’apercevoir rapidement que la manière de poser son pied au sol, la fréquence et la taille de ses pas sont des choses très personnelles, uniques. Les rythmes de chacun sont ainsi très différents et il est essentiel d’être attentif aux autres sous peine d’en perdre en chemin.  « C’est la même chose au lancement d’une entreprise ».

Pas de rythme commun à tous, mais de multiples paramètres à ajuster : intensité, régularité, vitesse globale. Quand l’équipe s’agrandit, charge au boss de trouver un rythme suffisamment rapide pour arriver à temps, mais aussi suffisamment sain pour que tout le monde puisse le suivre sans difficultés…

Ce que je retiens

Le sport limite le stress : ça je le savais mais visiblement, Géraldine me fait dire que la course à pied et en particulier la préparation d’un marathon augmente les capacités cognitives et professionnelles.

Et être en bonne forme physique est d’autant plus pertinent pour ce genre de dirigeant d’entreprise qui sont probablement les plus confrontés à de hauts niveaux de stress et de responsabilité. Et moralité : si vous avez couru un marathon cette année, n’oubliez pas de le mentionner sur votre CV et de le lui expédier…

 

 

Jean-François Tatard

Jean-François Tatard

Jeff TATARD - 38 ans. - consultant sport - athlète multidisciplinaire (running, cyclisme, route, VTT, Run & Bike) Facebook : Jeff Tatard Insta : Jefftatard

Laisser un commentaire