fbpx

Test de la Kalenji Kiprun Ultra Light

Vous qui lisez running4all depuis ses débuts, vous l’aurez certainement compris, chez moi s’il y a un truc qui est sacré et avec lequel il ne faut pas rigoler : c’est bien les pompes…

Et si un jour, on m’avait dit que dans la vie d’adulte, je chausserai des « Décathlon », j’aurais probablement quitté la discussion.

Mais depuis, les choses ont changé et mon esprit s’est assagi. Euh, non ! C’est pas le bon le verbe. « Mon esprit s’est ouvert » ! Oui ! Ça c’est déjà mieux et plus adapté. Ainsi, je me suis laissé convaincre par Estelle, Média manager  de tester une chaussure de la gamme typée « performance »…J’ai donc testé à sa sortie, la Kalenji Kiprun Ultra Light

La Kiprun Ultra Light.

Par Jean-François Tatard Photo Jeff – DR

La dernière fois que j’avais chaussé des « décathlon », la marque Kalenji n’existait pas. On est au début des années 90. J’avais 13 ou 14 ans et je m’initiais au cross-country à l’école. À l’époque il n’y avait pas trop le choix.

Soit tu mettais 500 francs dans une paire de chaussures à pointes NIKE ZOOM RIVAL, soit tu commençais sagement par des Décathlon à 100 francs.

Pour ma mère, ouvrière, qui tenait le porte-monnaie, on n’a pas hésité longtemps…

Depuis cet épisode traumatisant, les choses ont bien changé chez Décathlon. Une marque est née pratiquement dans chaque sport que couvre l’une des plus grandes enseignes d’articles de sport dans le monde.

Mais toujours avec la même obsession de départ : « optimiser les coûts de fabrication afin de proposer des produits de qualité, au prix le plus bas, et ainsi rendre le sport accessible à tous ». C’est comme ça qu’il y a quelques années, est né Kalenji pour le running.

– A lire aussi : Test des chaussures Kalenji Kiprun Long et Kiprun Fast

A 2000 m d’altitude sur les hauts plateaux de l’Ouest Kenyan, à Eldoret, habitent les Kalenjins

Mais pourquoi Kalenji ?

J’adore les chaussures et je les aime encore plus quand il y a une histoire…

Est-il utile de vous rappeler ou se situe le berceau de l’humanité ?  Quel est le « seul » moyen de survie de ces champions de la course à pied ? Où habitent-ils ? Qui sont-ils ?  

A 2000 m d’altitude sur les hauts plateaux de l’Ouest Kenyan, à Eldoret, habitent les Kalenjins. Anciens nomades, la course à pied fait partie de leur vie et de leur histoire. Elle était autrefois un moyen de survie pour fuir les tribus rivales. Les enfants courent 15 km par jour : ils enchaînent les kilomètres pour aller et rentrer de l’école, ils courent depuis leurs premiers pas sans s’en rendre compte. Considérée aujourd’hui comme un sport, la course à pied représentait également pour les jeunes de la tribu une étape importante de leur vie : c’est en attrapant une antilope qu’ils accédaient au statut d’adulte.

 

 

Une approche originale.

Moins de volume d’entraînement, plus de phases de repos mais plus de variations de rythme. Ils courent aux sensations en jouant avec les variations du paysage. Ils s’imposent moins de contraintes de vitesse et de fréquence cardiaque. Ils courent rarement sur piste, par contre, ils ont un truc. C’est leur force. Ils courent toujours en groupe et surtout : avec le sourire

Courir pour le plaisir avec Kalenji.

La course à pied est le sport le plus inné chez l’Homme. Vous l’avez pratiquée depuis votre enfance avec plaisir et complicité avec vos amis, on n’apprend pas à courir, courir relève de l’instinct. Pourtant, la course à pied est souvent perçue comme une expérience intense, souvent violente à la fois pour le corps et aussi pour l’esprit.

Cette expérience ne doit pas être une souffrance mais un moment de plaisir. L’important est de courir à son rythme : celui dicté par son corps et non par sa volonté, le rythme avec lequel on se sent en symbiose.

C’est ce que j’ai retenu de Kalenji !

C’est ce que partage la marque. Une approche joyeuse, accessible éveillée, qui développe pour tous l’envie de pratiquer la course à pied.

Kalenji frappe une nouvelle fois très fort !

Testons la Kiprun Ultra light !

Bon, je vous le dis d’entrée, j’ouvre le colis et dès la première prise en main de la Kiprun Ultra light, je vous le garantis : Kalenji frappe une nouvelle fois très fort !

A première vue : une chaussure dynamique et ultra légère, idéale pour les séances rapides, le tout sans faire mal à votre portefeuille !

– A lire aussi : Le tableau des chaussures

Kalenji frappe une nouvelle fois très fort !

Appellation de circonstance.

Ultra light ! Comme ultra léger en anglais… Les amateurs de la marque Kalenji sauront certainement apprécier les caractéristiques de la chaussure. Mais, avant même de les chausser, il y a dans ce modèle, le compagnon idéal pour mes séances de fractionné ou de vitesse. 

Je m’affranchis du cahier des charges. Il est temps de se faire une opinion par moi-même…

Séance de 30/30

Kalenji frappe une nouvelle fois très fort !. 20×30/30 à fond les ballons pour se comprendre l’un et l’autre ! Verdict ? Chapeau les gars de la R&D ! Et quand je découvre son prix de 70€…

Technologie.

Le Up’bar c’est la pièce en résine appelée le TPE (Pebax®) qui se situe sous la semelle, elle permet ainsi de favoriser le dynamisme et par voie de conséquence d’optimiser la relance de la chaussure.

Light comme son nom !

Quant au dynamisme en question, il est justement renforcé par la légèreté, en accusant moins de 200 grammes pour une pointure de 42,5.

Une tige confortable et respirante.

La toute nouvelle Kiprun Ultralight assure un confort surprenant pour ce type de modèle. Le composant de la tige épouse parfaitement la forme de mes pieds et apporte aussi une très grande respirabilité. Autre particularité, l’adhérence !

Faire un marathon avec ? Je ne sais pas, mais pour les séances de fractionné ou pour signer un chrono sur 10 km sans avoir à enfiler des chaussures trop « raides » réservées aux spécialistes, je prends le pari !

Conclusion:

C’est une véritable surprise qui me réconcilie avec la « maltraitance » de mes parents lorsqu’il s’agissait d’acheter des runnings quand j’étais adolescent. Hyper agréables à porter, les bénéfices caractéristiques du modèle sont suffisamment significatifs pour classer la chaussure parmi les meilleurs modèles que j’ai chaussés dans le registre « performance » cette année. Et vous savez quoi ? Si les Kalenjins ont pour habitude de courir avec le sourire, vous ne pourrez pas vous empêcher d’avoir encore le « smile » au moment de passer à la caisse…

Mon Rating !

  • Amorti : 4/5
  • Stabilité : 4/5
  • Dynamisme : 5/5
  • Flexibilité : 4/5
  • Confort : 4/5
  • Rapport qualité/prix : 5/5

Usage et terrain : entraînement rapide et compétition route

Poids constaté : 200 grammes en 42,5

Prix : 70 €

Les + Amorti, légèreté, relance, adhérence stabilité, garantie 2ans, sans coutures et le prix 😃

Les Je suis bien embêté…. peux être une usure plus prononcée dans le temps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-François Tatard

Jean-François Tatard

Jeff TATARD - 38 ans. - consultant sport - athlète multidisciplinaire (running, cyclisme, route, VTT, Run & Bike) Facebook : Jeff Tatard Insta : Jefftatard

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire