fbpx

200 km avec la Brooks Ricochet au féminin… Verdict

C’est aujourd’hui le grand jour : l’arrivée d’un nouveau bijou, non non pas un diamant mais une nouvelle paire de chaussure et pire une paire de chaussures de course à pied ! Encore me direz-vous ? Oui mais quand on aime courir on ne compte pas ses efforts et quand on reçoit la nouvelle Brooks Ricochet encore moins, tellement l’excitation est grande de les découvrir !

Par Doc Sandrine N – Photos Sandrine – Brooks

A l’ouverture de la boite : waouh !  Les coloris changent par rapport à ceux habituels des chaussures de course à pied pour femmes ! En effet, la couleur dominante est du noir qui se dégrade vers du violet à l’arrière de la chaussure, parsemé d’une petite touche de orange en rappel aux lacets et aux œillets, OK esthétiquement c’est réussi !

 

Et n’allez pas encore dire que les femmes achètent des chaussures seulement parce qu’elles sont belles… non pas seulement mais aussi parce que…

C’est vrai, autant ne pas se mentir car je suis bien sûre que dans mon club de filles de course à pied, il ne viendrait à l’idée d’aucune d’acheter des chaussures moches même si elles sont très confortables !!

– A lire : Comment choisir le drop des chaussures ?

La technologie de la chaussure

Bref, ces considérations très girly mises à part la chaussure est un modèle « tricot » très souple (technologie FIT KNIT) donc au niveau de la largeur du pied cela donne un mesh très adaptable à la morphologie d’un pied notamment féminin.

Cette chaussure présente une technologie DNA Amp ! Mais qu’est-ce que c’est ? C’est un terme voulant dire ADN amplificateur, ce qui voudrait dire qu’à chaque foulée, la semelle intermédiaire de la chaussure  (celle entre l’intérieur et l’extérieur qui touche le bitume) devrait amplifier naturellement l’énergie délivrée par la foulée.

En gros quand on attaque le sol, cela compresse la semelle intermédiaire et en retour la chaussure va offrir un retour d’énergie permettant d’aller chercher plus loin sa foulée suivante.

De plus la semelle extérieure possède une structure surprenante : elle est flexible et la forme en flèche de la semelle extérieure assure un déroulé rapide du talon aux orteils sans perte d’énergie.

Allez hop, premier footing !

Le système de laçage est très bon et n’impose pas de serrer énormément les lacets pour avoir le bon maintien du pied, ça tombe bien c’est mon TOC habituellement de refaire 10 fois les lacets avant une course. A la marche, le chausson est très confortable et la chaussure accompagne bien le déroulé du pied.

Premières foulées et là on sent bien que c’est une chaussure dynamique mais aussi qu’elle ne va pas travailler toute seule (ce serait tellement plus simple…). En effet, le toucher au sol peut paraître un peu ferme au début mais on se rend compte que si on appuie un peu (en traduction si on court un peu plus vite) alors la chaussure répond mais il faut courir vite.

La semelle sur route mouillée ne glisse pas et même pas de petits cailloux à déplorer coincés sous la semelle mais un ou 2 dans la chaussure. Pourraient-ils alors rentrer au niveau de la cheville? A noter pour plus tard : courir avec des chaussettes plus hautes car au final, comme vous allez le voir, c’est bien l’enveloppe du talon qui va poser soucis sur cette chaussure.

Pour cette première sortie à allure cool la chaussure convient parfaitement, elle est confortable avec un très bon amorti.

Essai sur Piste :

L’impression de fermeté ressentie au bout d’un footing lent se fait complètement oublier grâce à un temps de contact au sol réduit et du fait donc de l’augmentation de la vitesse de déplacement sur la piste. Sur une séance de 8 fois 400 mètres, la chaussure reste dynamique mais elle reste un peu pénalisée par son poids.

Sortie longue :

C’est en général pour moi, le test par excellence. En effet, est-ce que mon pied va ressortir indemne après 20 km avec une nouvelle chaussure c’est-à-dire sans ampoule ni frottements ? La réponse ici est oui mais …Pas d’ampoule sous le pied mais une gêne et un frottement au niveau du tour de la cheville et surtout sur la partie arrière au-dessus du talon.

Une méchante rougeur et pourtant j’avais mis des chaussettes qui montaient plus haut.

Sur ce genre de sortie, le poids de la chaussure se fait oublier car l’amorti est très bon. C’est un modèle qui doit rester destiné à des coureuses de moins de 70 kg ou alors ne faisant du running que moins d’une fois par semaine.

Conclusion : la chaussure a vraiment un look très sympa, c’est une chaussure dynamique et cependant dotée d’un très bon amorti. Elle est destinée aux coureuses ayant une foulée universelle mais on sent quand même une légère inclinaison de la chaussure vers l’extérieur du pied lors de la course.

Chaussure destinée à toutes les distances  (du 10 km au Marathon) sur route ou chemins tracés.

Avis perso : je suis fan mais en fait elles sont tellement sympas de look que je les porte avec un jean. Le frottement au talon ? Oublié après 2 ou 3 séances et hop plus rien, le talon de la chaussure s’était fait au mien !

Conditions du test :

200 km sur bitume et chemins tracés, toutes conditions météorologiques dont très peu de soleil !

Site : Brooks

 

Sandrine Nail Billaud

Sandrine Nail Billaud

Pharmacien - Journaliste - Multi marathonienne et meneuse d'allure. Facebook Sandrine NAIL BILLAUD Insta : nailbillaud_sandrine

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire