fbpx

29ème marathon de RIGA 2019 et premier coup de chaleur

15 jours après Prague et son 25ème marathon couru dans le froid avec 4-5°C au départ et guère plus à l’arrivée, direction le nord et la Baltique pour le marathon de Riga en Lettonie. Départ le vendredi de Francfort avec Pascale, mon épouse, inscrite sur le 10km où nous retrouvons le groupe de Sportifs à Bord avec Elizabeth, arrivant par le vol de Paris.

Par Sylvie C – Photos Sportifs à Bord

Les prévisions annoncent 27-28 Dimanche matin à 8 heures vers le départ, il fait déjà « bon ».°C vers midi, il va faire chaud, même très chaud !

A 8h40, la Chevauchée des Walkyries lance le départ de la course. Marathoniens et semi-marathoniens partent ensemble, 7000 à 8000 coureurs.

 

Les 10 premiers kilomètres n’ont rien d’extraordinaires et sont peu fréquentés par les spectateurs, le peloton est très dense, les ravitaillements et les animations nombreux. Cette première heure se passe sans problème.

 Je suis entre les meneurs d’allure des 3H45 et ceux des 4H. Même si je me sens bien, la température et la chaleur commencent déjà à se faire sentir. Je pressens que mon allure est trop rapide.

Pas si facile de se freiner quand on se sent bien ! D’autant plus que vers le 11ème km, nous retrouvons du monde et surtout de l’animation. Des deux côtés du monument de la Liberté ont été installés des podiums sur lesquels dansent des Lettons en costumes traditionnels. Ça n’incite pas vraiment à ralentir !

Jusqu’au semi nous alternons entre des passages en ville et d’autres un peu plus externes mais les ravitaillements nombreux et souvent bien animés font défiler les kilomètres.

Le marathon est une pseudo-double boucle, le passage du semi est le point de départ des courses. Les semi-marathoniens sont dirigés vers la droite de l’avenue, les marathoniens vers la gauche.

 En jetant un coup d’œil vers la droite je vois débouler une fusée et je comprends ce regain d’animation à mon passage ! C’est le premier marathonien qui vient de franchir la ligne d’arrivée !

Un peu moins de 2h au semi, ce n’est pas mal et je me sens bien parti pour un…. positive split !

La température semble avoir atteint son apogée, mon allure faiblit progressivement et les passages aux ravitaillements sont de plus en plus lents, mais les 4h15 restent jouables.

Sur beaucoup de kilomètres les coureurs se croisent ce qui crée une espèce d’auto-animations bienvenue.

Au 38ème km nous retraversons une dernière fois la Daugava avec une petite descente vers la vieille ville et son surplus de monde et d’animation. Une dernière boucle au monument de la Liberté, silence plus aucune musique, les danseurs ne dansent plus, ils prennent le frais à l’ombre dans le parc voisin.

Je ne vois pas passer le panneau 41, un dernier virage à angle droit et c’est la dernière ligne droite.

Le plaisir des derniers mètres et l’euphorie finale reprennent le dessus. Je passe la ligne d’arrivée en 4h11. Vingt minutes de plus qu’à Prague mais avec 20°C de plus !

Je retrouve Elizabeth, elle attend la dernière coureuse, Pascale, mon épouse, qui s’est engagée sur le 10km n’est partie qu’à 12h30. Je reste  au niveau de la ligne d’arrivée pour l’attendre. Elle termine en 1h20, elle aussi a eu très chaud et très soif.

 

 

 

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire