fbpx

La fatigue, mentale, physique, sensorielle, lever le pieds

C’est l’automne, c’est aussi l’opportunité de prendre de nouvelles bonnes résolutions et pour beaucoup c’est le moment de l’année où nous sommes aussi le plus motivé. Mais d’ici quelques semaines, il va falloir affronter la nuit et dans quelques mois le froid. A ce moment-là : Comment savoir si notre manque de motivation est plus lié à une fatigue, ou encore à une lassitude ou à de la paresse ? Et comment réagir ? On y va ? On n’y va pas ? Que risque-t-on à aller au-delà de cette fatigue si tel était le cas ? 

Running4all va tenter dans ce dossier de décrypter les codes que nous communiquent le corps et l’esprit…

La fatigue: Vraie ou fausse excuse ?

Comment gérer le ratio Entraînement / Fatigue ?

D’ailleurs, vous-même, que faites-vous quand vous êtes fatigué ? Vous hésitez ? Vous la faites votre séance ? Vous y allez ? Vous vous abstenez ? 

Bien gérer l’entrainement et la fatigue est un art ! La question peut être aussi de savoir : Comment éviter que votre « fatigue » se transforme en fausse excuse ? Et plus souvent l’inverse : aussi courageux que vous êtes-vous finissez par ne plus être à l’écoute des signaux qui vous disent que vous franchissez là, la zone rouge et que vous vous exposez à la rupture. 

La fatigue c’est quoi ? La fatigue c’est d’abord une sensation physique. Une sensation désagréable qui provoque des difficultés à réaliser des tâches physiques mais aussi mentales. Il est donc important de comprendre qu’elle peut prendre plusieurs formes : 

  • La fatigue physique
  • La fatigue mentale 
  • La fatigue sensorielle

Toutes les trois ont un point commun. En effet, elles signalent un déséquilibre entre dépense à fournir et moyens mis à disposition pour répondre à cette dépense énergétique.

La fatigue physique

 

La fatigue physique : c’est celle que vous ressentez après l’effort. Mettez-vous dans le contexte d’une séance rapide sur piste ! Vous aurez ainsi hautement sollicité vos capacités physiques. D’ailleurs, vous trouverez plus facilement le sommeil le soir après cet entraînement.

Cela correspond aussi à une diminution des stocks de glycogène dans le muscle, et parallèlement à des déchets métaboliques qui sont produits par la consommation d’énergie et par voie de conséquence transportés jusqu’au cerveau. C’est là que réside l’explication de ces sensations de fatigue.

C’est ce qu’on appelle de la bonne fatigue !

La fatigue mentale

La fatigue mentale c’est encore autre chose. La fatigue mentale génère par ailleurs elle aussi une fatigue physique. Mais cependant, elle affecte votre mémoire et votre capacité de concentration. Vous êtes même irritable et facilement éprouvée. Ces symptômes sont souvent dus à des circonstances socio-environnementales.

Une vie de famille chargée, une vie professionnelle intense, du stress, du surmenage… Le soir, lorsque vous rentrez et que vous ressentez une réticence à vous entrainer, il ne s’agit pas d’une fatigue physique. Votre esprit est encombré par toutes les informations accumulées au cours de la journée. Il va falloir aller chercher la motivation pour trouver la force de bouger.

Pour la fatigue physique, la règle est celle du « doucement mais sûrement ». 

D’ailleurs, lorsqu’elle est limitée, elle ne doit pas être un frein à votre pratique sportive. Entrainez-vous même si vous avez des courbatures. L’effort vous aidera même à les faire disparaitre. Si toutefois vous sortez de maladie ou d’un arrêt forcé provoqué par une blessure, allez-y doucement en revanche !

Step by step

Quand vous reprendrez après une pause, allez-y par étape en choisissant un seul objectif simple. Celui d’« Être en forme ». Moins sollicitant au niveau articulaire, tendineux et cardiovasculaire, il vous aidera à vous remettre en condition sans causer de sanction additionnelle !

Attention au cercle vicieux ! Lorsque vous vous sentirez fatigué mentalement, ne renoncez pas forcément à réaliser votre entrainement. Si le sport vous donne plus de vivacité et que vos muscles reçoivent plus d’énergie au cours d’un effort et qu’ils deviennent plus robustes, n’allez pas non plus jusqu’au point de non-retour ! Quand la fatigue dure plus de deux jours, n’y allez pas un troisième jour ! Deux entraînements de suite sur la fatigue c’est la limite !

Plus d’endorphines = WARNING !

Depuis le temps qu’on en parle, on est tous très au courant : La course à pied vous permet de profiter des bienfaits des hormones dites du bonheur, sécrétées par l’effort. Sérotonine, dopamine, endorphines… un cocktail d’énergie et de bien-être qui nous attend pendant et aussi et surtout : après. Alors à l’inverse, si la course à pied ne vous permet plus de vous sentir mieux dans votre tête et mieux dans votre corps, c’est que la connexion ne se fait plus correctement et qu’il est temps de faire une pause ou de retarder le réveil matin…

Vous avez déjà tous fait l’expérience, en courant vous évacuez le stress. Et second cadeau : vous gagnez cette sensation d’euphorie qui s’installe. Ne me dites pas que cela ne vous est jamais arrivé : après votre séance, ne vous êtes-vous jamais senti moins fatigué qu’auparavant ? Alors si cette sensation agréable disparaît c’est aussi un signe… Vous devez vous préservez !

Pour gérer l’entrainement et la fatigue, il est important de comprendre quel type de fatigue vous assaille. D’un premier abord allez au-delà de la fatigue et voyez ce qu’il se passe ! Si après l’entraînement vous n’avez pas perçu cette sensation de bien-être c’est un signal ! Il est donc temps de lever le pied et de laisser le temps à l’envie de revenir.

Néanmoins, autant que vous le pouvez essayer d’entrer dans un cercle vertueux et ne laissez pas les fausses excuses prendre le dessus. Votre organisme prend également l’habitude d’être activement sollicité. Incroyable mais vrai : loin de vous fatiguer davantage, le sport vous donne plus de vitalité. Plus vous vous entrainerez, plus vous vous sentirez en forme.

Ainsi si la pratique d’une activité physique régulière vous permet d’entrer dans un cercle vertueux, la baisse de forme et de motivation durable est le seul vrai signal à prendre en compte.

 

 

Jean-François Tatard

Jean-François Tatard

Jeff TATARD - 38 ans. - consultant sport - athlète multidisciplinaire (running, cyclisme, route, VTT, Run & Bike) Facebook : Jeff Tatard Insta : Jefftatard

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire