Qui oubliera cette période qui marque l’histoire de l’humanité ? Des mesures historiques jusqu’ici jamais prises en temps de paix. Des mesures qui entendent répondre à une situation inédite de « guerre sanitaire » … Une vie provisoire confinée dans une bulle. Notre bulle ! Mais quelle bulle ? Une bulle de malheur ou une bulle de bonheur ?

Par Jean-François Tatard – Photos: Pixabay – Marina del Castell

Publicité

Depuis ce 16 mars 2020, le mot d’ordre est clair : « restez chez vous !!!». Au début, beaucoup, comme un enfant attaché à son jouet, ont voulu essayer de déjouer les consignes et transgresser les règles. Certains ont roulé la nuit. D’autres ont pris la voiture pour courir dans la forêt. Les moins malins ont même synchronisé leur sortie sur Strava.

Nous avons découvert tout un tas de comportements déviants et égoïstes. Comme si le vrai caractère des gens s’était révélé. Rattrapés par la patrouille, la majorité a finalement fini par se ranger et respecter les règles.

Publicité

L’inventivité et la créativité pour solutions

Difficile de se maintenir en forme dans un appartement. Pourtant, certains ont fait preuve de créativité pour rester actif. Des solutions souvent très drôles qui permettent de se redonner un peu le moral. Sur les réseaux sociaux, les sportifs n’hésitent pas à se filmer et à partager leurs vidéos.

L’être humain a montré qu’il est capable de s’adapter. Cette période est quand même longue. Dans le meilleur des cas, nous serons restés 56 jours confinés à la sortie de cette période. Nous ne pouvons  pas imaginer que ce soit sans impact. Que s’est-il réellement passé psychologiquement ?

Un avant-goût de paradis

Et si ce confinement avait été un avant-goût du paradis ? « Le confinement : le paradis ? ». Comment se justifie cette vision beaucoup trop idéaliste ? Une question de philosophie peut-être, comme ce jeu de perception avec ce verre à demi plein… Pourtant, ils sont nombreux à redouter déjà la fin…

Le 11 mai ou la fin d’un voyage

Voyage au bout de l’ennui ou parfois aussi un terrible sentiment d’inutilité. Pédaler dans le vide ou faire de la corde à sauter sans corde à sauter pour occuper le temps, ça va 5 minutes. Il ne faut pas le nier, beaucoup ont vécu cette période comme un épisode terrible. Pour eux, cette annonce de déconfinement au 11 mai est perçue comme la lumière au bout du tunnel.

Une bulle de bonheur qu’il faudra quitter

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le confinement est, pour certains d’entre nous, une véritable bulle de bonheur. Un joyeux microcosme qu’il faudra, malheureusement quitter. Quand une majorité diabolise le confinement, certains auront aussi utilisé la période pour repositionner l’échelle des valeurs.

Ils se seront rendu compte que beaucoup de choses sont finalement futiles et non essentielles. Que pour vivre heureux, il faut voyager léger. Il ne faudra jamais oublier cette période qui se sera présentée comme une merveilleuse opportunité de savoir ce que signifie réellement le bonheur.

Que vous soyez, triathlète, coureur ou runner, quand l’heure de la reprise aura sonné et que le rythme sera encore plus fou, vous devrez vous rappeler que le bonheur est impossible à trouver ailleurs qu’à l’intérieur.

Runing4all

GRATUIT
VOIR