Exclusivité mondiale pour Running4All.fr

Chaussures ZOOPLUS sportives:

La tout-terrain pour aventurier et aventurière.

 Une nouvelle testeuse vient de rejoindre la team Running4all. Nous vous présentons donc la miss Rhodesian Ridge Back nommée Palash du Royaume de L’Espina.

Elle pratique la course à pattes depuis sa plus prime jeunesse et apprécie tout particulièrement les sorties en forêt, pour se dépenser mais aussi pour faire pipi. Comme elle le précise si finement : « c’est toujours plus sympa de sniffer le bois frais plutôt que le caniveau au pied de chez moi ».

 Aujourd’hui nous lui avons proposé de tester des running au cours de ses promenades… Elle a le droit de se promener en ces temps incertains, pour décompresser face à notre frustration de course à pied, amusez-vous à lire ses aventures.

Le produit testé :  La  ZOOPLUS  pour Wouf

  • Unisexe
  • Tailles : de XS (2) à XXL (7)
  • Couleur : Noir avec bande réfléchissante pour que mes maîtres ne me perdent pas la nuit
  • Semelle extérieure : en TPR thermoplastique antidérapant
  • Tissu : Simili cuir et polyester
  • Laçage : Pourquoi se prendre la tête ? 2 scratchs par patte avec soufflé pour emballage de la papatte facile
  • Poids : Je n’avais pas de balance mais moins d’une ½ portion de croquette à vue de wouf
  • Drop : 0 drop pour un bon griffé
  • Prix : 15.99 à 17 .99 euros en fonction de si t’as des grosses pattes ou non 
  • Foulée : de princesse, en toutes circonstances

 

J’avoue que je n’étais guère enchantée devant la nouvelle trouvaille de mes maîtres…

Remarquez, j’eu la même réaction lorsque, pour mes 1 an, ils m’ont affublée d’un harnais pas des plus girly. J’ai vite changé d’avis lorsque j’ai compris qu’on pourrait se balader, que dis-je : pratiquer le trail running tous ensemble.

J’ai donc testé pour vous mes nouvelles snow-trail running. Il le fallait bien car ce n’est pas un petit investissement : rappelez-vous que j’ai 2 fois plus de pattes que vous !

Le chaussage :

Je ne vais pas vous mentir, j’ai dû « faire appel à un ami » pour les chausser.

Avouons que, vu mon manque de patience, le double scratch était une meilleure idée que le laçage qui m’aurait vite empatouillée et mis les nerfs de mes maîtres à rude épreuve.

Autre chose pratique : pas de patte droite / gauche ou bien avant et arrière : imaginez le bin’s… Quand je vois mes maîtres se prendre la tête avec leur chaussette Left et Right toujours mangées par la machine à laver… Il valait mieux éviter car c’est moi qui les aurai grignotées.

La semelle antidérapante :

Y’a pas à tortiller du derrière : mes petits coussinets bénissent ce plastique thermostatique antidérapant en WOUFBRAM car malgré les attentions de ma maîtresse qui me badigeonne d’antifriction, je suis une chienne fragile et je crains les gerçures…

Et puis sur un malentendu, je peux toujours rencontrer un beau wouf fétichiste des pieds donc je préfère prévenir. J’en profite pour préciser que je suis célib’ donc si vous connaissez un beau mâle sportif enclin à se promener, je suis OP pour partager mon écuelle et plus si affinités.

Première sortie et première impressions

L’empeigne chaussette :

La structure façon chaussette me sied à ravir par contre, ne prenez pas une taille au-dessus sinon à la moindre accélération, elles vont rester sur la chaussée !

Le velcro :

J’avoue que le velcro que je pensais salutaire possède des limites car avec les températures négatives, la neige s’y fige et la fermeture devient moins efficace. Il m’est arrivé de faire quelques foulées et de me faire gronder car j’avais perdu un de mes attributs… Monde injuste car pour une fois, je ne les avais pas grignotées !

 

 

Mes premières foulées :

Je ne vous montrerai pas les premières vidéos que mes maîtres se sont amusés à filmer. Dignes d’un vidéo gag car je ressemblais à un pingouin croisé avec Bambi !

Mais, amis Wouf, persévérez ! Au bout de 5 minutes et quelques fous rires que je n’ai pas appréciés, mes snow Wouf trail se sont faites oublier et je me suis grave éclatée !

 

 

Drop 0mm :

Ayant une foulée avant pied, je conseillerai ce produit aux Wouf ayant une foulée légère voire médio pied avec pointe de vitesse à concurrencer une gazelle apeurée (comment ça je me la pète ?). Amis husky, setter irlandais, ou malinois affutés ce sera OK.

Pour mes amis Saint Bernard inutile de vous encombrer : un bon coup de gnole et vous ne sentirez plus vos pieds.

Pour les lecteurs chihuahua ou bichon maltais, je ne saurai trop vous conseiller de rester chez vous car même avec la bande réfléchissante de mes running, aucune âme ne saura vous retrouver sous 20 à 30 cm de neige bien fraîche. En cas de mauvais temps ou d’ailleurs de confinement, optez pour un tapis d’appartement !

 

 

En compétition :

Remarquez la souplesse de ma foulée, même lorsque je suis en plein ravitaillement. Je me sens comme une panthère que l’on vient de lâcher et cela quel que soit le dénivelé ou le profil accidenté. Je devine dans le regard de mes adversaires une certaine jalousie (bon après c’est peut-être lié à mon joli pelage caramel bronzé).

 

Au fil des sorties et des kilomètres,

Je n’ai constaté aucune usure malgré mon gros kilométrage actuel : en temps de Corona, tous mes voisins sont devenus mes amis et veulent me promener !

De même pour mes petons ; je n’ai ni ampoule, ni frottement. Tendinite, périostite ou trucs en -ITE, je ne connais pas ! D’ailleurs message subliminal à mes proprio : inutile de m’emmener chez le véto, je suis en parfaite santé.

Mais pour vous les humains :  RESTEZ CHEZ VOUS!

Retrouvez les aventures sportives et festives de PALASH du Royaune de l’Espina :

Sur FACEBOOK: Rhodesian Ridgeback Palash

Sur Instagram : palash_du_royaume_de_lespina

En période de confinement, maintenez votre forme du moment

Connaissez-vous la différence entre un optimiste et un pessimiste ? Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité quand l’optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. C’est ainsi que dans cette période de confinement le contexte est une véritable aubaine pour les sportifs les plus créatifs…

Par Jean-François Tatard – Photos Jeff – Pxhere

Confiné mais jamais sans bouger

Dans cette période de confinement, il est normal qu’immédiatement, vous craigniez de voir la forme s’envoler, et les kilos s’accumuler. Pour la plupart d’entre vous, vous n’avez pas traîné. Vous avez vite su comment vous équiper et où trouver comment rouler connecté.

Parallèlement, c’est aussi l’opportunité de travailler des parties délaissées tout le reste de l’année. Ou de faire progresser des axes d’amélioration.

Une offre d’exercices

Pour garder la forme dans cette période de confinement, pour les mieux équipés, il y a le Home Trainer, le tapis roulant, le rameur. Ce sont des solutions de repli de luxe, cela permet aussi de ne pas trop tourner en rond et de se vider la tête.

L’offre d’exercices invitant à se bouger ne s’arrête pas là, que le web et les réseaux les tutoriels qui exposent du « Sport At Home » explosent ! Pourtant il convient de rester prudent et de bien les choisir…

La prudence est de mise…

Depuis le début du confinement, les réseaux sociaux débordent de coachs souvent improvisés en 24h. Ils donnent des exercices à faire dans le salon, dans le garage ou sur le balcon. Une série de crunch filmée sur l’iPhone et 2 minutes plus tard elle est postée sur Instagram !

Les pros aussi tentent de s’adapter. Beaucoup envoient des exercices à leurs adhérents. Quand on parle d’opportunisme, aviez-vous déjà reçu autant d’emails pub en ce moment ? Les applis spécialisées inondent les boîtes e-mails. Même les stars du sport nous proposent de les suivre avec des conseils pas forcément adaptés à tous.

En cette période de confinement  le business du sport à la maison a du succès. Vous souvenez vous le lendemain de l’annonce du président tous ces gens qui se sont découverts soudainement une passion pour la course à pied ? « Il est vrai  que DECATHLON est fermé ?! Peu importe, on retrousse le jean, on chausse les Stan Smith et s’en va courir le long des quais… ». Ces comportements ne sont pas sans risques. Tous ces gestes si nous les faisons mal, la sanction ne va pas traîner…

Ne nous improvisons pas sur des exercices que nous n’avons jamais fait avant

Dans cette période de confinement, il n’y aura personne pour contrôler si nous les faisons bien. Personne non plus pour soigner les conséquences et les traumatismes d’une mauvaise posture. La blessure n’est jamais loin. Des abdos mal faits ou des exercices mal équilibrés et nous nous retrouvons rapidement avec une lombalgie ou une pubalgie. Alors adaptons nos efforts. Soyons progressifs. N’allons pas au-delà de la douleur sur des exercices nouveaux.

Adaptons les efforts à notre niveau de pratique. Pour les néo sportifs du confinement, faites-en priorité ce que vous savez faire ! Les choses que vous maîtrisez et apprenez doucement et progressivement les choses que vous découvrez. Ne vous aventurez pas à faire des squats si vous n’en avez jamais fait.

Apprenez déjà le mouvement en faisant l’exercice à vide. Ne faites pas non plus « d’abdominaux » sans faire de « lombaires » derrière, qui auront le bénéfice d’équilibrer. 

Ne déséquilibrez pas la structure

Le maître mot dans les activités nouvelles que vous exécuterez pendant ces prochaines semaines c’est justement l’équilibre. Quand vous travaillez d’un côté, vous devez équilibrer de l’autre. Abdos = lombaires, quadri = ischio, bras = jambes.

C’est la même chose avec l’équilibre de force et de souplesse. Pour vous muscler plus efficacement, vous devez corriger les déséquilibres et diversifier vos séances de renforcement musculaire. Il est important d’effectuer correctement un exercice avant de travailler la force brute.

Si vous n’avez jamais entendu parler de la méthode Callisthenie c’est le moment de s’y intéresser. Celle-ci recommande de faire des séries de 5 répétitions maximum en ne se concentrant que sur la propreté du mouvement avant de passer sur des variations travaillant la force.

Dans cette période, nous vous conseillons de développer en priorité l’agilité, l’équilibre et la souplesse plus que la force. Cela aide à corriger les déséquilibres musculaires. Le risque de blessure est moins grand qu’avec la musculation.

Elle est donc bénéfique pour les coureurs non familiers des salles de gym et pour ceux qui reprennent après une blessure. Mettez en action un plus grand nombre de muscles que la musculation, et ciblez des muscles peu travaillés par nos sports qui sont des sports d’endurance.

En conclusion

Des exercices à faire à la maison tous les jours : oui ! Mais pas n’importe comment et pas à n’importe quel prix ! Variez-les et adaptez-les à votre niveau. Ne consacrez pas plus de 20% de votre temps à apprendre des exercices que vous ne connaissez pas. Privilégiez ce que vous savez faire !

C0VID-19 : Alimentation et confinement

En ces jours difficiles, notre quotidien s’en trouve chamboulé. Alors qu’avant nous ne trouvions pas le temps de condenser en 24h l’ensemble de nos impératifs au détriment souvent de nos loisirs.

Aujourd’hui, les journées semblent bien longues sans pour autant pouvoir nous défouler. Notre imagination en vue de notre motivation risque de diminuer pour  trouver une activité confinée entre 4 murs.

Faute de pouvoir atteindre les 8000 à 10 000 pas par jour et de conserver notre activité sportive régulière, voici les quelques règles alimentaires en vue de booster notre système immunitaire face au virus et également de ne pas se transformer en loukoum !

Images : Marie Caroline – Jeff – PX Here

Les aliments à privilégier

Il est plus aisé de penser que nous risquons de manger trop en face à face avec notre frigo et de faire ainsi le raccourci : Mangeons moins. Détrompez-vous, il est plutôt l’heure de manger mieux en vue d’éviter les risques de carence et de renforcer ses défenses face au virus.

En pratique voici les principes à recommander :

Vitamine D : solidité osseuse et production antimicrobienne

La vitamine D est la seule vitamine que le corps peut synthétiser de façon endogène, c’est-à-dire via le soleil. En ces temps de confinement, même avec le retour du soleil, cet apport devra être complété via l’alimentation.

L’intérêt pour le sportif de la vitamine D :

– Solidité osseuse car la vitamine D augmente l’absorption du calcium.

– Contraction musculaire et donc limitation de risques de crampes

– Système immunitaire en augmentant la production de substances antimicrobiennes

La solution alimentaire : Les poissons gras (saumon, hareng, maquereau, sardine), le jaune d’œufs,

Les produits laitiers sont également source de vitamine D mais uniquement non allégés car la vitamine est contenue dans le gras des aliments. Pour les plus motivés, l’huile de foie de morue ou le foie de veau constitueront les meilleures options.

Côté végétalien, les risques de carences sont encore plus lourds car mis à part certains champignons (shiitake), les sources sont rares.

Le saumon cru ou cuit permettra de combler le manque de luminosité

LES ANTIOXYDANTS

Les principaux antioxydants et leurs sources alimentaires

Les antioxydants viennent piéger ces composés nocifs avant leur entrée dans les cellules en vue de les préserver. Ils sont utiles au quotidien chez le sportif car l’activité sportive génère du stress oxydatif donc autant prendre de bonnes habitudes dès à présent.

Le principal antioxydant sera la vitamine C donc on mise sur les légumes à chaque repas et en quantité supérieure aux féculents en ces temps de faible activité sportive.

Une portion de fruit à chaque repas ou au gouter complétera les apports, c’est-à-dire 3 par jour en tentant au mieux de respecter certains principes en vue de conserver cette vitamine :

  • Consommés rapidement après cueillette, actuellement le surgelé sera un bon compromis car la surgélation préserve les vitamines et minéraux.
  • Crus ou cuisson rapide et faible température
  • De saison
  • A l’abri de la lumière
  • Faible trempage

Attention, à l’opposé, certains aliments sont à consommer éloignés des sources de vitamine C afin d’optimiser son absorption :

  • Sources de théine et caféine (thé, café, soda)
  • L’alcool,
  • Le tabac

La lumière ainsi que la cuisson auront un pouvoir destructeur sur la vitamine C.

 

  • LE MAGNESIUM :

Le magnésium est un minéral myorelaxant, c’est-à-dire relaxera l’ensemble des muscles.

Le sportif y verra une utilité pour éviter les crampes, mais pensez qu’il sera aussi anti-stress et limitera les problèmes d’insomnie, sans compter qu’il facilitera le transit.

Sachant que le confinement pourra être source de stress et que le manque d’activité sportive peut engendrer de la constipation, misons sur ces aliments riches en magnésium :

  • Produits céréaliers complets (féculents, pain, germes de blé, flocons d’avoine)
  • Légumineuses (lentilles, pois chiches)
  • Fruits secs (abricots, figues)
  • Fruits oléagineux (noix, graines de sésame)
  • Bananes, chocolat
  • Fruits de mer (bigorneaux)
  • Les eaux magnésiennes : Hépar®, Rozana®

·         Les probiotiques sont des bactéries vivantes qui entretiennent et restaurent notre flore. Ils empêchent la prolifération des germes nocifs et renforcent l’immunité.

Ou les trouver?

Dans les aliments fermentés : pain au levain, tempeh, choux fermenté, komboucha, kéfir, lait fermenté, yaourts, fromages à croute persillée, et mêmes certaines bières mais avec modération !

  • Les prébiotiques sont des sucres qui constituent la nourriture des probiotiques. Ils renforcent donc la symbiose de notre microbiote et renforcent l’immunité.

Ou les trouver?

Dans l’alimentation du quotidien et notamment les produits céréaliers à privilégier complets.

Les fruits et légumes dont les endives, l’oignons, l’ail, les asperges, l’artichaut, la banane

  1. L’HYDRATATION :

Et oui, ne pas oublier de s’hydrater et de consommer 1.5. à 2 litres par jour en privilégiant toujours l’eau et pourquoi pas les eaux magnésiennes antistress.

Les yaourts, tout comme les laits fermentés et les fromages à croute persillée, seront une bonne source de probiotiques renforçant le système immunitaire principalement intestinal

Maintenir une activité de renforcement musculaire régulière même chez le coureur à pied

Le confinement sous-entend une double baisse de votre activité physique :

– d’un point de vue sportif

– D’un point de vue de sédentarité globale : compliqué de faire ses fameux 8000 à 10000 pas par jour en faisant les 400 pas entre la salle d’eau et le salon.

De plus, ce confinement va perdurer plusieurs semaines, on ne peut donc pas l’apparenter à une coupure annuelle hebdomadaire. Vous risquez alors de fondre musculairement et donc de voir ralentir votre métabolisme au quotidien pour une même activité.

Il est évidant qu’il va falloir conserver un minimum de renforcement musculaire afin de maintenir ce dernier. Cela signifie s’astreindre à quelques séries de renfo-gainage au quotidien. En parallèle, n’oubliez pas que vous avez toujours la possibilité de sortir faire une sortie course à pieds, même brève, elle pourra s’enchaîner avec un peu de home trainer, d’elliptique ou de tapis histoire de s’initier à l’entrainement croisé.

Les 3 grands axes alimentaires à privilégier :

  1. Limiter le superflu : cela tombe bien, nous aurons moins l’occasion de traîner pour l’apéro à la terrasse d’un café ou de finir entre friture et fastfood en fin de soirée.
  2. Prenez le temps de cuisiner : une résolution à faire perdurer en se préparant des salades complètes équilibrées ou en se confectionnant soi-même sa pâte brisée afin de sélectionner au mieux les matières premières.

C’est LE moment de prendre de bonnes résolutions : équilibré et fait maison

3. Prenez une bonne résolution par semaine à tenir à terme en fonction de vos habitudes tel que :

    • Stop au soda
    • Stop à la friture
    • Stop aux plats préparés et livraisons de menus avec liste de menus pour la semaine à venir
    • Limiter sa quantité de café en diminuant jour après jour la quantité
    • Opter pour de bonnes graisses en alternant huile de colza et olive
    • Faire ses gâteaux maisons en choisissant les ingrédients
    • Apprendre à confectionner des barres de l’efforts ou gâteau de l’effort faits maison
Toute l’équipe de running4all vous souhaite un bon courage dans cette période difficile pour toutes et tous avec une pensée particulière pour le corps médical.

Gardez la forme chez soi avec RunMotion Coach

L’application coaching indispensable aux runners d’aujourd’hui !

RunMotion Coach est la nouvelle solution personnalisable de coaching dans l’univers running.
Adaptée à tous les profils de coureurs, l’application mobile s’appuie sur un algorithme de haute qualité pour s’adresser au plus grand nombre. Un an après sa sortie, RunMotion Coach est déjà plébiscitée par plus de 60 000 coureurs.

RunMotion Coach, l’innovation digitale pour atteindre ses objectifs

Lancée en octobre 2018 sur l’App Store et en avril 2019 sur Google Play Store, RunMotion Coach offre la
possibilité à tous les adeptes de course à pied de bénéficier d’un encadrement personnalisé et pratique
afin de progresser.

Simple débutant en quête de motivation pour se lancer ou sportif confirmé cherchant à améliorer un record personnel, tous les runners peuvent bénéficier de l’expérience offerte par RunMotion Coach, dont
la compatibilité avec l’application GPS Strava et les principales montres connectées dédiées à la pratique
sportive (Garmin, Polar et Suunto) en fait l’élément indispensable du coureur d’aujourd’hui !


De plus, la possibilité de choisir la personnalité de son coach – positif, autoritaire ou philosophe – offre à l’utilisateur une expérience parfaitement optimisée en fonction de ses préférences personnelles.

La start-up s’appuie sur l’expertise unique de ses fondateurs

Romain et Guillaume Adam, frères jumeaux, sont des athlètes de haut niveau qui maîtrisent leur sujet
quand il s’agit de course à pied.
– Guillaume a été sélectionné en équipe de France d’athlétisme sur 1500 mètres et affiche un record personnel à 2h26 au marathon, réalisé lors de l’édition New-Yorkaise de 2019 où il a terminé 1er français. Co-auteur d’un projet de recherche analysant la performance en course à pied soutenu par le MIT (Boston) et le CNRS, il est ingénieur et apporte son expertise technique au projet RunMotion Coach.

C’est notamment lui qui se charge de développer les algorithmes clés de l’application, offrant un avantage indéniable au produit sur un marché français où près de deux tiers des pratiquants de course à pied éprouvent un besoin d’accompagnement selon l’étude de SportLab (2016).

Romain possède également de solides références dans la discipline avec un record personnel de 2h38, qu’il tentera d’améliorer au Marathon de Paris 2020 après avoir bénéficié du plan d’entraînement surmesure proposé par RunMotion Coach.

En tant qu’ex-directeur d’un accélérateur de start-up, ses compétences économiques et juridiques viennent parfaitement compléter le profil de son frère jumeau.

 

 

 

Une nouvelle méthode de coaching…
Ce que propose RunMotion Coach à travers cette application est une véritable relation privilégiée pour l’utilisateur au travers d’un encadrement complet spécifiquement adapté à ses préférences personnelles.

L’apport du coach se traduit par des conseils sur l’entraînement le plus adapté au profil du coureur, allant de la structure de ses séances hebdomadaires jusqu’à la prise en compte de sa sensibilité psychologique avec la possibilité de choisir la personnalité de son coach. Ce dernier pourra être positif, autoritaire ou encore philosophe et sera à même de trouver les mots justes pour repousser ses limites sur tous les terrains (route, chemins, trail, piste, montagne).

Adaptée aux objectifs de tous les coureurs !

Ce suivi personnalisé permet également à l’utilisateur d’obtenir le temps prévisionnel précis associé à la distance sur laquelle il souhaite se positionner.

À l’aide de l’algorithme développé en interne et issu de la recherche co- écrite par Guillaume Adam, l’application parvient à calculer la VMA et l’indice d’endurance d’un coureur à partir de ses résultats de course, identifiant ainsi de manière précise, puisque le modèle a été testé et prouvé sur des milliers de coureurs, une prédiction du chrono de sa prochaine course, que celle-ci soit sur marathon ou une autre distance.

Ce service sera proposé sur le site de RunMotion et mis en avant lors du Run Experience en marge du marathon de Paris. Qui sait ? Comme les frères Adam, l’application vous positionnera peut-être aux avant-postes du prochain marathon de Paris !

Portrait: le défi de Jérémy Baillard

Alors qu’on assiste à l’essor du running ces dernières années, on constate que de plus en plus de populations s’y mettent. Les adeptes de la course à pied sont de plus en nombreux, d’anciens sportifs de haut niveau s’y reconvertissent.

Laurent Jalabert, Amélie Mauresmo, Laure Manaudou, Richard Dacoury, Yannick Noah, ils ont connu le graal dans leur discipline de prédilection et aujourd’hui ils courent.

D’anciens champions qui pèsent plus de 120 kilos, qui ont connu le meilleur niveau possible dans des épreuves de force, qui l’hiver ont réussi à se qualifier aux JO en bobsleigh et qui se reconvertissent à la course à pied vous en connaissez beaucoup ?

Un parcours hors du commun

Ce colosse a d’ores et déjà réussi à se construire une vie extraordinaire. Une réussite de rêve pour n’importe quel sportif.

Sélectionné en équipe de France de bobsleigh, Jérémy Baillard c’est ce garçon taillé dans un corps de spartiate qui a défilé à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Sotchi (Russie) deux têtes au-dessus du reste de sa délégation.

Quand tu pèses presque 100 kilos à 15ans et que tu fais de l’athlétisme, ce n’est généralement pas dans la section « course à pied » que se porte ton choix de discipline.

Avant d’être intégré à l’équipe de France de bob à quatre en 2011, c’est sur les pistes d’athlétisme que Jérémy a connu ses premières émotions.

Vérifiez les tablettes, Jérémy est toujours le recordman de France cadet du lancer du disque. Quand il lançait son engin, celui-ci atterrissait la plupart du temps au-delà des 60 mètres.

Ce physique de gladiateur attire les convoitises de toutes les disciplines où la force est requise. Le Stade Français et le Métro Racing le repèrent et lui proposent un contrat sans vérifier ses capacités à jouer au rugby.

Le staff sait que ce talent hors du commun leur permettra d’obtenir des Victoires. Quand le crossfit arrive en France, on tente de le débaucher également.

Forcément quand tu soulèves 200 kilos au développé-couché. Que tu charges ta barre de squat à 240 kilos.

Que tu frôles les 300 kilos au soulever de terre : ça ne passe pas inaperçu et ça finit par se savoir. Surtout quand tu as des capacités à courir vite qui sont proches de celles des meilleurs sprinters.

Vous l’aurez compris, le moins qu’on puisse dire c’est que Jérémy n’incarne pas le profil du coureur à pied.

Comment on en vient à chausser des baskets pour courir un 10 kilomètres quand on a un gabarit qui ressemble plus à celui d’un super héros de la WWE ?

Comment on prend le risque de s’exposer à être le dernier de la compétition quand on a toujours été au-dessus du panier dans tout ce qu’on a entrepris en sport ? Qu’est-ce qui peut bien motiver cette carcasse d’incroyable Hulk ? 

Quelle mouche a piqué Jérémy de vouloir courir…

Peu importe ta discipline, quand tu aimes le sport, « Tu ne peux pas mourir sans avoir terminé un marathon ». C’est le seul vrai graal d’un athlète accompli selon celui qui a pourtant connu les jeux olympiques.

C’est ainsi qu’un soir d’anniversaire, il prend le pari avec des amis de finir un marathon. Le soir même, il coche la date qu’il gardera secrète. Dès lors, dans la discrétion, il s’accroche à son objectif et il trace le chemin qui lui permettra d’atteindre ce rêve. Brique après brique il construit actuellement son édifice. 

Après quelques semaines d’entraînements, il commence par se tester sur un 5km en compétition.

Le résultat est plus que probant. Il maintient une allure de 15km/h pendant 20 minutes et réussit un chrono de 19’45’’. Il prend dès lors conscience que ce rêve est possible. Jérémy connaît le prix à payer pour atteindre un objectif !

L’investissement ne lui fait pas peur. Il sait s’entraîner dur et faire des sacrifices. Il y a toujours cette histoire mécanique et de gabarit… Comment réussir à courir 3 ou 4 heures de suite sans s’arrêter avec un tel physique ? 

Jérémy se surprend à être heureux de courir

Pour quelqu’un qui détestait les cross en minime, aujourd’hui il prend plaisir en courant. Cette joie et cet accomplissement dans sa nouvelle discipline l’aident à se motiver et à progresser.

Il y retourne volontiers tout en sachant que la progressivité le préservera des blessures. Il doit aussi perdre du poids et du muscle. Alors il modifie son alimentation et sa balance lui donne rapidement les preuves qu’il évolue dans le bon sens.

Aujourd’hui il est descendu sous les 100 kilos. Son dernier semi-marathon en 1h34 lui confirme qu’il suit la bonne programmation. 

Tout est accessible à celui qui s’en donne les moyens : je le savais mais visiblement, Jérémy me fait dire que la course à pied, en particulier le marathon constitue le plus haut niveau d’accomplissement pour un sportif.

Même pour celui qui a connu les jeux olympiques. Prêt à se mettre en danger. À repartir de zéro. De se faire battre. À accepter l’échec. À se faire dépasser.

Pour réussir l’exploit d’être définitivement heureux et accompli : je ne m’en émerveillerai jamais assez. Cette rencontre m’a donné envie de suivre Jérémy jusqu’à la réalisation de son rêve. Je vous propose ainsi de vous donner régulièrement de ses nouvelles jusqu’à ce jour de fête…

Copyright © 2020 Agence Commin All Rights Reserved.  Mentions légales

Runing4all

GRATUIT
VOIR