Boire sans modération


Après le sommeil et l’alimentation du runner, l’hydratation. Trois piliers vitaux qu’il convient de bien équilibrer pour tout sportif.
L’alimentation, que l’on évoque régulièrement dans Running4all, nous allons nous pencher cette fois sur l’hydratation. Mais comment s’y retrouver avec toutes ces eaux ? Eau du robinet, eau de source, eau gazeuse, eau gazéifiée, eau naturelle…

L’EAU INDISPENSABLE POUR L’ORGANISME

Nous serons tous d’accord pour affirmer qu’il est essentiel d’apporter à notre organisme du « liquide ». En effet, afin d’optimiser le bon fonctionnement cellulaire à tous les niveaux, l’eau est primordiale. On en a besoin au niveau musculaire, cérébral, tendineux, osseux, viscéral, hépatique, pancréatique, sanguin, ou encore visuel. Tout défaut d’hydratation est immédiatement délétère pour notre organisme. 

CONSEQUENCES DE LA DESHYDRATATION 

La déshydratation favorise la survenue de nombreux symptômes :

  • perte d’énergie notoire 
  • fatigue 
  • état léthargique 
  • crampes
  • stress
  • l’insomnie
  • maux de tête 
  • ostéoporose
  • fonte musculaire 
  • tendinites…

 Lire aussi : L’intérêt de l’analyse de sang

Et pour nous, sportifs, l’absence d’eau se traduit par une baisse significative de la performance. Imaginez ! On dit que 5% d’eau en moins dans le corps, c’est 20% d’énergie en moins. 

DIFFERENCES DE SAVEURS
Toutes les eaux, minérales, de source ou du robinet, contiennent des minéraux en concentrations différentes et spécifiques à chacune d’entre elles. Cela leur donne un goût très différent d’une eau à l’autre. Ne dites pas que vous ne pensez pas à l’HEPAR quand on parle de goût différent ? D’où vient cette diversité de saveurs ? Allons-y, découvrons les « eaux » et leurs propriétés !

LES PROPRIETES DES EAUX
Les eaux possèdent de nombreuses propriétés, bénéfiques pour l’organisme et le sportif

Bicarbonates 
Ils agissent en facilitant la digestion et sont alcalinisants.
Calcium 
Il a un rôle essentiel dans la croissance osseuse, la minéralisation des dents et la contraction musculaire. Une carence en calcium est responsable à long terme d’ostéoporose.
Chlorures
Ils sont un composant essentiel des liquides de l’organisme et sont indispensables à la digestion.
Fer 
Il est un constituant fondamental de l’hémoglobine. Une insuffisance, plus fréquente chez les femmes, provoque des états de fatigue voire une anémie. En excès, cet élément produit une coloration de l’eau. 
Potassium 
Il a un rôle essentiel dans les échanges cellulaires et dans la contraction musculaire. Une eau riche en potassium est déconseillée en cas d’insuffisance rénale.
Sulfates
Ils ne sont pas assimilés par l’organisme. Leur élimination entraîne avec eux la perte d’autres minéraux. 
Magnésium
Il contribue au bon fonctionnement du système nerveux et à la contraction musculaire. Une carence est responsable de crampes, de spasmophilie, d’anxiété, de nervosité et de troubles digestifs. A forte dose, il peut avoir un effet laxatif.
Nitrates
Les légumes et la charcuterie constituent la principale source de nitrates dans notre alimentation, avant l’eau. Les nitrates sont une substance indésirable en quantité excessive, mais non toxiques. Une fois ingérés, les nitrates peuvent être transformés en nitrites et être à l’origine de problèmes toxicologiques particulièrement graves chez les nourrissons. 
Sodium 
Il a un rôle dans les échanges cellulaires et dans le maintien de l’hydratation de l’organisme. Les carences sont quasiment inexistantes car l’alimentation couvre largement les besoins en sel ; d’ailleurs, elle est souvent trop salée. Attention cependant aux pertes chez les sportifs. Un excès de sodium peut jouer un rôle non négligeable dans le développement de l’hypertension chez le sujet prédisposé.

COMPOSITION ET VERTUS DE L’EAU
Toutes les eaux ne sont pas bonnes à boire. Ou, à l’inverse, certaines eaux sont à privilégier en fonction des besoins de chacun. Ainsi, il est indispensable de porter une attention particulière à la composition de l’eau que l’on boit. Nous en buvons en premier lieu pour couvrir nos besoins hydriques. Mais l’eau peut être également un très bon complément des apports alimentaires de certains minéraux. 

LES DIFFERENTES EAUX

Pendant longtemps, on se méfiait de l’eau du robinet. Les eaux qu’on retrouve en rayon de supermarché répondent à d’autres qualités.
Les eaux minérales 
Elles ne subissent aucun traitement et possèdent des propriétés naturelles particulières. Les bienfaits spécifiés sont liés à leur composition en sels minéraux. Elles sont soumises à une réglementation spécifique. Par conséquent, elles peuvent ne pas être adaptées aux besoins de tous les consommateurs. 

Les eaux de source

Leur composition répond naturellement aux normes de potabilité. Microbiologiquement saines, elles ne subissent aucun traitement préalable au conditionnement. Les eaux de source n’ont aucune propriété particulière. 

Les eaux de table 

Elle sont rendues potables par des traitements avant leur conditionnement. Elles ne peuvent revendiquer les appellations “eau de source” ou “eau minérale”. 

L’eau du robinet

En comparaison avec les eaux en bouteille, l’eau du robinet présente des avantages. En effet, prenez votre calculette : elle coûte en moyenne 300 fois moins cher ! Elle répond à des normes de qualité plus sévères pour certains paramètres. Elle est livrée à domicile. Enfin, sur le plan environnemental, sa consommation n’engendre pas de déchets liés au packaging et autre conditionnement. 

QUELLE EAU MINERALE CHOISIR ?

Notre corps est composé de 70 % d’eau. Celle-ci doit être renouvelée chaque jour. Ce n’est pas un slogan de pub. Il est conseillé de boire en moyenne de 1 litre et demi quotidiennement en plus de ce que vous buvez pendant le sport. Ainsi, si vous êtes adepte des eaux minérales, vous n’avez que l’embarras du choix. Pour trouver celle qui convient à votre état de santé, votre activité, vos exigences, suivez le guide. Et n’hésitez pas à varier les plaisirs…

Les eaux au quotidien : Vittel, Volvic, Aquarel, Evian ou Valvert
Ces eaux plates sont faiblement minéralisées. Elles permettent une augmentation du volume urinaire, donc un bon lavage des cavités rénales. Ce sont les seules qui peuvent être bues tous les jours, à tous les repas, sans problème. Elles doivent être achetées de préférence dans les grandes surfaces. Stockez-les à l’abri de la chaleur et de la lumière. Une fois ouvertes, consommez-les dans les deux jours.
Les eaux pour un régime : Hépar, Contrex ou Courmayeur.

Beurk ! Ce n’est pas pour leur goût qu’on les achète… Plus fortes en sulfates et magnésium et très minéralisées, Hépar et Contrex permettent une accélération du transit et une élimination beaucoup plus rapide. L’eau ne fait pas maigrir, mais elle peut vous aider à faire disparaître les déchets de votre organisme, à drainer. Le choix est très important car au-delà des bienfaits diurétiques, ce type d’eau sert aussi de coupe-faim. En cas de fringale, buvez un grand verre. Et n’oubliez pas d’avoir une activité physique régulière et des repas équilibrés.
Les eaux pour une digestion difficile : Vichy Célestins, Saint-Yorre, Salvetat, Badoit ou Alet.

Les eaux contre le stress : Rozana, Quézac, Arvie ou Hépar

Ces eaux seront vos alliées. Pourquoi anti-stress ? En choisissant une de ces marques, vous optez pour une eau riche en magnésium. Or, ce sel minéral régule l’équilibre nerveux de votre corps.  Mais attention avec les eaux à forte teneur en sodium comme La Rozana. En effet, elles doivent être consommées avec modération. Un ou deux verres, pas plus !

VARIONS ET DIVERSIFIONS

Aujourd’hui, les nutritionnistes s’accordent tous à recommander de varier son alimentation de façon à couvrir au mieux les besoins en divers nutriments. Pour l’eau, il n’est peut-être finalement pas aussi nécessaire d’en changer régulièrement. Mais néanmoins, le choix de l’eau doit être adapté aux besoins du moment. 

POUR CONCLURE
Au-delà de la saveur et du goût, l’eau possède des propriétés si riches qu’elles vous permettront de répondre à des besoins subjectifs et contextuels qui eux-mêmes dépendront de votre état. Probablement ne regarderez-vous plus jamais les bouteilles d’eau de la même façon lorsque vous irez faire vos courses et que vous vous aventurerez dans le rayon. L’eau est plus précieuse que l’or. D’ailleurs, à l’échelle cosmique, l’eau est même bien plus rare… Dégustons-là, diversifions-là, préservons-là et trinquons à la richesse de sa composition !

Retrouvez nos articles : Nutrition & Santé

Test longue durée Compex SP 6.0

Pour ceux qui ont l’habitude de lire running4all, il y a plusieurs semaines, Compex, le leader mondial de l’électrostimulation, nous avait offert l’opportunité de découvrir le SP 0.6. Une version haut de gamme de la marque. Complètement sans fil. Et aujourd’hui, l’objectif est de livrer à nos lecteurs un témoignage plus précis sur un usage à long terme de ce petit bijou.


Par Jean-François Tatard – Photos : DR

-> VOIR AUSSI : Test du Compex SP 6.0

Je ne vous referai pas l’histoire de cette sympathique société Suisse ni celle de cette technologie qui permet aux sportifs et aux kinésithérapeutes d’accompagner la récupération, de soigner, de rééduquer, de soulager mais aussi de préparer, de muscler et par voie de conséquence : d’optimiser la performance et le temps qui y est consacré.


PETIT RAPPEL


Les muscles ne font pas la différence entre la sollicitation demandée volontairement par le cerveau ou celle, artificielle, du Compex. L’appareil de cette marque se distingue d’ailleurs essentiellement grâce à sa maîtrise de l’impulsion électrique. L’impulsion est optimale ! Pourquoi ? Pour deux raisons :

1 – L’intensité électrique est de façon avérée très efficace. Elle apporte la quantité d’électricité juste nécessaire !

2 – L’intensité est confortable et n’apporte aucune quantité d’électricité excédentaire à ce qui est nécessaire.


NOMBRE de PROGRAMMES :

30 programmes sont proposés par ce petit appareil pas plus grand qu’un smartphone. Reste à choisir… Il y a cinq catégories de programmes, contenant chacun des séances spécifiques :

 

Préparation physique :

– Echauffement

– Endurance

– Résistance

– Force

– Force explosive

– Cross training

– Musculation

– Hypertrophie

– Gainage

– Capillarisation


Fitness :

– Raffermir les bras

– Tonifier les cuisses

– Sculpter les abdos

– Raffermir le ventre

– Sculpter les fessiers

 

Antidouleur – Antidouleur Tens :

– Décontracturant

– Douleur musculaire

– Douleur nuque

– Douleur dos

– Tendinite

– Jambes lourdes

– Prévention des crampes

 

Récupération / Massage :

– Récupération après entrainement

– Récupération après compétition

– Diminution des courbatures

– Massage relaxant

– Massage régénérant

 

Rééducation :

– Fonte musculaire

– Renforcement

USAGE SIMPLE & UNIVERSEL

 

La liste des programmes est donc suffisamment longue pour que normalement cela réponde à chaque besoin de manière optimale. En parallèle, l’utilisation est si simple que même si vous aviez été momifié pendant des siècles et que nous venions de vous ressusciter, vous sauriez vous adapter à l’utilisation des programmes. Vous pouvez même sélectionner vos favoris.


INTUITIF !

 

La petite télécommande qui sert d’Interface vous indique le placement des électrodes à respecter en fonction des muscles que vous souhaitez faire travailler ainsi que la durée du programme. Ensuite, il vous suffit juste d’allumer le nombre de modules nécessaires et de laisser faire l’appareil ! Le SP6.0 va vous guider dans le choix et la mesure de la bonne intensité de travail grâce aux technologies MIscan et MI-range.

 

SIMPLE & RAPIDE

 

Normalement, il n’y a pas d’excuses. C’est excessivement simple et rapide à mettre en place. Et ce n’est pas qu’un détail, lorsque vous courez après le temps et que vous fuyez la contrainte. La visibilité aussi : pendant, le programme, un petit schéma indique dans quelle phase de travail vous vous situez (échauffement, contraction, repos actif, relaxation) tout en indiquant le nombre de contractions effectuées et celles restantes. Pour les programmes de massage ou de récupération, une barre de progression s’affichera à la place.

PRATIQUE !

 

L’absence de câble est le gros plus ! En effet, entre la télécommande et les électrodes c’est vraiment agréable qu’il n’y ait rien. Cela permet d’être beaucoup moins « coincé » qu’avec les anciennes générations de Compex. L’option « pause » aussi est appréciable ! Combien j’ai eu envie de faire pipi et que j’ai été obligé de serrer les dents jusqu’a ce que le programme finisse avec mes anciens Compex.

L’autonomie de la batterie est également très appréciable. Les fabricants de smartphone feraient bien de s’en inspirer… Vous pouvez très largement partir un week-end entier juste avec les électrodes et la télécommande sans avoir besoin de recharger. La seule chose un peu casse-pieds, c’est la rapidité de l’obsolescence des électrodes. N’espérez pas beaucoup plus de 20 séances avec les mêmes électrodes.


MULTI USAGE !

 

Je ne l’ai jamais fait sérieusement. Juste pour l’expérience mais cette version sans fil permet aussi de pouvoir agir en plein mouvement. Pour vérifier, je me suis amusé à programmer une séance de force alors que je pédalais sur home-trainer ! Que celui qui veut faire évoluer l’entraînement se plonge dans le sujet ! Il y a peut-être une brèche à explorer…

UN VRAI BIJOU

 

Après bientôt deux mois d’utilisation privilégiée, j’ai du mal à accepter qu’il va falloir le rendre. Quel joli coffret ! L’écrin est vraiment somptueux. Disposée sur un meuble dans le salon, la docking station fait son effet ! Mais côté usage ?

À L’USAGE

 

Il faut que je sois honnête : je ne serai jamais un grand utilisateur de ce genre d’appareil ! Je ne remets pas en question les fonctionnalités, l’efficacité, la praticité et la simplicité d’utilisation de ce bel objet. À la limite, c’est plus son accessibilité qui me poserait souci. Presque 1000 €, je n’en ferai jamais une priorité d’investissement ! Mais c’est surtout que j’ai toujours du mal à maintenir une régularité dans l’utilisation de ce genre d’appareil. Et je sais que je ne suis pas le seul. Ça me fait penser à l’autocuiseur de ma mère dans sa cuisine. Combien de ménagères ont cassé la tirelire pour un Magimix pour qu’au final il reste à prendre la poussière ? C’est pourtant un appareil fabuleux j’imagine ?


RENDEZ-VOUS AVEC TON COMPEX ?
Pour le testing produit, j’ai fait l’effort de l’utiliser dans toutes ses déclinaisons possibles. Mais je reste persuadé que si la marque veut développer plus d’assiduité chez les utilisateurs elle doit investir dans la formation des coachs. Ce sont eux les meilleurs prescripteurs. Lorsqu’il s’agit de programmer l’entraînement, existe-t-il un moment où nous sommes plus assidus que lorsque nous avons des comptes à rendre à l’entraîneur ? Si à cette rigueur on y associe un objectif concret, quantifiable et mesurable, nous devrions pouvoir développer plus de fidélité à l’usage de ce petit appareil. Si nous faisions une enquête, qui est le plus assidu dans la durée : celui qui est inscrit dans une salle de Fitness et qui s’y rend librement quand il le souhaite ou celui qui est inscrit dans un club avec des créneaux programmés tels jours à telles heures ? Alors, comment serait-il possible de se fixer un rendez-vous avec son Compex ?
EN RÉSUMÉ 
« Un petit kiné dans la poche » : c’était ça l’argument de vente ? Rassurons la profession, ce n’est pas demain qu’un robot remplacera le métier. Néanmoins, par ses fonctionnalités proposées, le Compex SP6.0 est un bon prolongement de son travail. Parallèlement, cette version sans fil permet d’optimiser les possibilités d’usage qui pour moi restent le point le plus limitant de ce type d’appareil. On s’en lasse vite ! Au début, comme tout ce qui est nouveau, on s’en sert beaucoup. Et au fil du temps, de moins en moins jusqu’à oublier qu’il existe. D’ailleurs, une idée de développement peut-être ? Mais pourquoi ne pas s’inspirer de ce qui existe déjà avec les GPS et de créer une application mobile similaire à Strava par exemple. Une plateforme qui permettait d’enregistrer nos activités COMPEX ?

Compex SP 6.0
En préparation : 4/5
En récupération : 5/5
Facilité d’utilisation : 5/5
Rapport qualité/prix : 3/5
Les +

  • La Liberté de mouvement grâce au sans fil
  • L’écran couleur
  • Vous apprécierez la batterie longue durée, le témoin de batterie qui vous renseigne en permanence sur l’état de charge et le confort de la technologie Mi Scan + Mi Range.
  • La connexion avec le site Compexwireless

Les –

  • Le prix du dispositif
  • Le prix des électrodes
  • L’obsolescence rapide des électrodes
  • La lassitude à l’usage

Prix : 929 €
Contact : www.compexwireless.com
 

 

Test du Legging Sport Polyamide de Copakabana

Le legging de sport est devenu chez les femmes une vraie tendance en matière de tenue. La marque brésilienne Copakabana en a fait une spécialité et j’ai eu l’occasion de tester l’un de leur modèle. Le Legging Sport en polyamide se montre à la fois original et confortable.
Par Bérengère Staelens* – Photos : DR

À la découverte du legging à essayer, je dois avouer que j’ai eu un léger doute, me demandant quel avis allais-je pouvoir donner : du tissu, des coutures, de la résille et un nom fashion. Bref un legging pour faire un défilé de mode à la salle de sport, ce qui ne me ressemble pas vraiment. Bien mal m’en a pris, car ce legging se montre finalement re-dou-ta-ble d’efficacité, de confort et a su s’imposer comme l’un de mes modèles préférés !


Made In Brasil
Explications : tout droit venu du Brésil, ce legging est intégralement noir avec des empiècements en résille sur les cuisses et les mollets, ce qui lui apporte un look tendance à souhait et bien girly. Le tissu est doux au toucher et se montre très agréable à porter, ceci même au fil des séances malgré la transpiration et les lavages en machine. La coupe du legging s’ajuste parfaitement à la silhouette et aux formes féminines. La taille est assez haute et recouvre parfaitement le petit bidon féminin (on ne se moque pas, hein !). Le maintien du legging sur les hanches est excellent malgré l’absence d’un élastique.

Le Legging qui vous préserve
À l’essai, on ne note pas de sensations d’oppression sur le ventre et un très bon maintien : Copakabana a su atteindre l’objectif sans faire de concession sur l’une ou l’autre qualité. Finalement, le legging Copakabana se porte dans toutes les situations : tant sur le plateau de musculation de la salle de sport qu’en cours collectifs, séances de crossfit ou cardio sur tapis de course. Il s’adapte à tout, suit chacun de mes mouvements sans tortiller : extensible, il permet une grande liberté dans les mouvements amples et que toutes les femmes se rassurent, il est « 100 % squat proof (*) » !! (* Considération exclusivement féminine en salle de sport qui vise à s’assurer que le legging ne devienne pas transparent en position de squats). C’est par son confort plus que par son look que ce legging Copakabana m’a d’abord séduite. Et c’est loin d’être le seul modèle du catalogue de la marque. 

LEGGING COPAKABANA POLYAMIDE
Matière : polyamide à 90 % et 10 % Spandex
Prix public : 47,90 € (hors promotions)
Contact : copakabana.com

*Bérengère Staelens est une athlète complète, coureuse cycliste ancienne championne de France UFOLEP et championne d’Ile-de-France FFC en 2015. Elle participe aux manches de la Coupe de France féminine. Elle se prépare en courant à pied entre septembre et février trois fois par semaine, participe à quelques compétitions de 10 km, boucle un trek d’une dizaine de jours chaque année, et est une skieuse confirmée.

Mal manger pour performer + VIDÉO

Pour bon nombre des lecteurs de running4all, il n’est pas rare que vous ayez commencé un jour la course à pied pour maigrir. Vous y avez par la suite trouvé d’autres bienfaits fabuleux mais le contrôle de votre ligne est un point toujours tout aussi important. Pourtant, vous aimez profiter de la vie. Et manger en est un qui vous tient à cœur. Cet article est pour vous…
Par Jean-François Tatard – Photos : DR

PRIVATION INTERDITE !

Il ne sert à rien de créer de la frustration. Au contraire, c’est même délétère. Lorsque vous vous privez de ce que vous aimez, vous envoyez des signaux de frustration à votre cerveau et à votre corps. Un jour les deux vont se venger !

LE CRAQUAGE !

Pour éviter le « gros craquage » qui vous tombera dessus un jour ou l’autre, faites régulièrement des « petits craquages ». Tout est question de curseur. Rendez-le festif ! Associez-le à une récompense. Ou à quelque chose d’un peu plus exceptionnel que d’habitude. Partagez-le aussi d’ailleurs ! Récompensez votre cerveau ! Ça aura un impact sur l’humeur et votre bien-être et renforcera aussi votre volonté a encore mieux vous alimenter le lendemain.

 

C’EST QUI LE FAIBLE ?

C’est qui le faible ? Celui qui cède à la tentation ? Celui qui tient coûte que coûte ? Ou celui qui sait se raisonner et s’adapter ? Lorsque vous vous autorisez un écart, vous ne faites pas preuve de faiblesse, rassurez-vous ! La faiblesse est plus chez celui qui s’emprisonne dans un rituel. Faites-vous confiance, nous avons des ressources formidables et notre capacité d’adaptation est nettement supérieure à ce qu’on peut imaginer.

LEÇON DE PHYSIOLOGIE

Nous n’avons pas toujours mangé à notre faim dans l’Histoire. Il y eut des moments où nos ancêtres crièrent famine. Et savez-vous comment s’en sont-ils sortis ? Le métabolisme s’adapte à nos apports énergétiques. C’est ça la magie. Quand notre organisme n’a plus à manger, il va donc fonctionner au ralenti pour économiser ses réserves et stocker plus rapidement. Vous le saviez ça ? Faites l’expérience d’un régime drastique. Non seulement, vous allez très vite ne plus réussir à maigrir, mais en plus le jour où vous remangerez « normalement », le corps s’étant habitué à fonctionner en mode économique, vous allez reprendre encore plus de poids. 
 

UN TROMPE ENNEMI

Les écarts sur la bouffe font ainsi comprendre à notre organisme qu’il ne manque de rien. Et vous savez quel est le bénéfice ? Cela va empêcher la mise en place d’un stockage éventuel de graisses. Pour moi qui ai à peu près tout essayé en matière de nutrition, je peux vous garantir qu’un corps nourrit « trop sainement » à plus de risques de voir ses défenses immunitaires chuter. Ainsi, la « malbouffe » agit comme un vaccin ! Je vulgarise le truc mais imaginez que la dite « malbouffe » soit perçue par le corps comme une agression extérieure et bien vous apprenez à celui-ci à se défendre. C’est le principe du vaccin !

CONCLUSION


 
Bien manger est souvent la clé d’une bonne santé ! Ainsi est-il important d’avoir une bonne alimentation de fond. Mais dans l’idée, la vie c’est surtout en profiter et le plaisir de nous amuser. Et si il faut passer par la case « mal manger » pour perdurer, alors rendons « l’événement » exceptionnel. Partageons-le avec nos amis et associons-le à une récompense. N’exagérons rien mais faisons de ce moment un instant joyeux et tout aussi délicieux qu’un nouveau record sur votre distance de course à pied préférée…

Le sport en salle + VIDÉO

Marre du froid ? Lassé de courir ? Envie de diversifier ? De découvrir de nouvelles activités ? De combler des aspects physiques qui vous font carence ? Ou pour différentes autres raisons, Vous avez pris la décision de compléter votre pratique de la course à pied par une une activité sportive en salle… C’est une très bonne idée !
Par Jean-François Tatard – Photos : DR

Avant de vous inscrire, savez-vous que la majorité des personnes qui s’inscrivent dans une salle de fitness  s’arrêtent au bout de quelques semaines ? Pour éviter d’en arriver là, voici quelques conseils qui vous permettront de profiter de tous les avantages que propose une salle de sport, et surtout de bien vous entraîner afin d’atteindre vos objectifs.
Pourquoi choisir de s’enfermer dans une salle de sport quand on est plutôt un amoureux de la « nature » ?

Si soulever de la fonte dans une salle de muscu ou transpirer sur un tapis de course PRECOR ne plaît pas forcement à tout le monde, pratiquer « régulièrement » une activité en salle offre toutefois quelques avantages significatifs.

  1. UN MATÉRIEL VARIÉ

Quel que soit votre objectif, la salle de sport offre divers appareils de muscu pour travailler l’ensemble des muscles du corps : des équipements de cardio training, du « charge libre » pour les plus téméraires et expérimentés, du « charge guidée » pour les néophytes mais aussi du « petit matériel » comme le swiss ball, le medecin ball, le push up bar ou encore le bosu ou des élastiques et même le fameux TRX inspiré des gymnases improvisés des commandos américains en mission dans le désert. De quoi satisfaire tout le monde et varier les plaisirs !

  1. IL Y A DU MONDE

Aller à la salle permet 1) de rencontrer du monde et 2) de bénéficier d’une certaine émulation, profitable à toutes celles et ceux qui ont du mal à se motiver. La musique est entraînante et le coach est galvanisant ! Ça donne la pêche !

  1. UN ENCADREMENT 

Dans le prix de l’abonnement, vous profitez de l’expertise de spécialistes en coaching. C’est important, surtout lorsqu’il s’agit d’éviter la blessure et qu’on prend mesure des risques à utiliser du matériel de musculation qu’on ne connaît pas. Un œil extérieur va aussi vous guider sur la bonne posture et la bonne conduite.

5 CONSEILS


Faites appel à l’un des coachs de la salle. Il va vous accompagner lors des différentes étapes de la mise en place de votre programme d’entraînement. Cela ne vous empêchera pas par la suite de pratiquer vos sessions en autonomie, mais au moins pour le départ, vous démarrerez sur de bonnes bases.

  1. CONSEIL 1 : DÉTERMINER L’OBJECTIF

Partant du principe qu’« un rêve sans plan n’est qu’un souhait », la première chose à faire avant même de mettre un pied dans une salle de sport : identifier l’objectif !

  1. FAITES UN BILAN

Comment établir un programme personnalisé si vous ne connaissez pas vos aptitudes ? Comment savoir ce qu’il est possible de faire si vous ne connaissez même pas vos prédispositions de départ ? La réalisation de tests ciblés en fonction de vos objectifs est indispensable afin de pouvoir effectuer des exercices adaptés à votre niveau ! Par exemple, si vous pratiquez la musculation en salle, déterminez les charges maximales que vous pouvez soulever en réalisant pour chaque exercice une dizaine de répétitions au maximum de vos possibilités.

  1. UN PLAN

Etablissez un programme d’entraînement adapté. Et c’est là que les choses se corsent ! Si certaines salles de sport proposent l’accompagnement d’un coach lors de la première séance, qui peut alors vous suivre lors de la réalisation des tests et vous montrer les bonnes postures sur les mouvements effectués, rares sont les clubs de fitness qui vous proposent ensuite un programme d’entraînement sur-mesure. C’est à ce stade qu’un véritable coach sportif personnel peut vous apporter un réel plus. Seul, et même bien documenté, il sera bien difficile d’élaborer un programme adapté à vos capacités et objectifs. Mais, j’ai un gros carnet d’adresses constitué de gens tout aussi sympas que compétents. Je suis prêt à vous mettre en contact.

  1. VISUALISER LES PROGRÈS !

En règle générale, la construction d’un plan d’entraînement se divise en plusieurs cycles d’une durée de 3 à 6 semaines. À l’issu de chaque cycle, une période d’assimilation est nécessaire. De façon à récupérer et de mieux repartir. Profitez de cette transition pour réaliser à nouveau des tests afin d’évaluer votre progression, puis d’ajuster au mieux la suite de votre programme.

  1. DIVERSIFIER !

Il est important de varier les exercices et les activités… Si vous avez déjà pratiqué la musculation en salle, ou même à domicile, vous aurez remarqué que lorsque l’on effectue un nouvel exercice, lors des premières semaines la progression est flagrante, puis au bout d’un certain temps on arrive à une certaine stagnation. Faites le test avec de simples pompes par exemple, en réalisant le même mouvement lors de chaque séance vous allez rapidement arriver à une stagnation de vos performances. Alors, arrivé à ce niveau, variez vos exercices pendant quelques semaines en alternant pompes mains serrées, écartées, sur-élevées, … puis réalisez à nouveau le mouvement traditionnel, vous vous apercevrez que vous arrivez à en faire plus qu’avant. Une variation régulière de l’ensemble des vos exercices doit ainsi être mise en place si vous souhaitez continuer à progresser.

CONCLUSION


Profitez de cette occasion pour découvrir d’autres façons de vous entraîner et de mieux vous préserver de la lassitude ou de l’usure prématurée. Vous allez retrouver des gens que vous ne connaissez pas, Profitez de cette opportunité de faire de belles rencontres. Profitez de cette occasion pour apprendre des choses nouvelles et vous enrichir de ce formidable outil physique que vous ont légué vos parents. Et continuez encore aussi longtemps que la vie vous offrira d’année à continuer de vous amuser…

Trouver l'envie

Même si nous profitons d’un bel été indien, et que nous ne nous en plaindrons pas, la longueur des journées diminue et la nuit qui tombe chaque jour plus tôt ne nous laisse pas d’autre choix que de nous adapter et d’aller trouver la motivation dans des tiroirs secrets. D’ailleurs, plutôt que de parler de motivation, si on parlait simplement d’envie ?
Par Jean-François Tatard – Photos : DR

 
L’envie est un ressort puissant de nos actions mais on l’utilise finalement trop peu au quotidien… Comment susciter l’envie pour favoriser succès et réussite ? Comment avoir l’envie d’aller courir alors qu’il va faire de plus en plus nuit et de plus en plus froid ?

LA BESOGNE

Courir, ou travailler aussi d’ailleurs, sans en avoir envie : ça n’est pas un travail qu’on fait, c’est une besogne. Et c’est à ces moments-là qu’on se rend compte « à quel point l’on a peu de mérite à faire les choses qui nous plaisent » comme le disait Sacha Guitry.

QUE SE PASSE-T-IL QUAND ON A ENVIE ?


Vous souvenez-vous de votre sujet de philo au bac ? L’homme est un animal doué d’envie. On peut avoir envie de tellement de choses, des envies que nous ne maîtrisons pas ou qui s’imposent à nous. Qui n’a jamais fait cette expérience de « succomber » à l’envie de… ? C’est étonnant comme le temps passe vite quand nous pratiquons une activité qui nous fait envie.
 

QUE SE PASSE-T-IL QUAND ON N’A PAS ENVIE ?

Pas envie de faire du sport, pas envie d’aller courir, pas envie de s’étirer, pas envie de faire son gainage, pas envie de se lever le matin, pas envie de parler, pas envie de ranger ces papiers qui trainent depuis des lustres, pas envie de continuer cette relation. Quand nous n’avons pas envie, nous sentons combien nos actes deviennent difficiles, pénibles, parfois impossibles à mettre en œuvre. Et pourtant, nous posons-nous la question du pourquoi de l’envie ?

SUSCITER L’ENVIE


Vous êtes-vous déjà demandé comment les autres trouvaient l’envie là où vous ne la trouviez pas ? Et si l’envie était le seul réel moteur de nos actions et donc aussi de notre accomplissement, de nos succès et de la réussite de nos objectifs ?
 

L’ENVIE D’AVOIR ENVIE

J’entends déjà les commentaires : « Dans la vie, on ne fait pas toujours ce que l’on veut », « La vie ce n’est pas le monde des Bisounours », « Il faut bien faire ce qu’il y a à faire, que l’on aime cela ou non »… Se pose alors la question des moyens que nous mettons en œuvre pour susciter l’envie. Les envies physiologiques comme manger quand nous avons faim ne posent pas de problème. L’envie de gérer tel ou tel projet ne vient pas forcément de soi.

LE SENS

Le principal ferment de l’envie est le sens que l’on donne à l’action. Donner du sens pour donner envie. Cela semble évident, mais est-ce que je me pose la question du sens que je donne à tous les objectifs que je me fixe ou qu’on me fixe ? Est-ce que je me préoccupe de m’assurer que j’ai compris pourquoi je dois effectuer telle ou telle chose ? Est-ce que je suis bien certain moi-même de savoir pourquoi je choisis de faire du sport ? Pourquoi je choisis spécifiquement la course à pied ?

SE POSER LA QUESTION ?

Certes, cela prend du temps, de se poser la question. Ou au moins ça demande de la réflexion et de l’énergie. Mais cette énergie justement, si elle est bien employée, offre un bénéfice absolument fabuleux. Surtout si l’on considère qu’une personne n’effectue bien sa mission que si elle en a envie. « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément » m’avait dit un jour un patron !

SE DIRE POURQUOI PLUTÔT QUE D’EXPLIQUER COMMENT !

 
Nous devons donc être capables de trouver les mots pour donner du sens, même pour des choses aussi simple que d’aller courir 30 minutes dans l’obscurité des soirées d’hiver. Prenons le temps de donner du sens au chose. Sentir que l’on a de l’autonomie, la possibilité du choix, avoir confiance en soi et en ses capacités,  et savoir que l’on a la possibilité de se tromper et d’échouer sont autant de sources supplémentaires pour amener de l’envie.

CONCLUSION

Donner du sens ne suffit peut-être pas toujours pour susciter l’envie, mais c’est la pierre angulaire de tout management. Passons plus de temps à dire pourquoi qu’à expliquer comment (ce qui n’exonère pas qu’on soit capable de le faire !)… Le médecin vous explique bien pourquoi il vous donne un médicament avant de vous dire comment le prendre ! Pourquoi alors se passer du « pourquoi » dans ce qu’on fait ? Bon nombre d’entreprises et de managers devraient s’en inspirer. Comme si l’entreprise n’était pas dans le monde, comme si le salarié franchissant ses portes n’était plus un être humain. Donner envie, se donner envie et donner du sens aux choses, c’est se remettre soi-même face à ses valeurs et à la congruence que nous mettons entre elles et nos actes, nos paroles et nos comportements. Vous avez le droit de ne pas avoir envie. Mais donner la chance d’avoir envie en offrant du sens…

Copyright © 2020 Agence Commin All Rights Reserved.  Mentions légales

Runing4all

GRATUIT
VOIR