Test Énergie de Pharmavie

À une période de l’année où la plupart d’entre nous sommes en quête d’énergie, après le BEROCCA en octobre dernier, cette fois, l’opportunité m’a été offerte, en ce début d’année et au cœur de l’hiver, de tester un tout nouveau complément alimentaire censé lui-aussi booster l’organisme et me permettre de redonner du stimulus à mon petit corps de sportif affaibli. L’Énergie de Pharmavie.
Par Jean-François Tatard – Photos : DR

 
PHARMAVIE ? C’est la première fois que j’entends parler de ce labo. Vous aussi ? Normal ça n’en est pas un. PHARMAVIE c’est en fait un groupement de 800 pharmacies réparties sur toute la France. Le groupement se constitue de 3 500 pharmaciens & 6 000 collaborateurs qui œuvrent chaque jour pour notre santé.
ET LE COMPLÉMENT ALIMENTAIRE MAGIQUE ALORS ?
Son nom « Énergie » ! Avec ça… le nom donne le ton. Mais la gélule magique de PHARMAVIE est surtout un complément alimentaire qui vante l’effet de renforcer l’organisme et de redonner de l’énergie. « Energie » se présente ainsi sous forme de gélules dont la formule va à priori contribuer à favoriser les performances physiques et intellectuelles et redonner du tonus. 

LA COMPOSITION 
Pas de surprise ! D’ailleurs avec ce genre de produit, c’est assez souvent la même chose. Composé de vitamines, de minéraux et de plantes dont : le ginseng !
LE GINSENG
Le Ginseng, on en entend souvent parler. Et puisque c’est lui le principal actif de la gélule : qui est-il ? Le Ginseng est originaire de l’Est de l’Asie. Il est utile pour tonifier l’organisme des personnes fatiguées ou affaiblies notamment grâce à ses effets anti-inflammatoires et antioxydants.
 
Nom binominal : Panax Ginseng
Partie utilisée : la racine
Indications : Fatigue, Surmenage, Convalescence, Stimulant physique et intellectuel

SON HISTOIRE ?
La racine du ginseng est célèbre chez les chinois pour ses vertus tonifiantes et apparement aphrodisiaques (bande de coquins…). A l’origine son usage était traditionnellement et exclusivement réservé à l’Empereur et au plus large, aux grands seigneurs féodaux, à l’époque de l’antiquité. Chez nous, le ginseng est arrivé plus tard. Et il connaît un vif succès que depuis le XVIIème siècle. Son nom « Panax » ou panacée, indique qu’elle est réputée comme pouvant TOUT SOIGNER !
DESCRIPTION
Le Ginseng sauvage est devenu très rare dans ces régions d’origine. Aujourd’hui c’est difficile d’en trouver là où il y en avait en abondance il y a quelques siècles en Corée et au Nord-Est de la Chine et dans la partie est de la Sibérie. Aujourd’hui, il provient essentiellement de plants cultivés en Corée, en Chine ou au Japon. C’est une plante vivace herbacée dont la racine excite l’imagination. Bon, testons !
OBJECTIF !
Ce complément alimentaire doit me permettre de diminuer ma fatigue passagère et cyclique, de renforcer le système immunitaire de mon organisme pour mieux lutter contre les épidémies saisonnières qui nous menacent tous a cette période (rhumes, grippes, gastro…).
INDICATIONS
Le Ginseng justement va aider à contrer la fatigue et à stimuler la vitalité. La vitamine B6, le sélénium et le zinc eux contribueront au fonctionnement normal du système immunitaire.
 
UTILISATION
Deux gélules par jour pendant un mois à la fin du petit déj’ avec mon traditionnel mug de Ricoré (pas bien j’ai cité une marque…).
FLASH SUR LA COMPO !
Si on s’en tient à ce que contiennent les 2 gélules : Maltodextrine, acide ascorbique (vitamine C 180,00 mg (225%*)), extrait de racines de ginseng (Panax ginseng) 200,00 mg dosé en ginsénosides 20,00 mg, tunique d’origine végétale : hydroxypropylméthylcellulose, nicotinamide (vitamine B3 54,00 mg (337,5%*)), citrate de zinc 15,00 mg (150%*), succinate de d alpha tocophérol (vitamine E 30,00 mg (250%*)), extrait de Dunaliella salina 47,62 mg dosé en béta-carotène 3,60 mg (75%*) (gélatine, saccharose, huile d’olive), antiagglomérant : sels de magnésium d’acide gras, extrait de tomates (Lycopersicum esculentum) 7,50 mg titré en lycopène 1,00 mg, mononitrate de thiamine (vitamine B1 4,20 mg (380%*)), riboflavine (vitamine B2 4,80 mg (342,8%*)), anti-agglomérant : dioxyde de silicium [nano], cyanocobalamine (vitamine B12 3,00 µg (120%*)), sélénite de sodium 25,00 µg (45,4%*), chlorhydrate de pyridoxine (vitamine B6 2,00 mg (142,8%*)), acide folique (vitamine B9 200,00 µg (100%*)). 
*AR : Apport de Référence.
RÉSULTATS ?
C’est une gélule, alors déjà pour le goût : on ne peut pas dire que ce soit bon. Mais en même temps ce n’est pas ce qu’on lui demande. D’ailleurs psychologiquement ou d’un point de vue marketing, vous choisirez, je me demande même s’il n’est pas préférable qu’un complément de ce type ait un goût « un peu dégueu ». Ça me donne l’illusion que c’est plus efficace et que l’effort qu’en génère son absorption n’en est que plus bénéfique sur le « placebo ». Bon, en tous les cas, même le « placebo » n’a pas marché chez moi. Je n’ai pas eu le droit aux résultats promis. 

ALORS POURQUOI ?
Alors, oui, pourquoi ? Pourquoi quoi ? Pourquoi surtout aller acheter des vitamines en pharmacie alors que vous pouvez les puiser dans l’alimentation ?
COMMENT ?
Je vous la refais ? Mais après tout c’est aussi en martelant le message que ça finit le mieux par rentrer. En effet, le mieux censé quand-même de veiller à manger équilibré et de consommer des fruits et des légumes frais et de saison, des fibres, des protéines et des acides gras oméga 3, 6 et 9, qui nous apportent déjà une bonne partie de toutes les vitamines nécessaires à notre corps.
MISER SUR L’ALIMENTATION !
Bien sûr, qu’on a des carences ! C’est normal. D’ailleurs un sujet sur la prise de sang et l’interprétation des paramètres biochimiques devrait pouvoir intéresser bon nombre de lecteurs de la communauté running4all. & Ça tombe bien, c’est mon dada… D’ailleurs, en hiver notamment, certaines carences peuvent apparaitre de façon encore plus significative, mais il est préférable d’essayer d’aller puiser les vitamines et les minéraux nécessaires dans l’alimentation lorsque cela vous est le plus possible.
CONCLUSION 
Vous souhaitez être alerte, vif dans vos activités et à fond dans votre pratique de la course à pied quelles que soient les circonstances ? Je vais vous décevoir ! Ce n’est pas possible ! Il ne sert à rien de maltraiter son organisme. Et il est indispensable de se reposer pour récupérer et repartir du bon pied. N’allez pas à contresens de la nature. Il y a un moment pour tout. Et là, comme la marmotte qui hiberne, l’heure n’est pas à la performance. Il faut savoir l’accepter et l’accompagner. Un bon cocktail de fruits dans un smooties ou une délicieuse soupe remplie de légumes tonifiants renforceront tout aussi bien le moral et le mental.
 

Énergie PHARMAVIE
Globale ⭐️⭐️
Efficacité court terme⭐️⭐️⭐️
Efficacité long terme⭐️⭐️
Rapport qualité prix⭐️⭐️
Facilité d’utiliation⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Goût⭐️
Prix de vente conseillé : 14,30 €
Flaconnage : 60 gélules / 30 jours
Contact :  www.pharmavie.fr

*Jean-François Tatard
Plus de 100 victoires dans des compétitions départementales, régionales et nationales
– 2h34’ au marathon
– 3ème du 100kms de Millau 2014
– 6ème de l’ECOTRAIL 2013
– 5ème des Championnats de France du 100kms 2013
– 2ème français au marathon de Florence 2012 et au semi-marathon de Barcelone 2013
– 3ème du championnat de France de semi marathon par équipe 2011

Oxsitis Climadrink Energiz'Heure pour temps chaud, pour les besoins nutritionnels pendant l'effort

Les produits Oxsitis Climadrink® Energiz’heure™ Climat Chaud répondent aux besoins nutritionnels du sportif lors de la pratique de tout sport par fortes chaleurs. Ils se présentent sous forme de poudre à diluer ou de gel.
Source : DP

Par temps chaud, à partir de 25°, votre corps a des besoins nutritionnels spécifiques couvert par la boisson Climadrink® Energiz’heure™spécial Temps Chaud. Faiblement concentrée en apport glucidique pour faciliter son assimilation, riche en minéraux (sodium, potassium, chlore…), pour couvrir vos pertes sudorales, Climadrink® Energiz’heure™spécial Temps Chaud,  est un concentré de solution d’hydratation énergétique, breveté, spécialement conçu pour répondre à vos besoins et optimiser votre hydratation en conditions climatiques chaudes. Cette formulation d’électrolytes et d’apport glucidique modéré vous permettra de compenser vos pertes sudorales liées au climat chaud, et soutiendra votre performance tout au long de l’effort avec une assimilation optimale. La fluidité du concentré permet de faciliter la dilution et l’assimilation du produit.
Le produit Energiz’heure™ en poudre est une version économique du gel Energiz’heure™. Avec un pot Energiz’heure™  vous avez la possibilité de préparer en moyenne 20 gourdes/bidons.
SANS COLORANTS – SANS CONSERVATEURS  

Produit destiné, compte tenu d’une alimentation normale, à répondre aux besoins d’un effort musculaire immédiat effectué notamment lors d’une compétition ou dans des conditions d’environnements spéciales. En complément d’une activité physique, il est important de conserver une alimentation variée, équilibrée et un mode de vie sain. Fabriqué en France.

  • Mix de Glucides rapidement assimilables + Vitamine B1
  • Sodium + Potassium = Réhydratation
  • Boisson énergétique hypotonique
  • Facilité d’utlisation : Pur ou dilué – 1gel = 1h d’effort
  • Ingrédients : Eau, dextrose, saccharose, gluconate de potassium, chlorure de sodium, acidifiants : acide citrique, arôme naturel citron, épaississant : gomme de xanthane, farine de graine de guar, vitamine B1
  • Ce produit ne contient aucun ingrédient allergène
  • Sans OGM
  • BOISSON = Diluer une dose de 70ml dans un bidon de 600ml
  • Avec Sac à dos = Connecter la dose dans le mélangeur pour poche à eau OXSITIS pour une énergie progressive pendant une heure environ.
  • GEL = Prendre pur comme un Gel pour une énergie imméditement disponible.

Prix public : 
Pot de 600 g : 20 €
Gel de 70 ml : 2,50 €
Contact : www.oxsitis.fr

Test des nouveaux gels énergétiques Apurna

Depuis plusieurs années fleurissent tout un tas de gels énergétiques sur les salons d’avant marathon… Difficile de s’y retrouver et de finaliser un choix. D’ailleurs, sur quoi se baser ? Et qui suis-je pour critiquer avec objectivité ? Vous le prendrez comme vous voudrez mais j’ai à peu près tout testé dans à peu près tous les contextes avec toutes ces années à pratiquer le vélo et la course à pied et je voulais juste vous faire partager les résultats du meilleur que j’ai trouvé…
Par Jean-François Tatard*

Les gels qu’on prend exclusivement en course sont censés vous permettre de puiser le moins possible dans vos ressources musculaires. Des gels au mauvais goût, j’en ai goûté mais je ne vais pas les dénoncer. Vous savez, ceux qui ont un goût bien chimique, qui collent aux doigts et à la poche du short. Ce sont les mêmes qui vous ont peut-être causé des douleurs abdominales et qui n’ont même pas aidé à venir à bout de vos crampes et ne vous ont pas non plus fait éviter le mur du marathon… Tout ça pour ça ? Mais voici qu’ Apurna propose une nouvelle gamme de gels énergétiques qu’il me tardait de tester. Ils se subdivisent en trois gammes de produits  :
1. Pour les efforts de moins de 2 heures
2. Pour les efforts de plus de 2 heures 
3. Pour les passages difficiles
Et il existe aussi deux formats (tube et poche souple). Mais tous les produits ont un dénominateur commun : ils sont enrichis en vitamines B1, B2, B6, C et E, en magnésium et en zinc. Par ailleurs, je ne suis pas nutritionniste et encore moins chimiste, alors simplifions : les gels dans le pantalon, courons sans abandon et goûtons, ça à l’air bon !

Le Gel Energie


Ce gel est approprié pour l’effort de moins de deux heures. Il sert à répondre au fameux « coup de pompe » ressenti sur des courses intenses. L’objectif est d’éviter l’hypoglycémie. Il est décliné en trois goûts : citron, fruits rouges et menthe fraîche. Et il existe aussi deux autres goûts en « poche souple » dont un est juste une orgie gustative. Il est trop bon ! Je sais ce n’est pas objectif, mais quand même je dois avouer que je l’ai déjà avalé de façon complètement inappropriée. Et peut-être même dans le canapé. Celui à la banane – grenade, c’est une tuerie. L’autre n’est pas mal non-plus : framboise, cranberry.

Le Gel Longue Distance


Pour les efforts moins intenses mais plus longs, comme le marathon par exemple, Apurna propose une gamme de gels enrichis en sucres également mais aussi en maltodextrines, de façon à proposer des hydrates de carbone à diffusion lente. On trouve ainsi deux parfums : fruits rouges et agrumes.

Le Gel Passage Difficile


« Coup de boost » ou le fameux « coup de fouet » chez le concurrent. C’est le gel qui finalise le travail. Celui qu’on prend en dernier lorsqu’il s’agit de jeter tout le reste de forces dans la bataille. Et là, le moins qu’on puisse dire c’est que les cuistos de chez Apurna ont été très imaginatifs sur le plan gustatif… Devinez de quoi il s’agit juste au goût ? Ahahah, bonne chance ! Le premier : Guarana – Cola, le second : Acerola – Orange, le troisième : Caféine – Cranberry et le quatrième : Guarana – Cassis.

À l’usage

Déjà, même si je les adore et que je les trouve toujours aussi sympas les bretons de chez Apurna, on ne peut pas dire qu’ils ont révolutionné l’utilisation du gel. Ce sont toujours les mêmes depuis plus de 20 ans qu’on trouve de toutes marques sur le marché. En revanche, pas mal du tout le format poche. Beaucoup mieux que je ne l’imaginais. D’ailleurs, je ne suis pas certain que je les aurais spontanément achetés si on ne m’avait jamais proposé de les essayer.

Les effets

Je ne suis pas que débile… parfois j’aime bien comprendre aussi. Alors j’ai fait mes recherches sur les aliments qui composent les gels. Et effectivement ils n’ont pas été sélectionnés par hasard en cuisine : effet stimulant, effet dynamisant, IG élevé,  facilement assimilable, riche en antioxydants, facilement digestible, etc, Et à l’usage cela se confirme. J’ai pu courir un marathon sans jamais être perturbé au niveau intestinal alors que je peux vous dire que ça n’a pas toujours été le cas dans le passé avec d’autres gels. J’ai bien senti aussi le « coup de boost » du Caféine – Cramberry au 38 eme kilomètre. Requinqué juste pour bien terminer. Et enfin, au-delà du plaisir gustatif, apparemment j’ai découvert une espèce de constance au niveau de la glycémie pendant l’épreuve. 

Conclusion

Ça prend moins de place qu’une banane pour le même nombre de calories. Non, je plaisante, imaginez le mec qui conclue comme ça (même si c’est vrai LOL) ? Mais pour conclure sérieusement, j’insiste, c’est le meilleur gel énergétique que j’ai embarqué en poche. Au niveau texture déjà. Suffisamment liquide pour prendre la dose d’un coup. Pas écœurant ensuite et même plutôt très gustatif. Il se dissipe facilement en bouche. Il y a toutes les vitamines nécessaires et appropriées à l’instant T. La gamme permet de s’y retrouver à tout moment selon la durée de l’effort concerné. J’apprécie enfin le bouchon sur le gel qui se retourne et qui permet de refermer le tube et d’éviter que celui-ci finisse par couler dans votre poche. Et les derniers formats de poche sont vraiment une belle découverte. Je ne m’y attendais pas. Et s’il ne restait qu’une seule chose à améliorer : j’élargirais la gamme à du salé. Pas forcément « steak haché sauce barbecue » mais pour être tout à fait complet, sur des épreuves de très longue durée j’arrive à imaginer que le sucré peut lasser ! Alors un petit goût salé bien trouvé peut être une bonne idée pour le Pole R&D.

GELS ÉNERGÉTIQUES APURNA
Les + : goûts, facilité de transport, diversité des usages
Les – : pas de goût salé
Vendus par 5 (tubes ou poches) 
Prix public : 9,75 € (poches), 10,75 € (tubes)

*Jean-François Tatard

Plus de 100 victoires dans des compétitions départementales, régionales et nationales

– 2h34’ au marathon
– 3ème du 100kms de Millau 2014
– 6ème de l’ECOTRAIL 2013
– 5ème des Championnats de France du 100kms 2013
– 2ème français au marathon de Florence 2012 et au semi-marathon de Barcelone 2013

– 3ème du championnat de France de semi marathon par équipe 2011

 
 

Test du gâteau Energie Apurna

Et si depuis des semaines, vous aviez tout bien fait pour préparer votre objectif et qu’au dernier moment, par inadvertance ou méconnaissance, vous fichiez tout en l’air, en moins d’une demi-heure ou le temps d’un petit déjeuner ? Le diable est pourtant dans le détail et s’il y a une étape à ne pas rater c’est bien celle-ci. Le gâteau Energie Apurna vous facilite la tâche. Nous l’avons testé pour vous.
Par Jean-François Tatard

Lors d’une compétition ou d’un entraînement de longue durée, vos réserves énergétiques vont être très sollicitées. Il en est de même pour les fonctions hépatiques et celles de votre transit intestinal. Et si à cela, vous ajoutez le stress exceptionnel lié à l’événement, il est primordial de bien choisir ce qui composera votre dernier repas. Ainsi, et spécialement conçu pour les sportifs qui veulent s’engager sur une épreuve d’endurance, le gâteau Energie d’Apurna répond complètement à cette problématique. Vous le prenez avant la course souvent au petit déjeuner mais il se digère tellement rapidement qu’il est même possible de le déguster au dernier moment sans être perturbé. Sa composition est le résultat de plusieurs années de recherches en nutrition sportive au sein de la cellule R&D d’Apurna. Elle correspond ainsi à la charge nutritionnelle la plus adéquat à l’effort qui nous attend.

Quelques chiffres

  • 81g de glucides
  • 538 kcal
  • Phosphore, Magnésium et Zinc qui contribuent à un métabolisme énergétique normal
  • Magnésium et Fer qui contribuent à réduire la fatigue
  • Zinc qui contribue à protéger les cellules contre le stress oxydatif

Les ingrédients

Saccharose, préparation de farines (farine de blé, gluten de blé, farine de fève, farine de blé malté, levure, enzymes, antioxydant (acide ascorbique)),  cacao maigre (16%), fructose, œufs entiers en poudre, pépites de chocolat 8% (sucre, pâte de cacao, beurre de cacao, émulsifiant (lécithine de soja), arôme naturel de vanille), matière grasse végétale (huile de tournesol, sirop de glucose, protéine de lait, antiagglomérant (dioxyde de silicium), stabilisant ( phosphate de potassium)), Prolacta® (3,5%) (isola de protéines solubles natives du lait, émulsifiant (lécithine de soja)), sel, poudres à lever (bicarbonate de sodium, di-sodium di-phosphate), minéraux (di-citrate de tri-magnésium, sulfate de zinc), vitamine B1. En plus d’être validé « anti-dopage » et approuvé par la FFA, Apurna recommande ce gâteau pour tous les sports d’endurance : course à pied sous toutes ses formes, vélo, natation mais aussi tennis, foot, etc.

La préparation


Pas besoin de s’appeler Pierre Herme ou Cyril Lignac pour réussir son gâteau. C’est la conception la plus rapide et la plus simple de l’histoire de la « pâtisserie ».
LES USTENSILES NECESSAIRES

  • Un saladier
  • Une cuillère à soupe
  • Un doseur
  • Un moule
  • Un petit peu d’huile pour graisser le moule et un morceau de Sopalin
  • Un four qui chauffe à 180°
  • Et j’ai failli oublier d’écrire : le pot Apurna Energie

La bonne nouvelle

Même le micro-onde permet de cuire le gâteau. Avec d’ailleurs un gros avantage :  vous oubliez les 15 minutes de préchauffage traditionnelles et les 30 minutes de cuisson. Et la portion est prête en 3 minutes chrono ! Même plus besoin de faire le gâteau la veille. Vous pouvez directement le faire le matin au saut du lit.

Mode d’emploi

Vous ouvrez la boîte et la première chose que vous pouvez vous dire, c’est que ça sent drôlement bon le chocolat. Ensuite, vous versez dans un saladier 133 g des 400 de poudre de cacao que contient la boîte. Puis vous y ajoutez 100 ml d’eau. Ensuite, avec une cuillère à soupe, vous homogénéisez. Vous touillez. Vous agglomérez. Vous uniformisez. Bref, je ne connais pas bien le langage culinaire mais vous mélangez jusqu’à obtenir une pâte harmonieuse, que vous déposez ensuite dans un plat adapté que vous avez préalablement graissé avec de l’huile sur un papier. Il ne reste plus qu’à le mettre 3 minutes au micro-ondes et vous pourrez vous faire appeler Maïté…

Les avantages

Bon, Digeste, Nutritif, Rapide et Simple ! Si seulement faire de beaux chronos était aussi simple que de faire ce beau gâteau, je serais Haile Gebressilassie. Sincèrement, j’hésite encore assez souvent à le servir à mes invités et ne rien leur dire de ce secret de conception. En leur faisant croire que je suis aussi compétent pour la cuisine que pour le sport. Réaliser ce gâteau me prend 5 minutes montre en main de la conception à la fin de la cuisson. C’est également un stress en moins. Pas besoin de réfléchir.

“Vous pouvez faire totalement confiance à ce gâteau et ne vous préoccuper que de votre course sans risquer la défaillance ou les problèmes de digestion.”

Vous pouvez faire totalement confiance à ce gâteau et ne vous préoccuper que de votre course sans risquer la défaillance ou les problèmes de digestion. C’est vraiment bon. Les yeux bandés, au goût, on est bien loin de s’imaginer qu’il s’agit d’un gâteau diététique. De plus, il ne donne pas soif et il n’est pas bourratif. Après l’avoir dégusté, j’ai déjà réussi à terminer un marathon sans rien rajouter en termes d’alimentation de toute la course si ce n’est l’équivalent d’1 litre d’eau sucrée. J’ai toujours très peur de la digestion. Je suis fragile à ce niveau-là. Avec ce gâteau, aucun mal de ventre ni de problème gastrique. Il est excessivement digeste et durant la course je n’ai pas eu de maux de ventre ni de problèmes intestinaux. Quand vous savez comme une compétition longuement et durement préparée peut être anxiogène, c’est un vrai confort sur le plan mental de savoir qu’on peut compter sur ce gâteau. Désormais, je ne changerai plus mon rituel…

Mon rating

Facilité d’exécution : 10/10
Goût : 8/10 (mais s’il vous reste quelques fruits secs dans le placard, c’est ma technique pour ramener la note à 10)
Digestion : 10/10
Efficacité : 10/10

Et enfin, pourquoi Apurna ?

Pour au moins 3 raisons : la première c’est qu’Apurna est une société bretonne. Et qu’un breton privilégiera toujours un breton (Rire). Mais au-delà de ce chauvinisme mal placé, c’est surtout qu’Apurna respecte ses engagements en termes de qualité. Du Made in France dans ce domaine c’est suffisamment rare pour le souligner. Apurna innove avec le Prolacta. Le Prolacta est issu de plusieurs années de recherche et d’études cliniques. Il s’agit d’un concentré de protéines breveté riche en acides aminés essentiels et particulièrement en Leucine (BCAA). Derrière le nom Prolacta se cache un secret bien gardé de fabrication. En effet, il s’agit d’un procédé unique de microfiltration à froid qui préserve toutes les qualités originelles et garantit un niveau de pureté incomparable. L’efficacité pour les muscles est donc plus rapide et plus efficace. Le développement durable qui soucie Apurna attire aussi mon attention car ils accordent une grande importance à la gestion de l’énergie et des matières premières sur les chaînes de fabrication, du début jusqu’au traitement des déchets. L’entreprise a, par exemple, vu sa consommation d’eau se réduire de 33 % en 7 ans et ils ont optimisé le traitement de leurs eaux usées pour en améliorer la qualité. Enfin, j’ai récemment appris qu’Apurna a progressé sur les emballages et leurs éco conception.
Et enfin, c’est peut-être pas du tout objectif mais ils sont vraiment sympas chez Apurna. C’est con, mais à niveau égal, je me dirigerai toujours vers les gens les plus sympas. Alors je ne vous explique même pas si le niveau est supérieur…
 

GÂTEAU ÉNERGIE APURNA
Les + : facilité de préparation, efficacité, digestabilité
Les – : un seul goût
Boîte de 400 g (pour trois gâteaux avant l’effort) 
Prix public : 9,95 €

 
 

Que manger avant de partir courir ?

Avant de chausser les chaussures de course, il y a un élément primordial dans l’hygiène du runner : l’alimentation. Il ne s’agit pas de se priver ou de se contraindre à un régime. Mais plus de faire en sorte de réussir à se nourrir correctement et de prendre plaisir dans son activité préférée.
Par Jean-François Tatard – Photos : DR

Partir courir, c’est comme pour la voiture. On ne part pas le réservoir vide. Mais encore faut-il y mettre le bon carburant…

Quoi manger ?

La problématique est double. Premier souci : l’énergie. Et le second : la digestion. L’idéal serait de composer son repas d’avant course essentiellement de glucides et de réduire, les fibres, les protéines et les graisses, plus compliquées à assimiler et à digérer.

Qu’est-ce qu’un glucide ?

Pour faire simple, c’est du sucre. Votre meilleur carburant lorsqu’il s’agit d’aller courir. Ainsi, il existe un indicateur qui permet de mesurer sa qualité ou la vitesse à laquelle il sera disponible dans le sang. Il s’agit de l’IG (l’indice glycémique). Plus vite le sucre se décompose, plus haut est l’IG. Mais pour vous en règle générale, mieux vaut privilégier les aliments à IG faible. La raison principale, c’est que l’énergie des aliments à faible IG est libérée plus lentement. Cela vous permet de consolider durablement nos réserves énergétiques, et d’éviter les pics de glycémie qui peuvent occasionner une hypoglycémie réactionnelle (un effet rebond). L’inverse de l’effet recherché. Le sucre simple tout comme la plupart des aliments au fort goût sucré ont des IG élevés. Ils ne sont pas à privilégier avant l’effort mais pendant l’effort.

Les faux amis d’avant course

Les aliments à faible IG ont souvent la particularité d’être riches en fibres. Et le souci avec les fibres est d’ordre digestif. Même si au quotidien elles sont intéressantes, avant d’aller courir, elles risquent de perturber significativement le transit. C’est tout un apprentissage mais mieux vaut privilégier les aliments à forte teneur en fibres mais limitez-les à de petites quantités et équilibrez-les avec des aliments à faible IG qui ont une teneur moins élevée en fibres.

Le bon choix

La règle c’est de se sentir léger mais avec de l’énergie. En ce sens, les fibres ne favorisent pas cette sensation dans l’estomac. Par exemple, s’ils sont un excellent carburant à faible IG, les fruits sont bien souvent trop riches en fibres pour être consommés avant d’aller courir. Après seulement quelques foulées, on risque de se sentir ballonné et de très vite se retrouver derrière un arbre accroupi le short jusqu’aux pieds. Dans ces cas-là, mieux vaut s’orienter vers des fruits secs ou une banane plutôt qu’une pomme ou une poire. S’il s’agit de petit déjeuner mieux vaut également du flocon d’avoine que des céréales trop riches en fibres. Faites simple, le riz est forcément plus simplement digestible que des légumineuses comme les pois chiches, les haricots secs ou les lentilles.

Il y a un temps pour tout

Si courir c’est bien se nourrir, se nourrir c’est aussi du plaisir. Mais vous choisirez de faire un gros gueuleton à un autre moment qu’avant d’aller courir. Les règles sont simples. Après un gros repas, il va falloir attendre au moins 4 heures avant d’aller courir. Pour un repas léger c’est deux heures. Pour une petite collation, une demi-heure suffit. Et puis ce que vous devez manger dépend aussi de deux autres éléments : la durée et l’intensité de l’effort qui va suivre.

Moins d’une heure de course à pied

Vous pouvez presque y aller le ventre vide si l’effort n’est pas soutenu. Néanmoins, mieux vaut avoir une petite réserve d’énergie qui peut correspondre à l’équivalent d’une banane ou une barre de céréales 30 minutes avant de chausser les runnings.

Plus d’une heure de course

Nous avons vu plus haut que plus le repas est riche plus il nécessite de temps pour être digéré sans gêne pour la qualité de votre séance. Mais s’il s’agit de courir plus d’une heure, mieux vaut doubler la ration pour le cas où l’aventure durerait plus longtemps que prévu. Vous pouvez écraser votre banane et la mélanger avec du miel et une poignée de flocons d’avoine par exemple ou rajouter une poignée d’amandes. Sans oublier de bien vous hydrater avant, pendant et après pour remplacer les pertes hydriques liées à l’effort (transpiration notamment).

À proscrire absolument

Il y a deux pistes à éviter. Le gras : trop long à digérer. Les fibres : trop lourdes à digérer. Dans les deux cas, ce type d’aliment diminue votre énergie, car il augmente le flux sanguin dirigé vers l’estomac, et diminue celui destiné à oxygéner vos muscles pendant l’effort.

S’écouter

Tout le monde est différent. Ce qui est valable pour l’un ne l’est pas pour l’autre. L’idéal c’est de trouver ce qui vous convient. De ne rien expérimenter de nouveau le jour d’un objectif ou d’une séance difficile. De tester les choses préalablement lorsqu’il n’y a pas d’enjeu. Et d’adapter une alimentation qui vous convienne à vous avec la seule règle d’optimiser votre bien-être et vos performances.
 

Copyright © 2020 Agence Commin All Rights Reserved.  Mentions légales

Runing4all

GRATUIT
VOIR