Brooks et l'Adrénaline GTS 19

Mis à L’honneur par Running4all, l’Adrénaline GTS 19.

Si vous vous souvenez chers lecteurs de running4all, la Brooks Levitate avait été élu « coup de cœur de 2018 » par votre magasine de running préféré. Et c’est aussi parce qu’elle avait été élue « The running of The year » qu’on lui avait consacré un montage vidéo digne d’une production hollywoodienne (Rire…)

En retour, Brooks a aussi su nous remercier de cette distinction qu’on a « su » mettre en avant. Ainsi, Ingrid TISSOT, directrice marketing de la marque américaine et Julie son assistante, nous ont reçu juste avant Noël, dans un restaurant cosi du 1er arrondissement pour nous faire découvrir la dernière merveille technologique du pôle R&D de la marque…


LA BROOKS ADRÉNALINE GTS 19
Après une présentation vidéo exceptionnellement aussi chiadée du Marketing et incroyablement bien argumentée et illustrée par Ingrid, sur tout ce qu’a subi comme changements la dernière Brooks Adrénaline, c’est Julie qui m’a offert dans un écrin digne d’un bijou, la chaussure. Pour vous dire… Une telle présentation dans son packaging ne me donnait surtout pas envie de sortir le produit de sa cloche en verre tellement c’est somptueux.

LES CHANGEMENTS
Aussi audacieuses sont les modifications et potentiellement très controversées de la semelle intermédiaire. Ce chef d’œuvre ne met pourtant pas du tout approprié, alors je me suis aventuré à un nouvel exercice. Moi qui ai l’habitude de tester, pour une fois j’ai fait testé et j’ai observé. J’ai ainsi demandé à Antoine de faire le test pour moi.
QUI EST ANTOINE ?

Antoine, c’est un passionné. Il passe son temps avec les chaussures de course à pied. La semaine, il les vend ou il se fait former par les marques pour les vendre et le soir et le week-end, il court. Et si j’ai choisi Antoine pour me donner son avis, c’est parce qu’Antoine est objectif dans sa critique et qu’il saura mettre à profit son expérience et son expertise pour un testing de qualité. D’autre part, un aspect physiologique qui a son importance, Antoine est pronateur et la chaussure lui semble donc beaucoup plus approprié à lui qu’à moi. Enfin, Antoine mesure 1m82 et pèse 65kilos et il est très curieux de tout ce que lui offre la vie.
Quelques Stats ?

  • Type de chaussure : route (anti-pronation)
  • Sa prédécesseur : la Brooks Adrenaline GTS 18
  • Semelle intermédiaire : 12 mm
  • Poids: 312g sur la balance d’Antoine
  • prix de vente conseillé: 149€

 
RÉSUMÉ
La Brooks Adrenaline GTS 19 est une version entièrement révisée du modèle de chaussure de course sur route le plus légendaire de la marque. Le nouveau système de support est conçu pour guider, plutôt que pour corriger. Il est destiné à tous les niveaux de coureurs et s’applique à toutes les distances, du sprint jusqu’à l’ultra-marathon. Il offre une sensation de soutien stable tout en offrant beaucoup d’amorti.
https://m.youtube.com/watch?v=91Pw2DOms7o
PREMIÈRES IMPRESSIONS D’ANTOINE

  • Pas de changement de prix par rapport au modèle précédent
  • Excellent amorti
  • Système de soutien innovant
  • Belle tige en mesh
  • Bonne chance pour faire mieux que ce qui avait déjà bien fonctionné avant sur le précédent modèle
  • Légèrement plus lourd que le modèle précédent (d’ailleurs c’est assez récurent paraît-il me dit Antoine, chez toutes les marques, le chaussures s’alourdirait ?)

Guiderails pour remplacer le « DRB »
Le principal changement apporté à l’Adrenaline GTS 19 est l’élimination de leur arceau de sécurité diagonal (DRB), qui avait pourtant fait ses preuves. C’était le morceau de semelle intermédiaire le plus ferme du côté de l’arche de la chaussure, généralement de couleur Gris, qui était utilisé pour réduire la pronation du pied. Mais amoureux des modèles précédents, ne pleurez pas ! Gardez à l’esprit que la Adrénaline GTS 19 est toujours une chaussure de soutien.

LE SOUTIEN
Pour comprendre la différence, voyons rapidement comment fonctionnait l’ancien DRB. Alors, imaginez que vous teniez la bonne chaussure de sorte que vous regardiez le dos avec les orteils dirigés directement vers vous. Le DRB était une section diagonale de matériau plus ferme qui mesurait environ un millimètre de hauteur sur le côté extérieur (bord droit) et montait à travers la chaussure jusqu’à la hauteur totale de la semelle intermédiaire à l’intérieur (bord gauche). Celui-ci était ensuite recouvert d’une mousse d’amortissement plus douce afin que votre pied ne soit jamais en contact direct avec le DRB. Cela a tellement bien fonctionné que le pied penchait vers l’intérieur (vers la voûte plantaire). Ainsi l’arrière du pied tout entier aurait tendance à remonter. Quel impact ? Cela  ralentirait les forces de pronation et aiderait à réduire les blessures liées à la pronation. Les « guides » reposent toujours sur différentes densités de semelle intermédiaire, mais la méthode est modifiée. Alors maintenant, imaginez une vue du dessus et un morceau asymétrique de matériau plus ferme en forme de fer à cheval autour de l’extérieur du pied arrière. Cela berce le talon et aide à guider le pied dans sa démarche naturelle. Un peu comme des pare-chocs dans un bowling. L’avantage de cette méthode est que vous travaillez avec le corps plutôt que contre lui. Cela signifie également que si vous faites un pas irrégulier et peut-être que votre pied roule vers l’extérieur, alors les « guides » vous remettrons dans l’axe à nouveau. Cela signifie également que l’amortissement directement sous le talon peut être beaucoup plus doux.
Midsole – Nouveau support
La DRB a donc été remplacée par des rails de guidage. Cela offre la possibilité d’un meilleur amorti car il n’ya pas de DRB sous le talon cette fois. Brooks a ajouté son nouveau coussinet extra-doux DNA Loft, en plus de son matériau de semelle intercalaire BioMoGo DNA éprouvé. Ils comportent toujours un coussinet de protection segmenté intégré dans le talon, ce qui permet à la chaussure de s’adapter à une variété d’impact sur le talon tout en offrant un atterrissage en douceur.

LE MESH
La partie supérieure de l’Adrenaline GTS 19 est absolument magnifique. Il utilise un maillage très similaire à celui du GTS 18, avec un chausson plus épuré et des trous de ventilation légèrement plus grands. Les empiècements 3D Fit-Print sont toujours là et ils ont un look fantastique. Ils sont également positionnés de manière asymétrique autour de la zone de la selle pour mieux épouser la forme du pied. La plupart des autres éléments de la tige, sont restés conformes à ceux de l’Adrenaline précédent. Par conséquent, les coureurs qui s’intègrent bien dans le GTS 18 devraient aimer la 19.
DISPO DE LARGEURS 

Particularité de chez Brooks le fait remarquer Antoine :
« Des largeurs plus larges sont également disponibles » !
ALORS EST-ELLE POUR TOI ?
Antoine conseille toujours une évaluation biomécanique à chaque nouvel achat de chaussures de course à pied, et même si vous savez quel type de coureur vous êtes. Allez ainsi voir un spécialiste en magasin qui a été formé et dont l’expertise vous permettra au mieux de mettre en adéquation vos besoins aux caractéristiques de la chaussure. Toutefois, si vous souhaitez acheter en ligne et que vous ne pouvez pas obtenir d’avis, voici quelques attributs pour vous aider à décider si l’Adrenaline GTS 19 est faite pour vous ou pas :

  • Il s’agit d’une chaussure de course sur route longue distance à support modéré.
  • Le support offert par les rails de guidage affectera désormais la foulée plus longtemps. Ainsi, plutôt que de corriger simplement le premier tiers du cycle de marche, il est conçu pour guider votre pied tout au long du cycle de marche. Cela le rend plus favorable pour ceux qui attaquent talon mais aussi pour ceux qui sont medio pied.
  • La technologie unique du système de rail de guidage devrait pas avoir d’impact limitant chez ceux qui ont une foulée neutre non plus. Mais difficile à confirmer avant d’avoir vu un supinateur essayer la chausse par exemple.

POUR CONCLURE 
En quelques lignes de résumé, l’Adrenaline GTS 19 est une chaussure à la fois stable et « coussinée ». Ça en fait une chaussure très confortable dans la quelle on se sent tout de suite bien et en sécurité. Néanmoins, elle reste d’après Antoine, personnellement pronateur, univalente et spécifique aux foulées justement pronatrices voir aux foulées neutres. Cela permet à ses utilisateurs pronateurs une protection ultime par rapport à des blessures liées justement à la pronation. D’autre part, vous en avez marre des chaussures qui s’usent aussi vite que l’éclaire foudroie. Vous voulez une chaussure de course durable à kilométrage élevé ? Elle est pour vous ! Enfin, si vous ne savez pas si les chaussures de course anti-pronation sont faites pour vous, ou si votre style de course, votre belle mécanique ou votre kilométrage ont beaucoup changé, pourquoi ne pas venir voir Antoine en magasin pour une évaluation biomécanique gratuite ? Appelez moi je vous donnerai son Messenger…
BROOKS ADRÉNALINE GTS19
Les + : sécurité, solidité, stabilité, flexibilité, confort
Les – : poids, dynamisme, « univalente »

Test de l'huile d’Arnica Weleda

Principalement en lien avec ma pratique sportive, cela fait 20 ans que j’utilise ou que je fais utiliser cette fameuse huile qui sent bon l’Arnica. Alors ça méritait bien un dossier sur cette substance qui tient sa place dans bon nombre de vanity chez les runners. Focus donc sur l’huile de massage à Arnica de Weleda.
Par Jean-François Tatard* – Photos : DR

Savez-vous ce qu’est l’Arnica ? L’Arnica c’est une plante sauvage vivace de la famille des astéracées. Elle pousse dans les prairies à plus de 800 m d’altitude, et notamment dans tous les massifs montagneux des Vosges, des Alpes, du Massif Central, de l’Ardèche, des Pyrénées et de l’Aveyron. Et depuis l’Antiquité, elle est reconnue pour ses propriétés médicinales et notamment pour ses propriétés apaisantes.
QUELS SONT LES BIENFAITS DE L’ARNICA ? ET POURQUOI LA FAVORISER ?
L’Arnica qui entre dans la composition de cette huile est récoltée à la main, par des cueilleurs professionnels au début de sa floraison, de début juin à fin juillet. Les Laboratoires WELEDA ont défini des bonnes pratiques de cueillette pour garantir la qualité du produit qui a fait le succès de cette entreprise suisse et aussi pour assurer la préservation de la variété. Une fois cueillies, les plantes fraîches sont acheminées le plus rapidement possible vers les ateliers de création de la marque. Ainsi, cette méthode d’élaboration à partir de plantes fraîches, entières et pleinement fleuries permet de conserver la majorité de ses propriétés naturelles. C’est un des secret de Weleda…

D’AILLEURS, QUI EST WELEDA ?
Le groupe Weleda est une entreprise internationale dont le siège est en Suisse. À Arlesheim. Le labo développe ses propres produits et distribue toutes ses préparations pharmaceutiques, diététiques et cosmétiques dits naturels. Ces produits sont ainsi élaborés selon les fondements de la médecine anthroposophique. Il s’agit d’une pseudo-science mêlant différentes disciplines ésotériques et pseudo-scientifiques, définie par Rudolf Steiner et Ita Wegman. Ainsi, la devise de la marque, comme de l’anthroposophie de manière générale d’ailleurs, est : « En accord avec l’être humain et la nature ».
LE TEST
Je n’ai rien demandé à personne. D’ailleurs, si aussi systématiquement que je teste des produits, ces derniers me sont mis à disposition (gratuitement) par les marques, cette fois-ci, je suis allé acheter mon énième flacon de 200ml en pharmacieLes produits à l’Arnica de chez Weleda n’ont plus rien à prouver. Tiens d’ailleurs qui n’a jamais eu un tube d’Arnicagel dans son placard ? Cette fameuse huile de massage n’est pas une nouveauté. Rendez-vous compte : elle existe depuis 1921 ! Et c’est parce que je l’adore que je tenais à vous en parler. Cette huile est enrichie en extraits de fleur d’Arnica bio. Mais pas que… Elle a été spécialement formulée pour nous faciliter la préparation et la récupération de nos petits jambes de runners. Pour simplifier : l’extrait d’Arnica bio soulage ! Les huiles bio de tournesol et d’olive garantissent elles une glisse optimale lors des massages. Les huiles essentielles de lavande et de romarin au parfum aromatique renforcent les effets tonifiants et décontractants du massage. Partout où je suis allé, les masseurs, les kinésithérapeutes et les sportifs de haut niveau plébiscitent tous cette huile de massage !

POUR QUI ?

  • Pour les sportifs évidement 
  • Avant et après l’effort 
  • Pour les masseurs-kinésithérapeutes en particulier en kinésithérapie du sport
  • Pour les personnes sujettes aux fatigues et raideurs après l’effort
  • En cas de perte de tonus (frilosité, sédentarité…)

UTILISATION DE RUNNER
Les qualités intrinsèques de cette huile en font l’origine du succès de ce produit. L’huile dArnica de chez Weleda est devenue aujourd’hui un grand classique pour les sportifs et les masseurs-kinésithérapeutes. Qu’ils soient compétiteurs de haut niveau ou “sportifs du dimanche”, tous reconnaissent les bienfaits de ce produit pour la préparation et la récupération sportive.
QUAND ?
Avant l’effort : un massage léger sur les bras et les jambes mais aussi le bas du dos suivi d’un échauffement approprié va permettre la préparation à l’effort.
Après l’effort : après la douche ou le bain, un massage ample et lent sur une peau humide aide à prévenir l’apparition des raideurs et facilite la récupération.
La substance prépare à l’activité sportive et permet de compléter les bienfaits de l’échauffement. Aussi, elle réchauffe et maintient la chaleur naturelle de l’organisme. Quant à son utilisation après l’effort (en massage ample et lent) elle permet d’accélérer la récupération, de renforcer l’effet décontractant et tonifiant du massage. Elle détend en cas de fatigue et d’inconfort et enfin elle assouplit la peau et améliore sa tonicité.

EN DEHORS DU SPORT
Une utilisation en dehors du sport pourrait s’envisager pour différentes raisons : 
Réchauffante, elle maintient la chaleur naturelle de l’organisme
Émolliente, elle nourrit, assouplit la peau
• De texture fluide, elle pénètre facilement et procure un bien-être immédiat et durable. Grâce à son action réchauffante, elle permet également de soutenir l’organisme en cas de perte de tonus (frilosité, sédentarité…)
CONSEIL ET CONCLUSION 
Le sport est formidable pour booster l’énergie, et la course à pied notamment. Celle-ci nous révèle tout le potentiel qui est en nous. Outre le fait qu’il permette de se recentrer et d’évacuer le stress, le travail des muscles en profondeur, petit à petit, transforme notre corps. Pratiqué régulièrement, il devient un plaisir et engendre un mode de vie à la fois sain et équilibré. Néanmoins, une bonne préparation et une récupération sportive sont primordiales pour profiter en toute sérénité d’une activité physique comme celle de la course à pied et quel que soit votre niveau. Enfin, cela semble continuer à se vérifier  avec les années, mais l’huile de massage la plus utilisée est significativement efficace. On ne peut pas le nier. Alors, disons que c’est encore une fois plus un conseil qui se résume en une seule phrase : 
« POUR GARDEZ LA SANTÉ, SI VOUS DEVEZ VOUS MASSER, MISEZ SUR LA QUALITÉ ! »

L’HUILE DE MASSAGE À l’ARNICA – WELEDA
Les + : biocompatible, bio, sans paraben, simple d’utilisation, diversité des usages, efficacité ressentie
Les – : grasse, tachante et disparité dans les prix Prix public : 14,90€ le flacon de 200 ml généralement sur internetContact : www.weleda.fr  

*Jean-François Tatard
Plus de 100 victoires dans des compétitions départementales, régionales et nationales
– 2h34’ au marathon
– 3ème du 100kms de Millau 2014
– 6ème de l’ECOTRAIL 2013
– 5ème des Championnats de France du 100kms 2013
– 2ème français au marathon de Florence 2012 et au semi-marathon de Barcelone 2013
– 3ème du championnat de France de semi marathon par équipe 2011

Edition limitée chez ALTRA

ALTRA lance pour le Marathon de Paris l’ESCALANTE RACER PARIS 2019


Après le franc succès de l’édition limitée Boston 2018, Altra lance la version Paris 2019 à l’occasion du Marathon de Paris 2019 qui se déroule en Avril. Cette chaussure est faite pour ceux qui souhaitent affoler les compteurs. Elle est dynamique, agressive et confortable pour endurer les 42,195km de bitume. Cette édition limitée est la deuxième lancée par Altra qui prévoit de poursuivre avec les marathons des plus grandes villes du monde.
L’Escalante Racer – Paris Edition bénéficie d’un coloris bleu, blanc, rouge accrocheur souligné par le chiffre 19, qui célèbre parfaitement l’édition 2019 du marathon de Paris. Le mesh knit est plus sûr et respirant, avec un contrefort plus léger au talon pour optimiser le confort pendant la course. Pour couronner le tout, la semelle street art Altra EGO™est à la fois design et technique. Plus ferme, elle offre un meilleur retour d’énergie et moins d’amorti. Avec une hauteur de 22mm, ce modèle pèse 192 g contre 232g pour une Escalante classique.
L’Escalante Racer – Paris Edition sera disponible début avril chez plusieurs revendeurs spécialisés et sur le stand Altra lors du Marathon de Paris au prix de 145€.

À propos de Altra :
Altra est née en 2009 de la pugnacité de quelques passionnés de course à pied croyant dur comme fer que ce sont les chaussures qui doivent s’adapter aux pieds… et non l’inverse ! Pour être plus performant et limiter les traumatismes, le corps doit pouvoir bouger naturellement.
Pendant des années, ils ont testé et peaufiné le concept d’une chaussure respectueuse du mouvement naturel du pied en supprimant notamment les talons de leurs chaussures et de celles de leurs amis coureurs. Les résultats étaient là : moins de blessures, une course plus aisée, de meilleurs chronos…
Il a ensuite fallu travailler avec d’autres coureurs, des chercheurs, des industriels, pour concevoir et produire à grande échelle une chaussure révolutionnaire intégrant de nombreuses innovations et offrant à chacun la possibilité d’adopter une foulée “naturelle”.
Offrant un confort inégalé, les chaussures Altra sont aujourd’hui plébiscitées par de nombreux coureurs à travers le monde, qu’ils soient simples amateurs ou runners assidus.

Test des On Cloudflow

Pour celles et ceux qui ont l’habitude de lire running4all, celles-ci sont les quatrième On que je teste… Après la Cloudace et la Cloudventure. Vous souvenez-vous de ces deux chaussures plutôt destinées au trailers ou à ceux qui souhaitent s’aventurer sur chemins boueux ou enneigés en toute sécurité ? Puis, plus récemment, la Cloudflash, coup de cœur de cette fin d’année qui m’a permis de me réconcilier avec les chronos et la vitesse. Cette fois, voici un modèle d’apparence assez comparable à ce dernier et qui conserve pourtant toutes les particularités de la marque suisse. La Cloudflow.
Par Jean-François Tatard – Photos : DR

On, je vous le rappelle, c’est l’histoire suisse d’Olivier Bernhard, David Allemann et Caspar Coppetti, trois potes passionnés de course à pied. Le premier cité, ancien athlète de haut niveau, triple champion du monde de biathlon et multiple vainqueur d’Ironman, a l’idée lorsqu’il se retire de la compétition de concevoir une chaussure de running qui procure un ressenti optimal. Il se rapproche alors d’un ingénieur suisse qui envisage justement aussi de développer un nouveau concept de chaussures de running. De cette association idéale mêlant expérience de course et expertise en ingénierie naît un grand nombre de prototypes. Le tout guidé par une seule et même ligne directrice : « permettre des réceptions en douceur à chaque foulée et des propulsions fermes pour repartir ». C’est ce concept unique qui a séduit Caspar Coppetti et David Allemann et qui les a motivé à rejoindre l’aventure en 2010. Rapidement, les trois associés fondent la société On à Zurich.
LE FRUIT DE LA RÉFLEXION
Le fruit de leur réflexion permet d’établir une approche à la fois intéressante physiologiquement et aussi, évidemment, d’un point de vue marketing, que l’un des boss, Olivier Bernhard, nous expose : « Ne pas faire de vagues, suivre les règles du jeu, marcher dans les pas de ces prédécesseurs, se fondre dans la masse… Toutes ces notions ont conduit à faire fausse route en matière de technologie de chaussures pour la course à pied. Après plus d’un demi-siècle de recherches et d’idées reçues sur la course, aucune avancée n’a significativement eu d’impact sur la réduction des blessures liée à la course à pied. »
POURQUOI CE TEST ?

Même si mes meilleurs résultats je les ai obtenus sur marathon et sur « ultra », j’ai une culture athlétique. Je griffe et je cours sur l’avant du pied. J’ai ainsi pour habitude d’aimer courir vite. Avec du renvoi et du dynamisme, que ce soit sur les sentiers de la forêt de Montmorency ou sur les passages plus durs typés asphalte autours du lac d’Enghien. Ainsi, Claudia la patronne des nuages, a voulu me faire plaisir en me faisant tester la deuxième chaussure de la gamme qui est le plus en adéquation avec mes besoins et mes particularités physiologiques. Après la Cloudflash, avec la Cloudflow, On m’offre la possibilité de définitivement verrouiller le fait que dynamisme peut aussi s’associer à confort et amorti…
UN DESIGN !
Encore une fois, un design qui ne ressemble à aucune autre. La “chaussure à nuage” est en effet très originale avec ses 18 plots placés sous la semelle qui promettent une légèreté et un dynamisme… Mais ce n’est pas parce que c’est visuellement sympathique que ça va vite ! Il y a beaucoup de marketing derrière cette jeune marque suisse… C’est l’heure de voir ce que cette Cloudflow donne vraiment une fois au pied !

UN DYNAMISME HORS-NORME
Après une dizaine de sorties dans à peu prêt toutes les configurations qui lui sont dédiées, piste, route, chemin, vite, seuil, VMA, récup, etc, je pense être en mesure de donner mon avis avec objectivité. Même si par définition un avis est subjectif. Voici mon retour de sensations sur ce soulier tout aussi étonnant que sa petite sœur la Cloudflash. Avec ses 234 g sur la balance et ses 18 nuages répartis sur les deux côtés de la semelle extérieure, cette chaussure offre en renvoi absolument incroyable. La légèreté permet d’optimiser la relance. Tandis que la « Cloudtec » permet un « renvoi » que tu ne peux pas ne pas apprécier à vitesse soutenue. La sensation est celle d’une « propulsion ». Lorsque tu déroules le pied au sol, le geste est d’un naturel notoire. Pourquoi ? Grâce à l’isolement et à l’indépendance des plots. Bref, tout est fait pour optimiser fluidité et efficacité.
DU CONFORT ?
Ce n’est quand-même pas ma première paire de « fast shoes » pourtant c’est bien la première fois, du moins la deuxième fois que je chausse des chaussures de cette gamme qui procurent autant de confort alors qu’elles sont faites pour aller vite. Elles sont faites pour la route mais on ne subit pas le sol. C’est surprenant. Cela confirme ce que j’ai ressenti avec la Cloudflash plus tôt. À la différence que celles-ci sont plus sécurisantes encore. Probablement aussi parce que le maintien intérieur est optimisé par une matière plus rigide et par défaut moins flexible que sa petite soeur. Pour la semelle, par contre c’est kiffe-kiffe, sa souplesse permet un amorti qui fait que l’on ne sent pas la dureté du sol. En plus d’un renvoi ferme et efficace, le confort est au rendez-vous et minimise au maximum la notion d’« impact » que nous redoutons tous.

UN MESH SOIGNÉ
Même si je préfère le look de la Cloudflash, j’adore cette chaussure également. Et je vous le redis : « ce n’est pas qu’un détail ». On souffre déjà suffisamment, si en plus on n’a pas le droit d’être beau en courant alors à quoi bon… Plus sérieusement, l’esthétisme est un critère de choix parmi les plus prioritaires lorsqu’il s’agit de ressortir du magasin avec sa boîte. Et je ne peux pas croire que les designers de chez « On » n’y sont pas sensibles. Rien est laissé au hasard. Dans le détail c’est de la haute couture ! Des lacets ultra-fins et efficaces, qui permettent au laçage d’épouser parfaitement le pied, une semelle intérieure très confortable et qui se détériore peu dans le temps. Un tissu externe très résistant, ultra léger et respirant. Encore une fois ? Je radote, c’est ça ? Je m’en fiche, je le redis : rien est laissé au hasard ! À croire que « On » fait du détail son cheval de bataille ! J’apprécie aussi les traditionnels « O » et « N » placé sur la chaussure gauche et droite lorsqu’on la regarde de derrière. Et d’autres petites surprises se cachent dans ce modèle ultra-abouti que je vous laisse aller découvrir en boutique…
QUATRE IMPRESSIONS TRÈS SUBJECTIVES ?
En deux mots : dynamisme et légèreté. Lorsqu’on sort cette On Running Cloudflow de la boîte et qu’on la prend en main, la légèreté est notable. Pourtant lorsqu’on la regarde, ça ne saute pas tout de suite aux yeux. Hormis ses plots, elle a même un design assez sage pour une chaussure légère ! À l’enfilage, mon pied fin s’est tout de suite bien niché dans le chaussant ni trop étroit ni trop large. J’ai le pied pourtant fin et j’apprécie particulièrement les chaussants étroits. Il ne l’est pas plus que cela mais le laçage est efficace et le pied parfaitement maintenu. Un détail mais j’ai trouvé la languette super confortable. Sans être moelleuses, elles sont confortables. Et si je devais la comparer à une autre marque, je mettrais cette On Cloudflow en parallèle avec aucune autre. Sans être une chaussure avec laquelle tout le monde sera à l’aise, elle est agréable à toutes les allures avec mon gabarit (1m75 pour 68 kilos) et pas uniquement aux allures rapides. D’ailleurs par comparaison à la Cloudflash, je pense que celles-ci s’adaptent à davantage de catégories de runners. J’ai d’ailleurs majoritairement fait du footing avec puisque je l’ai testée en parallèle de la Cloudflash. Mais les moments où j’ai soigné l’allure m’ont démontré une efficacité extrêmement significative qui en font une chaussure de choix pour la compétition jusqu’au marathon si tu ne dépasses pas les 75 kilos sur la balance. 

DES DÉFAUTS ?
J’ai vu deux principaux défauts sur cette On Running Cloudflow, et les deux concernent l’originale semelle. D’abord, les espaces et les trous entre les plots… Si vous courez sur un chemin et pire s’il est en gravier… L’anecdote veut que j’ai prêté mes Cloudflow à mon ami Jean-Christophe SAVIGNONI le matin du jour de l’an. Peut-être n’avait il pas correctement désaoulé de la veille ou alors qu’il connaissait moins bien que moi les chemins de ma forêt mais trois fois, on a du s’arrêter pour enlever un caillou coincé. Bon, après tout, ça en fait une vrai chaussure de route ! Par contre le deuxième défaut justement quand on parle de route… Mieux vaut qu’elle soit sèche ! J’ai trouvé la semelle extérieure un peu légère en termes d’accroche sur sol humide !
CONCLUSION 
Plus j’ai couru avec la Cloudflow, plus j’ai continué de me questionner sur les raisons qui poussent le runner à privilégier certaines caractéristiques de sa chaussure et d’en sacrifier d’autres. Pourquoi n’est-il pas possible de tout réunir dans une même chaussure ? Cette fois encore, comme pour la Cloudflash, c’est la première rencontre que je fais avec une marque qui permet de réunir dans un même modèle deux caractéristiques normalement antinomiques dans les mœurs. En effet, dans cette chaussure, on a le sentiment que l’amorti a pour une fois en plus un impact positif sur la technique, la mobilité physiologique et la motricité du coureur tout en maintenant les bénéfices cherchés par toutes les marques lorsqu’il s’agit d’optimiser ce critère de sécurité et de confort. Maintenant que je les deux modèles fast de la gamme dans mon armoire : laquelle à quel moment ? La Cloudflow quasi tout le temps. La Cloudflash, je la garde pour les jours de messes et j’en limite l’usage aux jours de très grande fête !

On Cloudflow
Type de pied : Universel
Usage : Entraînement rapide /Compétition
Surface : Route
Poids du coureur : Moins de 80 kg
Poids de la chaussure : 235 g en T42,5
Drop : 6 mmPrix : 150 €Les + : poids, dynamisme, flexibilité, amortiLes – : Un mesh un peu plus rigide que la Cloudflow, glissante sur sol mouillé et des cailloux qui se coincent dans la semelle si tu cours sur chemin Contact : on-running.com

 

Test Énergie de Pharmavie

À une période de l’année où la plupart d’entre nous sommes en quête d’énergie, après le BEROCCA en octobre dernier, cette fois, l’opportunité m’a été offerte, en ce début d’année et au cœur de l’hiver, de tester un tout nouveau complément alimentaire censé lui-aussi booster l’organisme et me permettre de redonner du stimulus à mon petit corps de sportif affaibli. L’Énergie de Pharmavie.
Par Jean-François Tatard – Photos : DR

 
PHARMAVIE ? C’est la première fois que j’entends parler de ce labo. Vous aussi ? Normal ça n’en est pas un. PHARMAVIE c’est en fait un groupement de 800 pharmacies réparties sur toute la France. Le groupement se constitue de 3 500 pharmaciens & 6 000 collaborateurs qui œuvrent chaque jour pour notre santé.
ET LE COMPLÉMENT ALIMENTAIRE MAGIQUE ALORS ?
Son nom « Énergie » ! Avec ça… le nom donne le ton. Mais la gélule magique de PHARMAVIE est surtout un complément alimentaire qui vante l’effet de renforcer l’organisme et de redonner de l’énergie. « Energie » se présente ainsi sous forme de gélules dont la formule va à priori contribuer à favoriser les performances physiques et intellectuelles et redonner du tonus. 

LA COMPOSITION 
Pas de surprise ! D’ailleurs avec ce genre de produit, c’est assez souvent la même chose. Composé de vitamines, de minéraux et de plantes dont : le ginseng !
LE GINSENG
Le Ginseng, on en entend souvent parler. Et puisque c’est lui le principal actif de la gélule : qui est-il ? Le Ginseng est originaire de l’Est de l’Asie. Il est utile pour tonifier l’organisme des personnes fatiguées ou affaiblies notamment grâce à ses effets anti-inflammatoires et antioxydants.
 
Nom binominal : Panax Ginseng
Partie utilisée : la racine
Indications : Fatigue, Surmenage, Convalescence, Stimulant physique et intellectuel

SON HISTOIRE ?
La racine du ginseng est célèbre chez les chinois pour ses vertus tonifiantes et apparement aphrodisiaques (bande de coquins…). A l’origine son usage était traditionnellement et exclusivement réservé à l’Empereur et au plus large, aux grands seigneurs féodaux, à l’époque de l’antiquité. Chez nous, le ginseng est arrivé plus tard. Et il connaît un vif succès que depuis le XVIIème siècle. Son nom « Panax » ou panacée, indique qu’elle est réputée comme pouvant TOUT SOIGNER !
DESCRIPTION
Le Ginseng sauvage est devenu très rare dans ces régions d’origine. Aujourd’hui c’est difficile d’en trouver là où il y en avait en abondance il y a quelques siècles en Corée et au Nord-Est de la Chine et dans la partie est de la Sibérie. Aujourd’hui, il provient essentiellement de plants cultivés en Corée, en Chine ou au Japon. C’est une plante vivace herbacée dont la racine excite l’imagination. Bon, testons !
OBJECTIF !
Ce complément alimentaire doit me permettre de diminuer ma fatigue passagère et cyclique, de renforcer le système immunitaire de mon organisme pour mieux lutter contre les épidémies saisonnières qui nous menacent tous a cette période (rhumes, grippes, gastro…).
INDICATIONS
Le Ginseng justement va aider à contrer la fatigue et à stimuler la vitalité. La vitamine B6, le sélénium et le zinc eux contribueront au fonctionnement normal du système immunitaire.
 
UTILISATION
Deux gélules par jour pendant un mois à la fin du petit déj’ avec mon traditionnel mug de Ricoré (pas bien j’ai cité une marque…).
FLASH SUR LA COMPO !
Si on s’en tient à ce que contiennent les 2 gélules : Maltodextrine, acide ascorbique (vitamine C 180,00 mg (225%*)), extrait de racines de ginseng (Panax ginseng) 200,00 mg dosé en ginsénosides 20,00 mg, tunique d’origine végétale : hydroxypropylméthylcellulose, nicotinamide (vitamine B3 54,00 mg (337,5%*)), citrate de zinc 15,00 mg (150%*), succinate de d alpha tocophérol (vitamine E 30,00 mg (250%*)), extrait de Dunaliella salina 47,62 mg dosé en béta-carotène 3,60 mg (75%*) (gélatine, saccharose, huile d’olive), antiagglomérant : sels de magnésium d’acide gras, extrait de tomates (Lycopersicum esculentum) 7,50 mg titré en lycopène 1,00 mg, mononitrate de thiamine (vitamine B1 4,20 mg (380%*)), riboflavine (vitamine B2 4,80 mg (342,8%*)), anti-agglomérant : dioxyde de silicium [nano], cyanocobalamine (vitamine B12 3,00 µg (120%*)), sélénite de sodium 25,00 µg (45,4%*), chlorhydrate de pyridoxine (vitamine B6 2,00 mg (142,8%*)), acide folique (vitamine B9 200,00 µg (100%*)). 
*AR : Apport de Référence.
RÉSULTATS ?
C’est une gélule, alors déjà pour le goût : on ne peut pas dire que ce soit bon. Mais en même temps ce n’est pas ce qu’on lui demande. D’ailleurs psychologiquement ou d’un point de vue marketing, vous choisirez, je me demande même s’il n’est pas préférable qu’un complément de ce type ait un goût « un peu dégueu ». Ça me donne l’illusion que c’est plus efficace et que l’effort qu’en génère son absorption n’en est que plus bénéfique sur le « placebo ». Bon, en tous les cas, même le « placebo » n’a pas marché chez moi. Je n’ai pas eu le droit aux résultats promis. 

ALORS POURQUOI ?
Alors, oui, pourquoi ? Pourquoi quoi ? Pourquoi surtout aller acheter des vitamines en pharmacie alors que vous pouvez les puiser dans l’alimentation ?
COMMENT ?
Je vous la refais ? Mais après tout c’est aussi en martelant le message que ça finit le mieux par rentrer. En effet, le mieux censé quand-même de veiller à manger équilibré et de consommer des fruits et des légumes frais et de saison, des fibres, des protéines et des acides gras oméga 3, 6 et 9, qui nous apportent déjà une bonne partie de toutes les vitamines nécessaires à notre corps.
MISER SUR L’ALIMENTATION !
Bien sûr, qu’on a des carences ! C’est normal. D’ailleurs un sujet sur la prise de sang et l’interprétation des paramètres biochimiques devrait pouvoir intéresser bon nombre de lecteurs de la communauté running4all. & Ça tombe bien, c’est mon dada… D’ailleurs, en hiver notamment, certaines carences peuvent apparaitre de façon encore plus significative, mais il est préférable d’essayer d’aller puiser les vitamines et les minéraux nécessaires dans l’alimentation lorsque cela vous est le plus possible.
CONCLUSION 
Vous souhaitez être alerte, vif dans vos activités et à fond dans votre pratique de la course à pied quelles que soient les circonstances ? Je vais vous décevoir ! Ce n’est pas possible ! Il ne sert à rien de maltraiter son organisme. Et il est indispensable de se reposer pour récupérer et repartir du bon pied. N’allez pas à contresens de la nature. Il y a un moment pour tout. Et là, comme la marmotte qui hiberne, l’heure n’est pas à la performance. Il faut savoir l’accepter et l’accompagner. Un bon cocktail de fruits dans un smooties ou une délicieuse soupe remplie de légumes tonifiants renforceront tout aussi bien le moral et le mental.
 

Énergie PHARMAVIE
Globale ⭐️⭐️
Efficacité court terme⭐️⭐️⭐️
Efficacité long terme⭐️⭐️
Rapport qualité prix⭐️⭐️
Facilité d’utiliation⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Goût⭐️
Prix de vente conseillé : 14,30 €
Flaconnage : 60 gélules / 30 jours
Contact :  www.pharmavie.fr

*Jean-François Tatard
Plus de 100 victoires dans des compétitions départementales, régionales et nationales
– 2h34’ au marathon
– 3ème du 100kms de Millau 2014
– 6ème de l’ECOTRAIL 2013
– 5ème des Championnats de France du 100kms 2013
– 2ème français au marathon de Florence 2012 et au semi-marathon de Barcelone 2013
– 3ème du championnat de France de semi marathon par équipe 2011

Copyright © 2020 Agence Commin All Rights Reserved.  Mentions légales

Runing4all

GRATUIT
VOIR