Comment réussir, selon Jean-Claude Perrin

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’une rencontre qui a bouleversé ma vision de la vie. J’ai l’impression que ce personnage cathodique et charismatique vaut bien une mention dans Running4all. Non pas qu’il m’ait souvent beaucoup guidé. Non, c’est aussi qu’il a inspiré un très très grand nombre d’athlètes par une philosophie de réussite qui lui est propre… Comment réussir, selon Jean-Claude PERRIN.
Par Jean-François Tatard – Photos DR

C’est le pote de mon père depuis des lustres. Et s’il n’avait pas été mon ami, mon parrain, mon mentor et que je n’avais pas été dans ses pattes depuis que je suis tout gosse, Jean-Claude PERRIN, m’aurait quand même intrigué et inspiré avec ses commentaires sur Europe 1, France TV ou Eurosport ou dans ses conférences à l’INSEP par exemple. Je crois que je ne suis pas le seul pour qui il a été l’un des pionniers de l’idée que vous pouvez changer votre état d’esprit avec l’autosuggestion.

Ce « penser fort » peut alors vous aider à transformer votre réalité. Un jour, il m’a dit que la rue regorgeait de talents qui s’ignorent et que la majorité des athlètes ne croyaient pas qu’ils pouvaient transformer leurs carrière sportive. Ce qui les mettait pour la plupart, par voie de conséquence hors de portée du succès.
Lien Wikipedia
Très tôt il m’a dit que, sans un but bien précis, vous pouvez tout simplement flâner dans la vie sans rien réaliser de très sérieux. Jean-Claude PERRIN a ouvert la voie et a montré à beaucoup d’athlètes que nous devrions tous changer nos pensées pour avoir plus de succès et devenir des champions.

Lorsqu’il était encore préparateur physique de la bande à Yannick Noah, il lui a révélé les secrets de la façon de penser idéale pour devenir le meilleur du monde. Comment il était revenu des JO de Los Angeles avec deux athlètes médaillés d’or et de bronze au saut à la perche. Au lieu de les rémunérer, il leur a fourni des moyens d’aborder la réussite de façon indéviable.
Jean-Claude PERRIN a accepté de passer une vie entière à étudier parfois inconsciemment le comportement des champions. Beaucoup de mecs qui sont passés entre ses mains sont des légendes. Pierre Quinon, Thierry Vigneron, Yannick Noah, Guy Forget, Amélie Mauresmo, Rai le premier vrai brésilien du PSG, Bernard Lama, Fournier, Guerin et toute la bande qui a gagné la coupe d’Europe 1996.

Mais coach PERRIN n’a pas simplement observé, il a passé des heures et des heures sur de nombreuses années à les accompagner, à regarder, apprendre, et à poser des questions.
Après cette étude attentive qui durera aussi longtemps que sa vie, vous pouvez parier que Jean-Claude PERRIN connaît bien son affaire. Une grande partie des conseils de Jean-Claude PERRIN, c’est que pour commencer vous devez avoir le désir de gagner. Et finalement peu importe ce que vous entreprenez. Ici on parle de sport, mais cela se transpose absolument à tous les domaines de la vie. Si vous le voulez vraiment, alors votre esprit, inconsciemment, sera en mesure de faire des choix pour que cela se produise. Si vous n’avez pas cette envie et que quelque chose se passe, alors vous n’allez pas agir d’une manière qui puisse déclencher le reste.

Sans son accord, je précise bien, je vous dévoile ses six mesures pour vous aider à manifester le désir de tout réussir : 
1) Fixez dans votre esprit l’exactitude de ce que vous désirez. Il ne suffit pas de dire « Je veux beaucoup d’argent ». Soyez précis quant à la quantité par exemple…
2) Déterminez exactement ce que vous avez l’intention de donner en retour de ce que vous désirez. (Il n’y a pas de possible réalisation dans votre réussite si vous donnez toujours « quelque chose en échange de rien ».)
3) Établissez une date précise lorsque vous avez l’intention d’avoir ce que vous désirez.
4) Créez un plan précis pour la réalisation de votre désir, et commencer tout de suite, et posez-vous la question de savoir si vous êtes prêt ou non, pour mettre ce plan en action.
5) Écrivez un énoncé clair et concis de ce vous avez l’intention d’acquérir, nommez le délai pour l’acquisition, l’état de ce que vous comptez donner en retour. Et décrivez clairement le plan à travers lequel vous avez l’intention d’arriver à vos objectifs.
6) Lisez votre déclaration écrite à haute voix, deux fois par jour, une fois juste avant de vous coucher le soir, et une fois au réveil le matin.
Pendant que vous lisez vous devez : voir, sentir et croire que vous êtes déjà en possession de ce que vous désirez.
Très Important : PERRIN m’a également très vite expliqué que vous ne pouvez pas avoir quelque chose pour rien. Vous devez fournir quelque chose en vue d’obtenir quelque chose en retour. C’est pourquoi il a ajouté que « lors de votre visualisation (les yeux fermés) pour obtenir que ce que vous avez déjà, vous devez avoir l’intention d’accumuler.»

Ces 6 étapes illustrent la puissance de l’esprit, et comment elles peuvent être utilisées pour attirer ce que vous voulez.

La pensée positive est donc d’une nécessité absolue, car la réflexion sur ce que vous voulez est plus importante que de penser chaque jour à ce que vous ne voulez pas. À plusieurs reprises dans la journée dites-vous des choses positives car ceci peut faire une nette différence sur votre état d’esprit. En effet coach PERRIN parle tout le temps « d’autosuggestion ». Durant toute sa vie, il s’est rendu compte que l’on peut utiliser certaines techniques afin d’aider votre inconscient à penser d’une manière plus efficace, ce qui a force deviendra une habitude.
« Ce que l’esprit de l’homme peut concevoir et croire, il peut l’atteindre. »
Tout ce que vous devez faire est de trouver un moyen de convaincre votre inconscient que vous êtes le meilleur et que rien ne vous empêchera de réussir, que vous avez du succès, et que vous en êtes capable. Vous devez être précis sur ce que vous voulez. Vous devez désirer obtenir ce succès, puis vous donner à fond pour y arriver.

Pour obtenir les bonnes choses dans la vie ce n’est pas toujours facile. Coach PERRIN enseigne que vous devez travailler longtemps et durement avant de déguster les fruits de votre travail. Il est toujours utile de prendre la peine de travailler pour ce que vous désirez. Aucun de nous n’a de droit divin d’avoir quelque chose pour rien. Très souvent, je vois les gens passer plus de temps et d’énergie dans la poursuite de la réalisation de quelque chose pour rien, plutôt que de dépenser ce temps et cette énergie pour fournir quelque chose d’utile.
Je vous souhaite à tous de rencontrer un jour un coach PERRIN mais plus précieux encore je vous souhaite à tous, peu importe ce que vous désirez, d’être définitivement certain que vous réussissez !

La bonne heure pour courir

Lorsqu’il s’agit de choisir l’heure d’aller courir, les coureurs à pied ont tous leurs petites habitudes. Certains privilégieront de chausser les baskets le matin. D’autres le soir. Certains sur la pause dej’. Bref, s’agit-il de convenances personnelles ou existe-t-il réellement un moment de la journée à privilégier ? 
Par Jean-François Tatard – Photos : Brooks/DR
 
Vous pourrez dire ce que vous voulez, physiquement parlant, les premières heures de la journée ne sont pas propices à s’entraîner… En effet, le matin la température corporelle est au plus bas. D’autre part, les muscles et les tendons sont encore bien raides. Et cela ne s’arrange pas en vieillissant. Il faut quelques kilomètres avant que la foulée ressemble à quelque chose. De plus, quel que soit le niveau de chacun, on ne ventile pas aussi bien au saut du lit qu’en plein milieu de journée. D’ailleurs, la sensation à l’effort est souvent plus difficile le matin qu’en fin de journée. Physiologiquement, le corps a aussi moins de réserves après la nuit. Et même avec un bon petit dej. Ne parlons même pas de l’entraînement à jeun, qui présente néanmoins d’autres avantages. Néanmoins, l’entraînement au chant des merles et au lever du jour est plein de vertus. C’est d’ailleurs une excellente manière de démarrer  la journée et de se préparer de manière dynamique pour le boulot. Courir le matin est aussi un exercice qui forge un mental fort. Et puis enfin, la plupart du temps les courses se déroulent le matin alors autant s’y habituer un peu aussi.  S’il faut privilégier un type de séance sur ce créneau, alors mieux vaut se diriger sur des sorties à allure d’endurance qui ne montent pas trop dans les tours et qui n’excèdent pas plus d’une heure.

Sur la pause déjeuner

Beaucoup sont ceux qui profitent d’écourter ou de supprimer le repas du midi pour chausser les baskets. L’avantage c’est que généralement l’organisme est déjà plus en forme à cette heure-là. Alors autant en profiter pour y placer une séance dite d’intensité. Les avantages sont multiples : cela permet de laisser le temps à l’organisme de digérer les entraînements soutenus et de laisser au cœur le temps de redescendre à un niveau de pulsation cohérent. Et puis c’est aussi le moment de la journée où le niveau de fatigue est sensé être le moins élevé. S’il faut privilégier une séance sur ce créneau, alors mieux vaut se diriger vers des séances courtes mais de qualité. On peut ainsi imaginer un échauffement de 20 minutes puis 10 ou 12 x 400m sur la piste à côté du boulot. Puis 10 ou 15 minutes de retour au calme.

En fin de journée

Les médecins disent que c’est entre 17h et 19h que l’organisme est le plus efficace. C’est le moment de la journée où le corps atteint sa pleine puissance musculaire et capacités pulmonaires : tous les voyants sont au vert ! Alors quand l’emploi du temps le permet, il est forcément plus logique de s’entraîner avant de dîner. Néanmoins, la difficulté si elle existe c’est de se motiver après une journée de travail. En effet, il est souvent difficile de se faire autant violence après avoir passé la journée « au charbon ». D’ailleurs on constate que les coureurs du matin sont plus réguliers dans leurs entraînements que ceux du soir. S’il faut privilégier une séance sur ce créneau, alors mieux vaut se diriger vers des séances à l’allure cible de la compétition. On peut ainsi imaginer un échauffement de 20 minutes puis 8 x 1000m sur la piste à allure du 10 km. Puis 10 ou 15 minutes de retour au calme.

Mais courir n’est pas uniquement synonyme de performance

 
S’il existe une seule vraie contrainte, c’est celle du temps. Et plus précisément celle de l’emploi du temps. L’entraînement ne doit pas être source de déséquilibre et d’anxiété. Au contraire ! Il faut donc conjuguer la course à pied avec la famille et le boulot. Et puis la seule vraie performance c’est encore celle d’être le plus heureux. Alors, s’il s’agit d’épanouissement, peu importe l’heure que vous choisirez pour allez vous entraîner. Peu importe le temps quel vous y consacrer. Peu importe l’endroit approprié ou non approprié. Mais pourvu que vous sachiez toujours vous adaptez.

 

Test de la New Balance RUBIX

Mon histoire avec la marque New Balance commence à durer et elle ne se résume plus uniquement à la NB 574. Le modèle un peu iconique du monde de la sneaker qui n’a d’ailleurs rien à voir avec le running. Ainsi depuis que Constance Marle nous a fait découvrir la « gamme 2019 », j’ai pu, à plusieurs reprises, vérifier que la griffe fashion était aussi une vraie chaussure concentrant toutes les propriétés pour galoper.
(suite…)

Marathon du Beaujolais 2019

Faites la course en tête ! 

En 14 éditions, le Marathon international du Beaujolais est devenu le plus grand rendez-vous running festif de France, avec plus de 17 000 participants et 70 nationalités différentes. En pleines festivités du célèbre lancement du Beaujolais nouveau, goûtez une ambiance exceptionnelle entre vignobles et châteaux.
Un défi à la fois sportif et festif avec les très nombreuses animations, ravitaillements, dégustations et surprises tout au long des parcours vallonnés, tracés au cœur des crus du Beaujolais, et encadrés par plus de 1200 bénévoles aux petits soins…

(suite…)

Copyright © 2020 Agence Commin All Rights Reserved.  Mentions légales

Runing4all

GRATUIT
VOIR