Test de la Kalenji Kiprun Ultra Light

Vous qui lisez running4all depuis ses débuts, vous l’aurez certainement compris, chez moi s’il y a un truc qui est sacré et avec lequel il ne faut pas rigoler : c’est bien les pompes…
Et si un jour, on m’avait dit que dans la vie d’adulte, je chausserai des « Décathlon », j’aurais probablement quitté la discussion.
Mais depuis, les choses ont changé et mon esprit s’est assagi. Euh, non ! C’est pas le bon le verbe. « Mon esprit s’est ouvert » ! Oui ! Ça c’est déjà mieux et plus adapté. Ainsi, je me suis laissé convaincre par Estelle, Média manager  de tester une chaussure de la gamme typée « performance »…J’ai donc testé à sa sortie, la Kalenji Kiprun Ultra Light

La Kiprun Ultra Light.

(suite…)

Test des chaussures trail Brooks Caldera 3

Les Brooks Caldera 3 ont tous les atouts pour séduire les amateurs de trail. Je les ai testées sur un parcours que je connais bien. Première impression : cette chaussure est très, très confortable avec un dynamisme impressionnant.
Par Romain FROCIONE – Photos :  Romain – Brooks

La Brooks Caldera 3 se compose d’un double mesh sur l’intégralité de la chaussure, ce qui permet d’avoir un tissu très résistant tout en étant respirant. Très important, surtout lorsque l’on court en été. Le laçage est plutôt agréable. Comme comme beaucoup de chaussures aujourd’hui, le rangement des lacets se fait dans une petite poche, sur la languette. Je suis un adepte de ce principe ! 
Le pare-pierre au bout de la chaussure vient également renforcer la résistance face aux différents obstacles. L’accroche est bien présente lorsqu’on force un peu dans une montée, et les descentes sont bien maitrisées.

Le point négatif sur les Caldera 3 concerne l’adhérence sur un terrain humide, boueux ou glissant. En effet, il y a un manque de crampons sur la semelle et ça se ressent lorsque le sol est humide ou mouillé. J’ai glissé à plusieurs reprises ! L’adhérence n’est pas assez performante à mon goût…  L’autre bémol concerne la largeur à l’avant du pied. J’ai le pied plutôt fin et celui-ci avait tendance à glisser.
EN CONCLUSION
Bref, mise à part cette adhérence sur des surfaces trop mouillées ou trop grasses, je n’ai absolument aucun reproche à faire sur cette chaussure de trail. Vous pouvez opter pour ces chaussures super confortables, énergisantes et rapides grâce un système global de maintien GuideRails ainsi qu’un amorti moelleux, mais toujours réactif. Le système d’amorti DNA LOFT, la coupe confortable et les transitions tout en douceur rendent chaque foulée agréable.

FICHE TECHNQUE

  • Type de pied : universel
  • Usage : entraînement/compétition
  • Surface : trail
  • Poids de la chaussure : 279 g
  • Drop : 4 mm
  • Prix public conseillé : 140€

 
BROOKS, ENTREPRISE INNOVANTE DEPUIS 1914
Fondée en 1914 par Morris Goldenberg, Brooks Sports est une des plus anciennes fabriques de chaussures de sport d’Amérique. Sa devise : Respect the Run (Respect de la course).
Brooks a commencé par fabriquer du matériel pour le baseball et le football puis a émergé dans les années 1970 avec le développement mondial du jogging et du running, en tant que manufacture de chaussures de course à pied. Juste derrière les grands noms des équipementiers sportifs, cette entreprise est innovante et marginale. Ainsi, en 1980, l’un de ses modèles était composé d’une semelle en caoutchouc de récupération de pneus d’avions. Brooks a aussi été la première marque à prendre en compte les soucis anatomiques de coureurs subissant la pronation du pied, par le lancement d’une chaussure spécifique en 1982.
Depuis, certaines technologies ont été développées par Brooks. Par exemple, l’éthylène-acrétate-de vinyle (EVA), les mi-semelles à double densité pour un meilleur amorti des chocs (en 1989).
Brooks a notamment équipé le Chili pour la Coupe du monde de football 2010.
Lire aussi: Brooks Adrélanine GT 19
 
 
 

Test – Grande nouveauté chez On avec la CLOUDSWIFT

Pour la cinquième fois pour running4all, nous avons testé une chaussure de la gamme On. Fanny Rubin, une des responsables marketing, nous a invité dans une boutique parisienne pour le lancement mondial de la nouvelle petite merveille de la marque. Une innovation qui va une nouvelle fois chambouler tous les codes de la course à pied. La Cloudswift est la toute première chaussure à intégrer la nouvelle super-mousse Helion™ d’On.

Par Jean-François Tatard – Photos : DR
QUI EST On ?
On, c’est l’histoire suisse d’Olivier Bernhard, David Allemann et Caspar Coppetti, trois potes passionnés de course à pied. Le premier est un ancien athlète de haut niveau, triple champion du monde de biathlon et multiple vainqueur d’Ironman. Lorsqu’il se retire de la compétition, il a l’idée de concevoir une chaussure de running qui procure un ressenti optimal. Il se rapproche alors d’un ingénieur suisse qui envisage justement de développer un nouveau concept de chaussures de running. De cette association idéale mêlant expérience de course et expertise en ingénierie naît un grand nombre de prototypes. Le tout guidé par une seule et même ligne directrice : permettre des réceptions en douceur à chaque foulée et des propulsions fermes pour repartir. Ce concept unique a séduit Caspar Coppetti et David Allemann qui les a motivés à rejoindre l’aventure en 2010. Rapidement, les trois associés fondent la société On à Zurich.

LE FRUIT DE LA REFLEXION
 

Le fruit de la réflexion des trois hommes permet d’établir une approche à la fois intéressante physiologiquement et aussi, évidemment, d’un point de vue marketing, comme le souligne Olivier Bernhard : « Ne pas faire de vagues, suivre les règles du jeu, marcher dans les pas de ces prédécesseurs, se fondre dans la masse… Toutes ces notions ont conduit à faire fausse route en matière de technologie de chaussures pour la course à pied. Après plus d’un demi-siècle de recherches et d’idées reçues sur la course, aucune avancée n’a significativement eu d’impact sur la réduction des blessures liée à la course à pied. »
POURQUOI CE TEST ?
Même si j’ai obtenu mes meilleurs résultats sur marathon et sur ultra, j’ai une culture athlétique. Je griffe et je cours sur l’avant du pied. J’ai ainsi pour habitude d’aimer courir vite. Avec du renvoi et du dynamisme, que ce soit sur les sentiers de la forêt de Montmorency ou sur les passages plus durs typés asphalte autour du lac d’Enghien.
Ainsi, Fanny Rubin a tenu à nous présenter en avant-première la toute nouvelle Cloudswift parce qu’elle a été spécifiquement conçue pour les coureurs urbains qui aiment conserver des chaussures légères et rapides mais tout en gardant un amorti supérieur et une protection sur route irréprochable. 
UN DESIGN ORIGINAL
Encore une fois, le design ne ressemble à aucune autre. La “chaussure à nuage” est en effet très originale avec ses petits plots si singuliers placés sous la semelle qui promettent une légèreté et un dynamisme… Mais ce n’est pas parce que c’est visuellement sympathique que ça va vite ! Ce n’est pas Claudia ou Fanny, les têtes pensantes du marketing, qui nous diront le contraire. Il y a justement beaucoup de marketing derrière cette jeune marque suisse.
TEST AVEC LA BOUTIQUE MARATHON DE PARIS 
« The place to be ». Ce dernier soir de février 2019, 26, rue Léon-Jost, Paris, dans le 17ème… Même si par définition un testing doit être objectif, il doit se dérouler sur plusieurs centaines de kilomètres et dans des conditions aussi diverses qu’il y a d’utilisations possibles pour ce modèle de chaussures. Cette fois, je vais me fier à mon expérience, à ma capacité à écouter et observer les autres testeurs, deux des plus grands professionnels de la chaussure, Cédric Mousseau et Frédéric Chocteau. Leur expertise est indiscutable.

 
Sous le contrôle de coach Seb, voici un retour de sensations compilées sur cette chaussure tout aussi étonnante que les quatre autres modèles que j’ai eu la chance de tester depuis bientôt un an dans cette marque.
RÉSISTANCE, LÉGÈRETÉ ET REBOND
On m’avait promis du dynamisme, je ne suis pas déçu. Cette chaussure offre un renvoi digne de ce nom. Et la légèreté (300 grammes quand même) qui s’y associe permet d’optimiser la relance. C’est le résultat de la mousse Helion™ qui combine des propriétés que ne possèdent pas les autres mousses. Elle offre ainsi une résistance et un rebond à un niveau jusque-là impensable. 

UNE NOUVELLE MOUSSE
La nouvelle mousse Helion™ est unique ! Elle est composée d’une structure spéciale qui fusionne des éléments stables et durs à la fois. Avec des éléments plus souples et élastiques, elle permet une meilleure résistance sans ajouter de poids. Ma première impression est qu’il y a plus de rebond que d’habitude. Et sans sacrifier l’amorti légendaire de la marque suisse. C’est Cédric (toujours au courant de tout) qui m’a expliqué que grâce à sa capacité de résistance aux différentes températures possibles, l’amorti de cette chaussure conservera toujours l’intégralité de ses bénéfices. Qu’il fasse chaud ou froid. Et ce n’est pas qu’un détail quand je vois le nombre de chaussures que j’ai laissées se détériorer sans les utiliser juste par les écarts de températures dans mon garage. Ainsi, sur la Cloudswift les propriétés de rendement énergétique durable offrent une protection au sol et une performance sur la course, quel que soit le contexte. 

POUR COUREURS URBAINS
La toute nouvelle Cloudswift tient les promesses d’Olivier Bernhard, co-fondateur de la marque, et de Julien qui nous a formés au produit. La chaussure est conçue pour les coureurs urbains qui aiment conserver des chaussures légères et rapides tout en offrant un amorti supérieur et une protection sur route accrue. Le boss nous explique : « Pas de compromis lorsque nous avons décidé de créer cette nouvelle super-mousse ». Il rajoute : « En tant que coureur, tes chaussures doivent offrir la meilleure performance possible pour que tu puisses en faire autant. Tu ne te contenteras pas de la seconde place ». Ça me plaît.
 

 
Ainsi puisqu’aucune autre mousse ne pouvait offrir ce que recherchait On, il été décidé d’en développer une spécifique. Helion™ est une mousse plus légère, plus moelleuse et plus souple, pour que chacune de nos foulées rende notre sortie plus vivante. 
TRES BON CONFORT
 La Cloudswift procure un confort surprenant alors qu’elle est, a priori, faite pour aller vite. Elle est conçue pour la route, mais l’athlète ne subit pas le sol. C’est surprenant. Cela confirme ce que j’ai ressenti avec la Cloudflash et la Cloudflow lors des précédents testings. La souplesse de la semelle permet un amorti qui fait que l’on ne sent pas la dureté du sol. En plus d’un renvoi ferme et efficace, le confort est au rendez-vous et minimise au maximum la notion d’impact que nous redoutons tous.
 UN MESH SOIGNÉ
 Même si je préfère le design de la Cloudflash ou de la Cloudflow, j’ai aimé cette nouvelle merveille de la marque suisse. Un peu larges, vues du dessus, mais tout aussi esthétiques que ses copines de la gamme, lorsqu’elles sont vues de côté. Ce n’est pas qu’un détail. On souffre déjà suffisamment en courant. Si en plus on n’a pas le droit d’être beau en courant, alors à quoi bon… Plus sérieusement, demandez à Frédéric Chocteau, le patron de la Boutique du Marathon : l’esthétisme est un des critères de choix prioritaire pour le client. Les designers de chez On n’y sont pas insensibles. Rien n’est laissé au hasard. Dans le détail, c’est de la haute couture ! Des lacets ultrafins et efficaces, qui permettent au laçage d’épouser parfaitement le pied, ne semelle intérieure très confortable et qui se détériore peu dans le temps, un tissu externe très résistant, ultraléger et respirant. Encore une fois ? Je radote, c’est ça ? Je m’en fiche, je le redis : rien n’est vraiment laissé au hasard ! A croire que « On » fait du détail son cheval de bataille ! J’apprécie aussi les traditionnels « O » et « N » placé sur la chaussure gauche et droite lorsqu’on la regarde de derrière.

 
Et d’autres petites surprises se cachent dans ce modèle ultra-abouti que je vous laisse découvrir en boutique.
 
MES 7 PREMIÈRES IMPRESSIONS 

  1. La toute nouvelle Cloudswift est bien conçue pour les coureurs urbains qui aiment conserver des chaussures légères et rapides, offrant un amorti supérieur et une protection sur route accrue.
  2. La nouvelle forme, surprenante au premier abord, permet d’augmenter l’amorti horizontal au détriment de l’amorti diagonal. Ce sont les renforts en caoutchouc visiblement très résistants qui offrent cette traction accrue. 
  3. L’encolure de la tige de la chaussure me paraissait très basse à première vue, mais elle ne se fait pas du tout ressentir en courant.

  1. Les éléments du Cloud sur l’avant-pied se relient au niveau du centre pour une poussée plus directionnelle et sans perte d’énergie. 
  2. En deux mots : dynamisme et légèreté. Lorsqu’on sort cette On Cloudswift de la boîte et qu’on la prend en main, la légèreté est notable. Pourtant, ça ne saute pas tout de suite aux yeux. Hormis ses plots, elle a même un design assez sage pour une chaussure légère.
  3. À l’enfilage, mon pied fin s’est tout de suite bien niché dans le chaussant ni trop étroit ni trop large. J’ai le pied fin et j’apprécie particulièrement les chaussants étroits. Il ne l’est pas plus que cela, mais le laçage est efficace et le pied parfaitement maintenu. Un détail : j’ai trouvé la languette super confortable. 
  4. Sans être moelleuses, les chaussures sont confortables. Si je devais les comparer à une autre marque, comme à chaque fois, je mettrais On en parallèle avec aucune autre.

 
Sans être une chaussure avec laquelle tout le monde sera à l’aise, elle sera agréable à toutes les allures – avec mon gabarit (1,75 pour 68 kg) – et pas uniquement aux allures rapides. D’ailleurs, par comparaison à toutes les On-Running déjà testées, je pense que ce modèle est celui qui s’adapte le plus à un maximum de catégories de runners. Cette chaussure est complètement universelle !
DEUX PETITS DÉFAUTS
J’ai vu deux principaux défauts sur cette On, mais c’est assez caractéristique de la marque. Ces deux défauts concernent la semelle. D’abord, les espaces et les trous entre les plots ne sont pas adaptés si vous courez sur un chemin, pire s’il est en graviers. Du coup, ce constat en fait une vraie chaussure de route. Le deuxième défaut concerne l’accroche. La route, vaux mieux vaut qu’elle soit sèche ! J’ai trouvé la semelle extérieure un peu légère en termes d’accroche sur sol humide. 
Allez, juste un dernier petit détail. Je m’étais attaché aux traditionnels petits messages sur la semelle intérieure. Le fait qu’il n’y en ait pas cette fois-ci me manque.
 CONCLUSION 
Plus j’ai l’opportunité de courir avec des On, plus je me pose la question sur la raison qui pousse le runner à privilégier certaines caractéristiques de sa chaussure et d’en sacrifier d’autres ? Pourquoi n’est-il pas possible de tout réunir dans une même chaussure ? Cette fois encore, On en a fait son cheval de bataille. Décidément, cette marque est vraiment une belle rencontre. C’est la première fois que je vois une marque de running qui permet de réunir dans un même modèle deux caractéristiques normalement antinomiques. 
Je tiens à remercier personnellement les équipes Boutique Marathon et On de m’avoir invité à célébrer la naissance de la nouvelle super-mousse Helion™.
Chaussures homme 
Type de pied : universel
Usage : entraînement
Surface : route
Poids du coureur : moins de 85 kg
Poids de la chaussure : 300 g en T 42,5
3 couleurs disponibles chez les hommes et 3 chez les femmes
Drop : 7 mm
Prix : 160€
Les + :
poids, dynamisme, flexibilité, amorti ON CLOUDSWIFT 

Les – : glissante sur sol mouillé et l’espacement interplots (si vous courez sur chemin, vous allez ramener quelques cailloux chez vous)
 
 
 

Test de l'huile d’Arnica Weleda

Principalement en lien avec ma pratique sportive, cela fait 20 ans que j’utilise ou que je fais utiliser cette fameuse huile qui sent bon l’Arnica. Alors ça méritait bien un dossier sur cette substance qui tient sa place dans bon nombre de vanity chez les runners. Focus donc sur l’huile de massage à Arnica de Weleda.
Par Jean-François Tatard* – Photos : DR

Savez-vous ce qu’est l’Arnica ? L’Arnica c’est une plante sauvage vivace de la famille des astéracées. Elle pousse dans les prairies à plus de 800 m d’altitude, et notamment dans tous les massifs montagneux des Vosges, des Alpes, du Massif Central, de l’Ardèche, des Pyrénées et de l’Aveyron. Et depuis l’Antiquité, elle est reconnue pour ses propriétés médicinales et notamment pour ses propriétés apaisantes.
QUELS SONT LES BIENFAITS DE L’ARNICA ? ET POURQUOI LA FAVORISER ?
L’Arnica qui entre dans la composition de cette huile est récoltée à la main, par des cueilleurs professionnels au début de sa floraison, de début juin à fin juillet. Les Laboratoires WELEDA ont défini des bonnes pratiques de cueillette pour garantir la qualité du produit qui a fait le succès de cette entreprise suisse et aussi pour assurer la préservation de la variété. Une fois cueillies, les plantes fraîches sont acheminées le plus rapidement possible vers les ateliers de création de la marque. Ainsi, cette méthode d’élaboration à partir de plantes fraîches, entières et pleinement fleuries permet de conserver la majorité de ses propriétés naturelles. C’est un des secret de Weleda…

D’AILLEURS, QUI EST WELEDA ?
Le groupe Weleda est une entreprise internationale dont le siège est en Suisse. À Arlesheim. Le labo développe ses propres produits et distribue toutes ses préparations pharmaceutiques, diététiques et cosmétiques dits naturels. Ces produits sont ainsi élaborés selon les fondements de la médecine anthroposophique. Il s’agit d’une pseudo-science mêlant différentes disciplines ésotériques et pseudo-scientifiques, définie par Rudolf Steiner et Ita Wegman. Ainsi, la devise de la marque, comme de l’anthroposophie de manière générale d’ailleurs, est : « En accord avec l’être humain et la nature ».
LE TEST
Je n’ai rien demandé à personne. D’ailleurs, si aussi systématiquement que je teste des produits, ces derniers me sont mis à disposition (gratuitement) par les marques, cette fois-ci, je suis allé acheter mon énième flacon de 200ml en pharmacieLes produits à l’Arnica de chez Weleda n’ont plus rien à prouver. Tiens d’ailleurs qui n’a jamais eu un tube d’Arnicagel dans son placard ? Cette fameuse huile de massage n’est pas une nouveauté. Rendez-vous compte : elle existe depuis 1921 ! Et c’est parce que je l’adore que je tenais à vous en parler. Cette huile est enrichie en extraits de fleur d’Arnica bio. Mais pas que… Elle a été spécialement formulée pour nous faciliter la préparation et la récupération de nos petits jambes de runners. Pour simplifier : l’extrait d’Arnica bio soulage ! Les huiles bio de tournesol et d’olive garantissent elles une glisse optimale lors des massages. Les huiles essentielles de lavande et de romarin au parfum aromatique renforcent les effets tonifiants et décontractants du massage. Partout où je suis allé, les masseurs, les kinésithérapeutes et les sportifs de haut niveau plébiscitent tous cette huile de massage !

POUR QUI ?

  • Pour les sportifs évidement 
  • Avant et après l’effort 
  • Pour les masseurs-kinésithérapeutes en particulier en kinésithérapie du sport
  • Pour les personnes sujettes aux fatigues et raideurs après l’effort
  • En cas de perte de tonus (frilosité, sédentarité…)

UTILISATION DE RUNNER
Les qualités intrinsèques de cette huile en font l’origine du succès de ce produit. L’huile dArnica de chez Weleda est devenue aujourd’hui un grand classique pour les sportifs et les masseurs-kinésithérapeutes. Qu’ils soient compétiteurs de haut niveau ou “sportifs du dimanche”, tous reconnaissent les bienfaits de ce produit pour la préparation et la récupération sportive.
QUAND ?
Avant l’effort : un massage léger sur les bras et les jambes mais aussi le bas du dos suivi d’un échauffement approprié va permettre la préparation à l’effort.
Après l’effort : après la douche ou le bain, un massage ample et lent sur une peau humide aide à prévenir l’apparition des raideurs et facilite la récupération.
La substance prépare à l’activité sportive et permet de compléter les bienfaits de l’échauffement. Aussi, elle réchauffe et maintient la chaleur naturelle de l’organisme. Quant à son utilisation après l’effort (en massage ample et lent) elle permet d’accélérer la récupération, de renforcer l’effet décontractant et tonifiant du massage. Elle détend en cas de fatigue et d’inconfort et enfin elle assouplit la peau et améliore sa tonicité.

EN DEHORS DU SPORT
Une utilisation en dehors du sport pourrait s’envisager pour différentes raisons : 
Réchauffante, elle maintient la chaleur naturelle de l’organisme
Émolliente, elle nourrit, assouplit la peau
• De texture fluide, elle pénètre facilement et procure un bien-être immédiat et durable. Grâce à son action réchauffante, elle permet également de soutenir l’organisme en cas de perte de tonus (frilosité, sédentarité…)
CONSEIL ET CONCLUSION 
Le sport est formidable pour booster l’énergie, et la course à pied notamment. Celle-ci nous révèle tout le potentiel qui est en nous. Outre le fait qu’il permette de se recentrer et d’évacuer le stress, le travail des muscles en profondeur, petit à petit, transforme notre corps. Pratiqué régulièrement, il devient un plaisir et engendre un mode de vie à la fois sain et équilibré. Néanmoins, une bonne préparation et une récupération sportive sont primordiales pour profiter en toute sérénité d’une activité physique comme celle de la course à pied et quel que soit votre niveau. Enfin, cela semble continuer à se vérifier  avec les années, mais l’huile de massage la plus utilisée est significativement efficace. On ne peut pas le nier. Alors, disons que c’est encore une fois plus un conseil qui se résume en une seule phrase : 
« POUR GARDEZ LA SANTÉ, SI VOUS DEVEZ VOUS MASSER, MISEZ SUR LA QUALITÉ ! »

L’HUILE DE MASSAGE À l’ARNICA – WELEDA
Les + : biocompatible, bio, sans paraben, simple d’utilisation, diversité des usages, efficacité ressentie
Les – : grasse, tachante et disparité dans les prix Prix public : 14,90€ le flacon de 200 ml généralement sur internetContact : www.weleda.fr  

*Jean-François Tatard
Plus de 100 victoires dans des compétitions départementales, régionales et nationales
– 2h34’ au marathon
– 3ème du 100kms de Millau 2014
– 6ème de l’ECOTRAIL 2013
– 5ème des Championnats de France du 100kms 2013
– 2ème français au marathon de Florence 2012 et au semi-marathon de Barcelone 2013
– 3ème du championnat de France de semi marathon par équipe 2011

5 semaines avec la FujiTrabuco 7 Asics

Asics et la FujiTrabuco 7 Trail

Par Romain FROCIONE 
Avant de vous faire partager le résultat de mon test de la Trabuco dans sa dernière version, je vous raconte une histoire ?
Généralement, c’est assez souvent le même préambule avec l’origine des marques de runnings.
L’histoire veut qu’un jeune cordonnier japonais ait eu pour objectif la fabrication et la commercialisation de chaussures pour le basket. Onitsuka observa les mouvements des basketteurs, et donna naissance à la première Onitsuka Tiger. Avant de s’appeler Asics, Asics s’appelait Onitsuka. Fort de son succès, ce n’est qu’en 1951 que la marque se fera connaître dans le monde de la course à pied avec le modèle Tiger, porté par un athlète qui remporta cette année là le marathon de Boston.
Pourquoi Asics ?
Derrière ce mastodonte du running business se cache une phrase très philosophique. Asics est l’acronyme de l’expression latine : « anima sana in corpore sano » littéralement traduit « un esprit sain dans un corps sain ».

Bon allez, go, testons la Trabuco avec mon corps saint de 90 kilos !
PREMIÈRE IMPRESSION
Pour moi, la Trabuco paraissait banale, une chaussure lourde, mais confortable, c’est une chaussure polyvalente ! Ce ne qui ne constitue pas forcément une qualité. Pourquoi ? Parce que qui dit polyvalent, dit moyen partout & donc excellent nulle part…

DEUXIÈME EFFET KISS COOL
Et bien autant vous dire qu’après plusieurs entraînements de trail avec la nouvelle  FujiTrabuco 7 je me suis dit : « Wouaaaah ! »

DANS LE DÉTAIL 
J’ai déjà couru il y a quelques années en arrière avec une Trabucco 6 qui m’avait fortement plu avec son accroche son look c’était à l’époque les chaussures à tout faire. L’inconvénient était son amorti ! Plutôt raide surtout sur une SaintéLyon avec 90 kilos dessus !!! Fort heureusement, elles ont survécu et moi aussi…
UN LOOK, UNE AGRESSIVITÉ & UNE ACCROCHE 
La Trabuco 7, nous propose un look bien plus agressif avec de gros crampons.
C’est la grosse évolution à première vue de la chaussure. Une semelle bien plus agressive que par le passé.
Mais bien plus encore avec la nouvelle technologie L’AsicsGrip qui va permettre une accroche nettement meilleure.

COMMODITÉ & PRACTICITÉ 

 

On remarquera aussi le rangement des lacets dans la languette, je trouve ça vraiment top surtout pour un sanglier comme moi qui a multiplié les casses de lacet. 


LE CONFORT 
Parlons un peu du confort ! Le confort de la Trabucco 7 me rappelle un peu celui de la Asics Nimbus. Le chausson est bien conçu et vraiment confortable ! Que ce soit sur du « long » ou sur du « court ».
POUR CONCLURE
Le Test de la trabuco 7 m’a confirmé qu c’est une chaussure lourde sur le papier, mais pourtant dynamique dans la pratique. C’est une chaussure qui m’aurait vraiment plu sur la « Synthé Lyon 2018 ». Avec une telle accroche, la boue n’a qu’à bien se tenir ! Je l’ai testée un peu sur bitume et elle a du répondant pour une chaussures de trail.
J’en conclue que c’est une bonne chaussure pour tout usage, y compris pour des ultras Trail !

 
Caractéristiques Asics Gel FujiTrabuco

  • Poids 335g
  • Drop 8mm
  • Méta 12mm
  • Talon 20mm

Usage: Du moyen à l’Ultra
Points forts: Confort, Polyvalence
Points faibles: Poids conséquent ~335g
 
 

Copyright © 2020 Agence Commin All Rights Reserved.  Mentions légales

Runing4all

GRATUIT
VOIR