La marque pionnière du zéro drop revient avec une nouvelle version de sa chaussure de trail, la Lone Peak. Simplifiée et amincie par rapport à sa grande sœur la Lone Peak 4, la 4.5 propose un condensé de ce que la marque sait faire de mieux. Entre comparaison avec l’ancienne version et sortie trail engagées, Running4All a testé pour vous.

Après avoir pu faire mes armes sur la Lone Peak 4, j’étais très curieux de tester la nouvelle mouture de la marque américaine.

Analyse technique de la Lone Peak 4.5

Coté technologies brevetés présentes sur la chaussure, on retrouve la même chose que sur la Lone Peak 4 : FootShape, BalanceCushioning, GaiterTrap, TrailClaw, MaxTrac.

Commençons avec les technologies FootShape et BalanceCuschioning : il s’agit ici respectivement de la Toe Box et du zéro drop mentionnés précédement.

Les technologies MaxTrac et TrailClaw concernent la semelle extérieure. On retrouve exactement la même semelle que le sur la Lone Peak 4. Un matériau caoutchouc de qualité ainsi que des gros crampons agressifs disposés notamment sous les métatarses, assurent durabilité et traction. On n’aura pas peur de progresser sur des terrains techniques avec cette semelle.

Coté semelle intermédiaire, on retrouve la technologie double EVA et A-bound, censée apporter un bon compromis entre amorti et retour d’énergie optimal. Bien que l’on soit sur une chaussure à la philosophie minimaliste, cela ne signifie en rien perte de confort. La Lone Peak 4.5, comme l’ancienne version (Lone Peak 4), possède une semelle de 25mm, offrant un amorti correct pour une chaussure de trail.

Enfin à noter que la mousse constituant cette couche intermédiaire a été légèrement modifiée par rapport à la Lone Peak 4. Selon Altra, cette modification devrait apporter une sensation de résistance supplémentaire.

Altra et l’obsession de l’espace

Avant de commencer à décortiquer notre chaussure, petit rappel de la spécificité de Altra. Les chaussures Altra possèdent toutes deux points communs : le zéro drop et la toe box zone très large au niveau des orteils.

Le zéro drop est le positionnement de l’avant pied et du talon à la même hauteur. On se tourne ici vers une philosophie de course à pied plus minimaliste, encourageant un alignement naturel du corps. L’absence de « drop » pousse le coureur à adopter une foulée plus médio/avant pied, et ainsi à réduire l’intensité des impacts au sol.

Attention, même si sur le papier, cela semble parfait, ce n’est pas forcement adapté à tous les coureurs. Il est important d’en discuter avec des spécialistes (magasin spécialisé, kinésithérapeutes etc…). De plus si vous voulez franchir le pas, pensez à réaliser la transition en douceur.

La toe box s’inscrit elle aussi dans la philosophie minimaliste, en laissant un maximum d’espace pour le déploiement des orteils. Il en ressort une excellente stabilité de l’appui et une impression d’optimisation de la poussée.

A gauche, position du pied dans la chaussure Altra

Illustration de la Toe Box @AltraRunning

Lone Peak 4.5 : l’analyse technique

Coté technologies brevetés présentes sur la chaussure, on retrouve la même chose que sur la Lone Peak 4 : FootShape, BalanceCushioning, GaiterTrap, TrailClaw, MaxTrac.

Semelle extérieur @AltraRunning

Commençons avec les technologies FootShape et BalanceCuschioning : il s’agit ici respectivement de la Toe Box et du zéro drop mentionnés précédement.

Les technologies MaxTrac et TrailClaw concernent la semelle extérieure. On retrouve exactement la même semelle que le sur la Lone Peak 4. Un matériau caoutchouc de qualité ainsi que des gros crampons agressifs disposés notamment sous les métatarses, assurent durabilité et traction. On n’aura pas peur de progresser sur des terrains techniques avec cette semelle.

Coté semelle intermédiaire, on retrouve la technologie double EVA et A-bound, censée apporter un bon compromis entre amorti et retour d’énergie optimal. Bien que l’on soit sur une chaussure à la philosophie minimaliste, cela ne signifie en rien perte de confort. La Lone Peak 4.5, comme l’ancienne version (Lone Peak 4), possède une semelle de 25mm, offrant un amorti correct pour une chaussure de trail.

A noter que la mousse constituant cette couche intermédiaire a été légèrement modifiée par rapport à la Lone Peak 4. Selon Altra, cette modification devrait apporter une sensation de résistance supplémentaire.

Vue de la semelle extérieure et intermédiaire + mesh d'aération

Pour conclure sur la semelle, on retrouve une semelle confortable mais qui, sur le papier, doit apporter un retour terrain précis et une bonne accroche. A valider en test !

On note quand même plusieurs différences avec l’ancien modèle. Tout d’abord un détail au niveau du GaiterTrap. C’est le system d’accroche spécifique d’Altra, permettant sur la Lone Peak 4 d’accrocher en quatre points les guêtres. On retrouve sur l’ancien modèle, la boucle sur l’avant du pied, le scratch au niveau du talon ainsi que deux passants de chaque côté du pied. Sur la Lone Peak 4.5, ces derniers disparaissent. Les guêtres commercialisées par Altra possèdent toujours les quatre points de fixations. Bien que l’absence des passants ne semble pas empêcher la fixation de la protection, il est curieux de ne pas proposer un modèle avec seulement deux points d’attache ! C’est peut-être à venir… Affaire à suivre.

La seconde différence concerne les zones d’aération ou de drainage, zone avec mesh respirant. Je trouve que les zones de mesh sont plus nombreuses. De plus le mesh semble plus aéré, et plus résistant. L’avant semble notamment avoir été renforcé avec cette matière effet papier de verre. D’une manière générale, la nouvelle mouture de la chaussure dégage une impression de durabilité supérieure à sa grande sœur

Lone Peak 4 à gauche, Lone Peak 4.5 à droite

Lone Peak 4 à gauche, Lone Peak 4.5 à droite

 

 

Enfin le maintien du pied est amélioré. La tige est légèrement plus étroite mais surtout le système de laçage est simplifié, ce qui permet un meilleur ajustement. Des deux côtés de la languette, on retrouve des élastiques, qui permettent de maintenir la languette en place et d’assurer un bon englobement du pied (même système sur la Lone Peak 4).

Petit détail gadget, la languette est personnalisable, avec la possibilité de cocher le nombre de sommets réalisés et d’inscrire le nom du coureur.

Lone Peak 4.5 : le test terrain

Autant le dire toute de suite, il va être dur de trouver beaucoup à redire sur cette chaussure. J’avais déjà été conquis par la Lone Peak 4, que j’avais découvert à l’occasion de la SaintéLyon 2018. Cette nouvelle mouture de la chaussure ne m’a pas déçu.

Un mot d’abord sur mon expérience de course « zéro drop ». J’ai pendant longtemps été abonné aux blessures : syndrome de l’essuie-glace et périostite chronique.

Je me suis tourné vers le style minimaliste un peu en dernier recours. J’ai longtemps pensé ne pas avoir le niveau. On m’avait beaucoup répété que c’était réservé à une élite à la foulée parfaite. Je peux aujourd’hui dire que c’est faux ! J’ai pris mon temps, en passant d’un drop de 9mm, à un drop de 4mm puis au zéro drop.

Je pense que la transition m’a pris environ 6 mois. J’ai commencé par changer mes chaussures en trail, où la foulée est naturellement plus portée vers l’avant (surtout en montée). Je cours aujourd’hui exclusivement en zéro drop, et je ne me vois pas changer de sitôt !

J’ai pu tester la Lone Peak 4.5 sur les chemins rocailleux et humides autour de Grenoble, mais aussi dans la neige du côté de la Savoie, sur environ 150 km au total.

 

Niveau maintien, je constate que le changement est au rendez-vous. Même si je ne me suis jamais senti « mal chaussé » dans les Lone Peak 4, j’ai trouvé le serrage des 4.5 plus intuitif, et je pense avoir mis moins de temps avant de trouver un serrage me convenant. Malgré ce bon maintien du coup de pied, la largeur au niveau des orteils est toujours aussi agréable. Le gain de stabilité est net par rapport à une chaussure plus étroite, et on gagne poussée en montée et en vitesse à la descente.

Concernant l’accroche, elle est excellente sur terrain sec. Les prises d’appuis les plus osées passeront sans soucis (à condition que les chevilles tiennent). Sur terrain boueux c’est toujours aussi agréable et je n’ai pas eu de soucis d’accumulation sous la semelle. Les crampons orientés jouent très bien leur rôle et permettent de prendre des appuis avec différentes orientations de cheville. Sur sol rocheux mouillé, même si on ralentit un peu, l’accroche reste tout à fait correcte.

J’ai en effet trouvé la semelle un peu plus rigide. Je ne sais si cela vient du fait que mes Lone Peak 4 sont un peu usées (environ 500km) ou d’un réel changement significatif. J’aime cette semelle un peu rigide, qui offre un bon retour de la topologie du terrain. Même si cette semelle est réactive, on garde un certain confort, et sur les sorties longues, je n’ai jamais ressenti de douleurs.

Enfin, comme d’habitude, les détails pour la fin. Le look de cette édition 4.5 « claque » ! J’adore. A voir si ça tient dans le temps !

Lone Peak 4.5 : Conclusion

 

En conclusion

La Lone Peak 4.5 reprend fièrement le flambeau de la Lone Peak 4. Pas de changement révolutionnaire, mais quelques petits ajustements qui font progresser encore un peu plus la chaussure. Je conseillerais cette paire pour des coureurs en quête d’une chaussure minimaliste, dynamique et durable. Pour les coureurs cherchant un peu plus de confort, on se tournera plus vers la TIMP 2 d’Altra, avec un test à venir très prochainement !

Runing4all

GRATUIT
VOIR