Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Avec sa sœur plus typée trail engagé (ndlr : la speedgoat), ce sont les 2 modèles phares trail de chez Hoka one one.

 

Pour avoir connu l’évolution de la Challenger depuis ses débuts, c’est un modèle d’une telle polyvalence que vous ne serez jamais déçu. Route ou trail, c’est le couteau suisse de la marque au slogan « Time to fly ».

Test réalisé par  Fabrice BEDIN – Ostéopathe DO – Spécialisé dans la pratique des sports d’endurances – Images Fabrice

Pour terminer mon introduction, c’est ma fidèle partenaire sur tous mes ultra-trails depuis 5 ans maintenant. Elles ont connu tous les terrains (pierriers, sentiers, boue, …), raison pour laquelle, j’attendais cette ATR 6 de pied ferme.

Côté Chaussant

 Chez Hoka, vous ne serez jamais déçu. C’est le confort assuré. Une vraie charentaise taillée sur un rocker ultra-dynamique. Côté mesh, un petit changement qui j’espère assurera une longévité supérieure aux premiers modèles.

Après les 480km parcourus, il ne s’est pas encore craquelé au niveau du gros orteil. Si la technologie employée pour le tissu extérieur est la même que celle des Clifton 7, il va être fait pour durer. Mes Cliftons 7 ont près de 1200km dans les semelles et le mesh est toujours impeccable.

  

Côté semelle

 Aucun changement à signaler par rapport à la challenger ATR 5. Pourquoi changer une équipe qui gagne me direz-vous ?

Un peu de crampon adapté aux conditions humides plutôt légères, et une semelle très souple et dynamique pour la route sont la meilleure définition à donner à cette semelle extérieure.

De fait, la polyvalence a un prix et c’est peut-être la semelle qui en paie le prix. Je vous en reparlerai plus bas.

Caractéristiques principales

 

C’est un poids plume (279g) dropé à 5mm. Son rocker (à savoir l’aspect de la semelle extérieure en forme de banane sur le dos avec les deux extrémités en l’air) efface complètement ce drop et rend ces chaussures très dynamiques et sans tension excessive sur la chaîne postérieure (Ischio-jambiers et triceps sural). N’ayez donc aucune crainte pour vos tendons d’Achille.

L’oversize fait toujours son travail à plein régime et place vos têtes de métatarses à 24mm du sol alors que votre talon sera situé à 29mm.

Points forts

 

Des points forts, elles en ont plusieurs. Le premier comme je vous l’indiquais ci-dessus est leur polyvalence. C’est l’une des rares chaussures de trail qui peut faire de la route sans complexe. Sa gomme tendre au niveau de la semelle extérieure lui permet de naviguer sur à peu près tous les terrains secs. 

Son chaussant s’adresse quasiment à toutes les formes de pied et toutes les formes d’attaque. Avant-pied, médio-pied, talonneur, pas de complexe à avoir, elles sauront s’adapter.

Enfin, des charentaises taillées pour la vitesse qui conjuguent amorti et dynamisme, cela n’est pas très fréquent.

 

Points faibles

 

Pour commencer, parlons usage et terrain d’utilisation. Le boueux, le gras, le très humide n’est pas vraiment leur fort.

La tendreté de leur semelle extérieure est certes un point fort pour la route mais beaucoup moins pour le trail, à fortiori sur terrain rocailleux et pierreux.

Leur longévité, de fait, s’en trouve donc relativement entachée. Prévoyez 500 à 600km sur terrain hostile (pierre, roches coupantes) mais si elles se comportent comme leur grande sœur l’ATR 5, sur terrains secs en sous-bois, vous pourrez aisément atteindre les 1000km.

 

Le mot de l’ostéo

 

C’est l’une des chaussures que je recommande le plus. Elles font partie des modèles à la fois très polyvalents et s’adaptent à toutes les formes de pied.

Comme je le dis souvent, ce n’est pas le coureur qui doit s’adapter aux chaussures mais les chaussures aux coureurs. C’est exactement ce que font ces Challenger.

 

Souvent, on me demande de recommander des chaussures qui puissent à la fois être adaptées à la forêt et à la route. Evidemment, il est rare de trouver des chaussures qui puissent avoir les deux usages. Des chaussures de route peuvent tout à fait courir en sentier, à condition que ce dernier soit plutôt propre, sec et bien entretenu.

Des chaussures de trail sont adaptées à la course en milieu naturel, mais souvent « tabassent » lorsque l’on attaque les parties bitumées.

Avec les Challenger ATR 6, on a le parfait compromis. Mais évidemment, le « en même temps » a un prix. Sur du terrain très technique, elles trouveront leur limites, et sur la recherche de performance en course sur route, elles ne seront pas non plus très adaptées.

 

En conclusion, les HOKA Challenger ATR 6 font partie des pièces à avoir dans son armada car vous leur trouverez toujours un usage que cela soit à l’entraînement ou en compétition.

 

Bon run !!!!!!

 

Retrouvez nos articles de la marque HOKA:

HOKA ROCKET X

Nouvelle Carbon X2

CLIFTON 7

Runing4all

GRATUIT
VOIR