Montre GPS Coros Apex Pro : grande autonomie à prix réduit !

Coros, ça vous parle ?

Vous n’en avez peut-être jamais entendu parler. Pourtant, la jeune marque américaine est pleine d’ambition.

Bien moins connue du grand public que les géants des montres connectées pour le sport que sont Garmin, Polar ou Suunto, elle n’a que 2 ans d’existence sur ce marché. Malgré sa jeunesse relative, la marque propose d’ores et déjà une gamme complète, avec 4 montres polyvalentes, concurrençant les leaders du marché.

La gamme Coros: de gauche à droite, Pace, Apex 42, Apex Pro, Vertix.

Dans le catalogue on retrouve (par ordre croissant de gamme) :

  • La Coros Pace, montre d’entrée de gamme à 200 €. Pour ce prix très contenu, la montre propose un GPS, la captation de la fréquence cardiaque au poignet et chose rare à ce prix, un baromètre.

 

  • La Coros Apex, montre milieu de gamme, déclinée en deux versions, Apex 42 (299€) et Apex 47 (349€). Ici deux tailles de montre incluant les mêmes caractéristiques (sauf la batterie) afin de s’adapter à tous les poignets. Une montre présentant un excellent rapport qualité prix pour les pratiquants multisports.

 

  • La Coros Apex Pro, montre haut de gamme à mi-chemin entre une montre multisport et une montre dédiée outdoor (499€).

 

  • La Coros Vertix, c’est le modèle le plus haut de gamme (500€). Un modèle pensé pour l’alpinisme offrant une autonomie record de 150h et constitué de matériaux durables (saphir, diamant artificiel et titane). Le modèle présente également des caractéristiques de résistance pression/température impressionnantes : de -30°C à +70°C et 150m en plongée ! De quoi vous suivre sur n’importe quelle aventure.

Le modèle qui attire peut-être le plus ma curiosité est l’Apex Pro.

Alliant une batterie de capteurs (pression, température, fréquence cardiaque, GPS, oxymètre, gyroscope, accéléromètre, et boussole) dans un format compact, avec un écran tactile et un prix contenu (par rapport à la concurrence), il fallait que nous nous y arrêtions ! Allez c’est parti.

Présentation technique

 

Apparence extérieure

Au niveau des matériaux composant le boîtier, on retrouve l’aluminium pour la face arrière, le titane pour la lunette et le saphir pour le cadrant. Retrouver le titane et le saphir de série sur les montres Coros est un parti pris très intéressant.

Ici pas besoin de débourser 100€ de plus pour un modèle plus résistant : la finition titane/saphir chez Coros est au prix des finitions plastiques chez ses concurrents.

Niveau coloris c’est un peu limité : deux versions existent, l’une toute noire et l’autre boitier gris/bracelet vert.

IMG_6004

Le bracelet est en plastique souple et est agréable à porter. Je n’ai pas ressenti de gêne particulière lors de mes essais, même par forte chaleur et donc transpiration.

Il faut noter que la captation de la fréquence cardiaque se fait au poignet (possibilité de connecter une ceinture via ANT+) ce qui nécessite que la montre soit bien ajustée. Le bracelet est équipé d’un système de remplacement rapide.

Pour conclure sur l’aspect extérieur, le boîtier présente 3 boutons : 2 boutons poussoirs et une molette/poussoir. Nous reviendrons sur leur utilité dans la partie « ergonomie et interface ».

L’ensemble peut être immergé jusqu’à 100m en plongée, et peut être utilisé dans une plage de température allant de -10°C à +60°C. Là aussi, on est sur quelque chose de relativement classique.

Capteurs de la Coros Pro

Voici la liste exhaustive des capteurs embarqués :

  • Puce GPS/GLONASS
  • Oxymètre optique
  • Moniteur de fréquence cardiaque optique
  • Altimètre barométrique
  • Accéléromètre
  • Boussole
  • Gyroscope
  • Thermomètre

Pour retrouver un équipement aussi complet, il faudra se tourner vers la Suunto 9 Baro, affichée à 599€ de base et 699€ dans sa version boîtier titane. Chez Garmin on recherchera la Fenix 6, avec un prix d’appel là aussi à 599€. A capteurs équivalents, la Coros Apex Pro se positionne donc 100 euros moins chère que ses concurrentes directes.

A noter enfin que la montre dispose de la connectivité ANT+, qui permet de connecter à peu près n’importe quel capteur externe.

Profils sportifs

La montre dispose des profils sportifs suivants :

  • Course à pied
  • Course à pied indoor
  • Trail
  • Course sur piste
  • Randonnée
  • Alpinisme
  • Cyclisme
  • Cyclisme indoor
  • Natation en eau libre
  • Natation en piscine
  • Triathlon
  • Séance musculation
  • Séance cardio indoor
  • Séance cardio outdoor
  • Ski
  • Snowboard
  • Ski de randonnée
  • Ski alpinisme
  • Multisport
  • Entraînement personnalisé

C’est une liste très complète qui devrait combler la grande majorité de pratiquants d’activité outdoor. On observe que la Coros Apex Pro est résolument tournée « aventure », avec la présence des modes alpinisme, ski de randonnée ou encore ski alpinisme.

Chaque mode est préréglé au niveau des capteurs actifs et des champs de données affichés pour coller au mieux à l’activité pratiquée.

On peut également mentionner le mode « course sur piste », qui intègre un algorithme spécialement développé afin de mesurer de manière précise le parcours du coureur, peu importe le couloir choisi. Fini les traces sur circuit qui zigzaguent et qui donnent l’impression d’avoir parcouru 450m par tour au lieu de 400m.

Enfin, c’est une liste évolutive, avec l’apparition de nouveaux profils sportifs au gré des mises à jour régulières proposées par Coros.

Autonomie

L’autonomie record est la force des montres Coros. Que ce soit en fonctionnement simple montre connectée ou en enregistrement d’activités avec GPS l’autonomie est au rendez-vous.

En mode montre connectée, l’autonomie est d’un mois. C’est très agréable de pouvoir porter sa montre connectée comme une montre classique, sans se soucier de devoir la recharger tous les quelques jours.

En mode GPS l’autonomie de base est de 40h. Pour comparaison, la Fenix 6 affiche 36h. Afin de proposer une telle autonomie, la montre acquière la position toutes les secondes mais n’enregistre qu’une mesure sur deux.

Il en résulte une bonne précision durant l’activité et des fichiers moins lourds à transférer. Pour les fans d’ultra, il existe la possibilité d’activer un mode UltraMax, qui pousse l’autonomie jusqu’à 100h, en réduisant la précision de l’acquisition GPS.

Boutons et écran tactile

Comme mentionné plus haut, la montre dispose de trois boutons et d’un écran tactile. Le bouton supérieur sert uniquement au rétroéclairage de l’écran, tandis que le bouton inférieur remplit la fonction « retour » ou « déclenchement d’un tour ».

Le bouton du milieu est également une molette. J’ai trouvé son utilisation très agréable, avec ou sans gant. Grâce à ce bouton, on peut naviguer entre les différents écrans de données.

Une pression sur ce bouton permettra de valider ou de sélectionner un item. Durant une activité il sert à démarrer, mettre en pause ou terminer une activité.

Afin de ne pas actionner la molette par mégarde, le bouton se verrouille automatiquement. L’utilisateur peut choisir entre deux modes de déverrouillage : un appui prolongé ou effectuer plusieurs tours de molette.

Enfin, pour les utilisateurs désirants porter leur montre à droite, il est possible de retourner l’écran.

L’écran tactile quant à lui a un fonctionnement un peu particulier étant donné qu’il n’est pas actif tout le temps. Cela a pour effet principal de prolonger la durée de vie de la batterie. Il n’est pas actif en mode montre connectée. Il se déverrouille dans les cas suivants :

  • Durant une activité, pour naviguer entre les écrans de données. La molette peut également remplir cette fonction.

 

  • Sur les écrans « graphiques » afin de remonter le temps et consulter les graphiques présentés (fréquence cardiaque, pression, altitude…)

 

  • Dans le mode navigation : c’est ici son utilisation la plus réussie. Dans l’affichage d’une carte, la molette permet de gérer le zoom tandis que le tactile permet de déplacer la carte. L’alliance des deux est franchement très réussie.
Mode montre connectée

C’est le mode de base. Plusieurs styles d’affichage et plusieurs couleurs sont proposés par Coros et paramétrable via l’application mobile. Il est également possible de charger 5 thèmes différents sur la montre, afin de pouvoir changer sans passer par le téléphone.

En actionnant la molette, on peut naviguer entre les écrans de suivi de l’activité quotidienne : calories, fréquence cardiaque, altitude, pression atmosphérique, température, heure de lever et coucher du soleil (en fonction de la position GPS) et notifications (quand connecté au téléphone).

Pour chaque écran de données, on peut obtenir les graphiques de l’évolution sur les dernières 6 ou 12h, ce qui est intéressant notamment pour l’évolution de la pression atmosphérique.

En appuyant de manière prolongée sur le bouton « retour », on entre dans une boîte à outils. Cette boîte est personnalisable via l’application mobile. On y retrouve :

  • Ne pas déranger
  • Boussole Image5
  • Diffusion de FC (via bluetooth, très pratique)
  • Acclimatation à l’altitude
  • Utilisation de la batterie
  • Mode UltraMax
  • Paramètres de navigation
  • Carte
  • Satellite
  • Chronomètre
  • Minuteur
  • Alarme
  • Cadran
  • Mode nuit
  • Paramètres

Mode sport

Après avoir choisi son sport, on peut directement démarrer son activité. Détail intéressant, si le signal GPS ou la fréquence cardiaque ne sont pas acquis, la montre vous demandera de confirmer avant de lancer l’activité.

J’ai trouvé que l’acquisition du GPS était tout aussi rapide que sur mon GPS Garmin 820.

Autre détail que j’ai particulièrement apprécié, les écrans de données pour les différents profils d’activité sont entièrement paramétrables depuis l’application mobile. C’est beaucoup plus simple que sur ma Forerunner 920 XT, où les écrans sont uniquement paramétrables depuis la montre.

Niveaux paramètres mesurés durant un course à pied, on retrouve tous les classiques de la dynamique de course (cadence, longueur de foulée, équilibre, temps de contact etc…), l’évaluation de la VO2Max et du seuil lactique, le training effet etc…

Une donnée que je ne connaissais pas et que j’ai eu du mal à appréhender est l’endurance. Calculée en fonction de la récupération par rapport aux activités précédentes, on part avec un capital de 100% ou moins, puis cette valeur diminue. Aucune idée de la fiabilité d’une telle donnée ! Je ne suis jamais arrivé à 0% donc je ne peux vous dire ce qu’il s’y passe !

 

Avec les montres Coros, il n’existe pas encore de site internet pour l’analyse des données et tout passe par l’application mobile.

Mon sentiment est que la marque s’est concentrée sur le développement du hardware, c’est à dire de la montre et de ses capteurs, et progresse maintenant sur la partie software, tant dans la montre que dans l’appli mobile. Les mises à jour sont d’ailleurs très fréquentes, ce qui montre le développement en cours.

J’ai trouvé l’application mobile très bien construite. Au-delà de la fonction de paramétrage de la montre mentionnée plus haut, elle permet de consulter et d’analyser toutes les données collectées. On peut également créer ses entraînements avant de les envoyer vers la montre. Rien d’exceptionnel ici mais une application pratique, qui nous donne des données utiles sans en faire trop.

 

Sur le terrain

 

Je dois avouer que je ne suis pas très attaché à la mesure de mes données au quotidien. Je ne suis pas vraiment du genre à vérifier que j’ai atteint mon objectif de pas quotidien. Néanmoins j’ai beaucoup apprécié porter cette montre au quotidien.

Très légère, elle se fait vite oublier et étant construite dans des matériaux durables elle ne craint pas les petits chocs de la vie de tous les jours. Je me suis un peu amusé avec les différentes données, notamment le suivi de pression, qui permet de prédire l’arrivée d’orages, assez violents à Grenoble.

L’écran peut paraître un peu sombre quand il n’est pas rétroéclairé ou exposé à la lumière. Je n’ai pas trouvé cela gênant et cela a l’avantage de prolonger la durée de vie de la batterie je pense.

J’ai pu tester la montre dans de nombreux profils d’activités : course à pied, trail, randonnée, cyclisme indoor, cyclisme outdoor, natation en eau libre et alpinisme.

Sur un profil sportif, on peut configurer 5 écrans de données (+ 2 pour la navigation), avec au choix 2, 3, 4 ou 6 champs de données par écran.

Fait intéressant, la taille de police ainsi que la couleur d’arrière-plan (noir sur blanc ou blanc sur noir) sont paramétrables. Je me suis généralement limité 4 champs de données car c’était pour moi l’optimal pour conserver une bonne lecture en course.

Tout d’abord je peux commencer par confirmer que la Coros Apex Pro est vraiment une montre à haute autonomie. C’est très agréable de savoir que même avec 15% de batterie, on a de quoi réaliser une sortie de 2h.

Un détail que j’ai apprécié est l’affichage de la distance 3D et non 2D, qui prend en compte le dénivelé parcouru. J’ai également apprécié la possibilité d’enregistrer une activité pour la reprendre plus tard.

C’est particulièrement pratique lors de sorties trek sur plusieurs jours ou même lorsque l’on veut économiser la batterie lors d’une pause longue. Il suffit ensuite de sélectionner le même profil sportif pour reprendre l’activité.

J’ai trouvé que la grosse molette et l’écran tactile sont facilement utilisables en activité, même avec les mains mouillées.

Niveau précision du GPS je suis majoritairement satisfait. C’était à cet égard que j’avais des doutes sur Coros VS Garmin. Mais pour avoir effectué des entraînements en mesurant avec les deux marques en parallèle je n’ai jamais constaté de différence notable.

J’ai même trouvé que sur un entraînement de natation, la Coros perdait moins le signal GPS. L’acquisition du signal GPS en natation est toujours compliquée car le signal ne passe pas quand la montre est immergée. L’appareil ne dispose donc que du temps ou le bras est hors de l’eau pour acquérir sa position.

La seule activité où j’ai atteint les limites du GPS est l’alpinisme lors de l’ascension du mont Aiguille. Le fait d’être toujours très proche de la paroi rocheuse et parfois être enclavé aura eu raison de la précision du GPS.

Néanmoins sur cette activité d’une dizaine d’heure, j’ai également pu confirmer la bonne longévité de la batterie (environ 30% d’utilisation sur 10h).

Pour les activités outdoor elle est vraiment très complète, avec la mesure de pression et le système de prédiction d’orage, ainsi que le suivi de l’acclimatation. Au-delà de 2500m d’altitude, la montre va surveiller le niveau d’oxygène dans le sang, afin de suivre l’acclimatation. Vous pourrez ainsi savoir quand continuer à grimper et quand il est temps de redescendre.

Enfin le dernier point que j’ai trouvé très appréciable : la synchronisation de la montre avec l’application se fait généralement en moins d’une minute. Je n’ai jamais eu d’échec de synchronisation comme avec Polar ou Garmin. Top sur ce point !

Conclusion

Avec une montre à 500€, Coros ne se place pas sur le segment low cost mais est plutôt dans la recherche du rapport qualité/prix optimal. C’est très réussi !

Moi qui étais attaché à Garmin depuis de nombreuses années, j’ai été très agréablement surpris par cette montre. Je ne vais pas le cacher, je l’ai beaucoup appréciée. C’est pour moi une montre très complète, prête à tout.

Elle pourra vous suivre dans votre quotidien de runner, sur vos courses, dans vos activités multisports comme le triathlon mais également à l’attaque des plus hauts sommets. C’est une montre très bien finie, qui offre déjà beaucoup, mais je pense qu’avec un peu plus de développement logiciel, elle pourra aller encore plus loin !

C’est une montre que je recommanderai pour les sportifs polyvalents, mixant dans leur entraînement de course à pied des activités outdoor variées.

Affichant 100€ de moins que ses concurrentes directes c’est pour moi une très bonne alternative. Attention en revanche si vous être un mordu de données. En l’absence de site dédié, c’est encore un peu limité.

Nos testeurs

Coros dans la traversée de Belledonne sur le GR 738

Runing4all

GRATUIT
VOIR